Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 juin 2014

Pierre Rabhi : "Lorsque je ne trouve pas de réponses ou de solutions, j’en appelle au divin."

Pierre Rabhi, initiateur du Mouvement Colibris, reconnu expert international pour la lutte contre la désertification, auteur, philosophe et conférencier, en appelle à "l’insurrection des consciences" pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Rencontre avec ce paysan-penseur-voyageur, qui nous parle en contemplant le paysage des garrigues ardéchoises.

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pierre Rabhi, initiateur du Mouvement Colibris, reconnu expert international pour la lutte contre la désertification, auteur, philosophe et conférencier, en appelle à "l’insurrection des consciences" pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Rencontre avec ce paysan-penseur-voyageur, qui nous parle en contemplant le paysage des garrigues ardéchoises.

 Par Philippe Gagnebet sur www.frituremag.info

 Devant l’échec de la condition générale de l’humanité et les dommages considérables infligés à la nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l’importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une "sobriété heureuse". Rencontre avec ce paysan-penseur-voyageur, qui nous parle en contemplant le paysage des garrigues ardéchoises.

On connait aujourd’hui votre pensée et vos convictions, mais avez-vous toujours été paysan ? Etes-vous venu vous installer en France pour travailler la terre ?

J’ai été confié à l’âge de 5 ans, après le décès de ma mère, à un couple d’Européens. J’ai reçu une éducation française tout en conservant l’héritage de ma culture algérienne d’origine, mon père était forgeron mais je ne suis pas issu d’une famille de paysans. Entre 1959 et 1961 j’ai travaillé à la Someca, en région parisienne, comme ouvrier spécialié, après des petits boulots en Algérie (banque, prothèse dentaire...). Je voulais aller à Paris où j’avais quelques relations. Mais j’ai rapidement remis complètement en question l’idée de travailler toute ma vie, ça ne me convenait absolument pas. Je ne pouvais pas imaginer qu’on puisse donner et brader toute sa vie contre un salaire en attendant la retraite. Nous avons décidé un retour à la terre, on a cherché où aller. On a donc contacté un ami médecin qui vivait en Ardèche, il nous a accueilli pour franchir ce pas. Il n’y avait pas d’autre activité qui me rapprocherait de la nature, je voulais vraiment m’installer et devenir agriculteur. Mais je n’avais jamais travaillé la terre.

Comment se sont passés ces débuts ? En fait vous n’aviez aucune expérience, juste une volonté de fuir les grandes villes, ses usines, le monde ouvrier...

On n’avait aucun argent, j’ai dû passer un diplôme agricole basique, j’ai travaillé deux ou trois ans comme ouvrier agricole pour emprunter et ensuite acheter la ferme. A l’époque, j’ai découvert les pratiques agricoles : les pesticides, les intrants, la pollution. De suite, nous avons voulu aller vers une agriculture biologique, en respect pour la terre nourricière. A l’époque, peu de gens remettaient en question l’agiculture dite moderne, on empoissonnait la nature mais on pensait que ce modèle nous sortirait d’une relative misère. Sur notre petite exploitation, on ne calculait pas le temps passé, ni électricité, ni téléphone, peu d’eau, une terre rocailleuse et une maison à restaurer. On travaillait beaucoup, je faisais le maçon ailleurs pour payer les travaux, ma femme était secrétaire et donnait des cours. Tout cela nous a permis de surrvivre, le premier de nos cinq enfants était déjà né. 

Qu’aimiez-vous vraiment à cette époque dans cette nouvelle activité ?

C’était l’activité générale, ce contact direct avec la nature. Au milieu des garrigues avec des espaces chaotiques, ce qui convenait le mieux c’était donc les chèvres. On a acheté un troupeau d’une trentaine de bêtes mais j’apprenais aussi les techniques bio pour travailler la terre. Avec patience, on gagnait un peu de sous pour réparer la maison, mais on était vraiment dans une grande précarité.

Dans le même temps, vous étiez déjà un grand lecteur...

Oui, j’ai toujours eu cette soif de comprendre, d’apprendre, et de trouver des auteurs qui m’inspiraient, me correspondaient. Je lisais beaucoup les philosophes, mais aussi la littérature pure (russe, scandinave, française) et c’est surtout « La planète au pillage  », le livre de Henry Fairfield Osborn, qui m’a ouvert les yeux sur l’écologie. Ce bouquin a été « ma » révélation, et tout ce qu’il contient m’accompagne encore aujourd’hui.

Comment avez-vous vécu les mouvements de 68, étiez-vous militant à cette époque-là ?

J’ai pas attendu 68 pour protester. En fait les jeunes reprenaient mes arguments, on était déjà bien engagé dans notre protestation pacifique en construisant ce lieu, s’y organiser, y élever ses enfants. J’ai vécu 68 de loin, nous étions déjà dans l’action avec ma femme et mes cinq enfants. J’avais l’impression d’être depuis longtemps à contre-courant, en avance même, par rapport à un modèle dominant qui ne me convenait pas du tout.

Qu’est ce qui vous poussait, alors ? La religion, des croyances ?

Je n’ai pas de religion dans le sens conventionnel du terme et je ne suis pas relié à une religion particulière mais ce n’est pas pour ça que je suis athée. Je fonctionne sur une spiritualité qui m’est propre. Je ne peux pas imaginer que la vie soit un hasard, je pressens une intelligence qui régit tout ça que j’appelle le « divin », pas dieu. Je suis persuadé qu’il y a quelque chose qui nous échappe, qui outrepasse nos capacités, il y a un grand mystère dans toute chose. Nous-mêmes, pourquoi nous sommes nés, qui nous a réalisé ? C’est une intelligence infinie qui a créé la réalité dans sa totalité et je ressens ce mystère en moi. Et sans rituel d’aucune sorte, c’est un ressenti presque permanent. Chacun de nous vit en mangeant, respirant... Pour moi ce n’est pas anodin car tellement bien fait et organisé. Je n’ai donc pas besoin de temple ni de prière, lorsque je ne trouve pas de réponses ou de solutions, j’en appelle à ce « divin ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report