Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2011

Femmes, migrantes, et prostituées

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Elles suivent différents processus de migration, mais toujours dictés par la volonté de vivre mieux qu’au pays. Etat des lieux à Toulouse, avec l’association Grisélidis qui souhaite protéger ces femmes, particