Festivals: les choix de Friture Mag

 

,

L’été débute pleinement et les festivals de tous genres entrent dans la danse. Nous avons sélectionné quelques-uns d’entre eux : jazz, rock, théâtre mais aussi militants, territoires ou écologie, il y en aura pour tout le monde que ce soit à la campagne, la montagne ou la mer et surtout dans des lieux et dynamiques à découvrir.

par Nicolas Mathé sur www.frituremag.info

 

  • Spectacles de Grands Chemins en Vallées d’Ax

Pour ceux qui connaissent seulement Ax-les-thermes pour y avoir été coincé sur la route de l’eldorado andorran, voilà de quoi remettre les idées en places. Depuis 17 ans, l’équipe d’animation de la commune œuvre pour prouver que ces paysages verdoyants sont aussi de magnifiques écrins de culture. L’espace d’une semaine, théâtre de rue, cirque, musique, danse et cinéma investissent les chemins de randonnées autant que les places ensoleillées des Vallées d’Ax. Conçu comme un « laboratoire d’altitude » dédié aux différents arts, le festival Spectacles de Grands Chemins propose une série de rencontres aussi insolites que poétiques. Incursions malicieuses, randonnées, spectacles ou bien retour turbulent en milieu urbain, les spectateurs sont toujours aux premières loges pour de vrais moments d’échanges. De plus, la plupart des spectacles sont créés spécialement pour l’occasion et en résonance avec les paysages si spécifiques de ce joli coin d’Ariège.

Du 30 juillet au 2 août, Ax-les-Thermes, Ariège, Ax Animation : 05 61 64 38 00

 

  • Festival des petites églises de montagne

Loin de figurer parmi les plus prisées de la chaîne pyrénéennes, les vallées d’Aure et du Louron recèlent un trésor encore peu connu du grand public : un impressionnant réseau d’églises de montagne. Tenu à l’écart des guerres de Religion et de la Révolution française en raison de sa difficulté d’accès, ce patrimoine religieux est d’autant plus exceptionnel que la moindre chapelle a préservé des peintures et objets religieux (retables, statues...) uniques. Et quelle meilleure façon de découvrir cette curiosité montagnarde que de le faire en musique ? Créé en 2006, le Festival des petites églises de montagne est une formidable initiative. Tout au long de l’été, des concerts sont organisés dans ces endroits insolites. Musique classique bien sûr, mais pas d’intégrisme, jazz et musique du monde sont également au rendez-vous pour des moments encore plus inattendus. Dans le cadre du festival, des circuits de visite des chapelles et églises sont également proposés.

Vallées d’Aure et du Louron, Hautes-Pyrénées, www.festivaldespetiteseglises.fr

 

  • Rock In Opposition

Le RIO, comme l’appelle ses intimes, est un événement rare. Peu connu dans la région, il attire pourtant chaque année des spectateurs venus d’Australie, Mexique, Afrique du Sud, Pologne ou encore Japon. Il faut dire que le festival traîne un parfum de culte de par l’hitoire dont il a repris le flambeau. Le mouvement Rock in Opposition trouve en effet ses origines à la fin des années 70 en Angleterre quand le groupe Henry Cow décide de s’opposer au système lucratif de l’industrie du disque. Depuis 7 ans, l’association Rocktime ravive donc l’esprit des pionniers en marge des idéaux commerciaux et propose souvent des shows hors-normes à base de rock progressif, musique électrique contemporaine ou de free jazz. Au menu, cette année, une nuée d’aventuriers de la musique venus des quatre coins du monde mais s’il y a un nom à retenir c’est bien évidemment celui du mythique groupe Magma, rien que ça !

Du 19 au 21 septembre, Carmaux, Cap Découverte, Tarn, www.rocktime.org, 05 63 38 27 45

 

  • Les Transes cévenoles

Aujourd’hui dans le jargon des acteurs culturels, il est de plus en plus souvent question de travail sur un territoire. Si on ne sait pas toujours très bien ce que cela veut dire, parfois cela fait sens. Comme avec l’association Les Elvis Platinés qui travaille depuis 16 ans à la pérénisation de la culture dans le sud des Cévennes. Tout au long de l’année, elle organise ainsi des événements itinérants dans différents villages de la région et impulse une dynamique avec les autres acteurs associatifs autour des arts de la rue et des musiques actuelles. Les Transes cévenoles sont le point d’orgue de ce travail de fond. Un festival convivial où la traque de la perle rare est souvent couronnée de succès. Le jour, les compagnies de théâtre investissent les rues de Sumène et le soir, place aux concerts avec cette année les prodiges toulousains du hip-hop Big Flo & Oli, la québecoise déjantée Klô Pelgag, Barcella ou encore Maya Kamaty, présentée comme la relève du maloya réunionnais.

25 au 27 juillet, Sumène, Gard, www.lestranses.org, 04 67 81 30 16

 

  • Les nuits & les jours de Querbes

Chapiteaux, enceintes monstrueuses, backstage...Ici, on est loin de tout ça. À Querbes, les scènes sont de vieilles granges, d’anciennes étables, des murs de pierre ou bien des champs. Autant de lieux de rencontre basés sur la simplicité. Et cette année, le « plus petit des grands festivals de jazz » a décidé de construire un pont imaginaire entre ce petit hameau perdu dans l’Aveyron et la grande Budapest. Notes et mots sont comme d’habitude au programme avec les groupes Agoston Bela Quartet, Budapest Jazz Ensemble et Dzsindzsa ainsi que les écrivains Zsuzsa Rakovszky, Krisztina Toth, Andras Imreh. En plus des formations hongroises, plusieurs pianistes de haut vol sont conviés tout comme le groupe jazz-rock Babayara. Sous oublier ces petits rien qui font la magie du lieu : grillades, lectures à haute voix, bal populaire...

Du 7 au 10 août, Querbes, Capdenac-Gare, Capdeville, Figeac (Aveyron), www.querbes.fr, 05 65 64 69 56

 

  • Festival de Langlade – Rencontre au jardin

Que se passe-t-il quand des citoyens décident d’aller les uns vers les autres ? Et bien, il y a fort à parier que cela génère de la culture. Tous les deux ans, le foyer rural de Langlade Brenoux organise avec la totale complicité de ses adhérents un festival rafraîchissant basé sur le partage. Un espace scénique est bien sûr prévu pour les concerts et spectacles du soir mais la journée c’est l’ensemble du village qui se transforme en terrain de jeu : les rues, les lieux de patrimoine, (four à pain, tour, bergerie), ainsi que les jardins et même les habitations. Articulée autour du grand marché bio le samedi, la programmation est un joyeux mélange d’initiatives, stages en tout genre, ateliers et de propositions artistiques (musique, danse, cirque) pour toute la famille.

Du 25.08 au 29.08, Langlade, Brenoux (Lozère), www.festival.foyer-langlade.fr, 04 66 48 00 19

 

  • Festival Emmaüs Lescar Pau

Un petit tour au festival Emmaüs est toujours d’utilité publique pour allier fête et militantisme. Même si cette année, l’affiche commence dangereusement à ressembler aux blockbusters du genre avec M ou Keziah Jones, la qualité est toujours là. On pense notamment à GiedRé et ses paroles atroces débitées avec un air d’ange, le très groove collectif Chinese Man ou encore les excellents explorateurs du dub, High Tone. Un plateau plutôt cohérent, tout de même, complété notamment par les papys du reggae, The Gladiators et les ultra festifs La Rue Ketanou. Du côté des conférences et débats, cette année exit les grands noms de l’altermondialisme, place aux jeunes et à leurs engagements, thème central de cette nouvelle édition. Les collectifs de lutte comme Génération Précaire, Jeudi Noir, les indignés espagnols de Juventud sin Futuro, ou encore des jeunes professionnels qui ont choisi des pratiques innovantes comme l’épargne solidaire et participative, l’autogestion, la collégialité apporteront la preuve que le changement passe par la force du collectif.

Du 29 et 30 juillet, Communauté Emmaüs Lescar-Pau (Pyréneés-Atlantique), www.emmaus-lescar-pau.com, 05 59 81 17 82

 

  • Terre de Couleurs

Non, un festival, aussi ambitieux soit-il, n’est pas condamné à grandir encore et toujours pour continuer d’exister. Terre de Couleurs en est la preuve vivante. Le festival ariégeois réussit même l’exploit de prospérer en ne programmant quasiment jamais de « têtes d’affiches », cette catégorie d’artistes dont trop de festivals prétendent qu’ils sont indispensables pour attirer le public. Cette année encore, hormis Oxmo Puccino qui sera accompagné du musicien malien Cheick Tidiane Seck, il n’y aura que les indécrottables dénicheurs de son pour repérer un nom déjà entendu. C’est la même recette depuis des années et pourtant ça marche. Grâce au travail, à la curiosité et à un certain flair pour dénicher les talents mais aussi au cadre agréable et cette indescriptible alchimie qui fait que l’on se sent bien à Daumazan-sur-Arize. Depuis les débuts du festival, la petite commune qui l’accueille a vu passer le monde sur les scènes de ses chapiteaux, de l’Afrique à la Mongolie en passant par les Antilles ou le Sahara. Et il est rare que l’on s’y trompe, les découvertes entendues ici restent souvent dans un coin de la mémoire.

18 et 19 juillet, Daumazan-sur-Arize, Ariège, www.terredecouleurs.asso.fr

 

  • L’été de Vaour

Un peu de rire, ça ne peut pas faire de mal. Fondé en 1986 par une poignée de passionnés de théâtre autour du théâtre burlesque, l’Eté de Vaour s’est élargi pour devenir un festival pluridisciplinaire d’humour. Il est même devenu un acteur économique important de ce coin du nord-ouest du Tarn et accueille près de 20 000 spectateurs chaque année. En plus de scènes réparties dans tout le village, l’atout majeur de l’événement, le théâtre de 200 places construit au coeur des ruines de la commanderie des Templiers de Vaour est un écrin au charme atypique pour les nombreuses compagnies et groupes reçues chaque année. Nouveau cirque, théâtre contemporain, danse, musique actuelle et même théâtre jeune public, ce sont près d’une quarantaine de spectacles qui s’annoncent encore cette année pour l’un des plus conviviaux des festivals.

5 au 10 aout, Vaour, Tarn, www.etedevaour.org, 05 63 56 36 87

 

  • Souillac en Jazz

Il n’y a pas que Marciac dans la vie. C’est vrai quoi, en y regardant de plus près, la région Midi-Pyrénées fourmille d’événements consacrés au jazz qui n’ont pas droit à autant de lumières que leur cousin gersois malgré la qualité du travail fourni. Souillac en Jazz en fait partie. Depuis près de 40 ans, le festival a pourtant acquis une certaine renommée grâce à ses programmations prestigieuses. Et cette année encore, l’affiche sera belle devant le décor majestueux de l’abbaye Sainte-Marie avec le trio The Bad Plus et surtout la chanteuse sud-coréenne Youn Sun Nah, véritable étoile montante du jazz. Mais Souillac en jazz, ce sont aussi des expériences originales comme ce concert du pianiste Philippe Léogé dans les grottes de Lacave. Et encore des notes de jazz qui envahissent les moindres rues de la ville et des environs pour le off du festival, lui aussi, véritable institution.

Du 19 au 26 juillet, Souillac, Lot, 05 65 37 04 93, www.souillacenjazz.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.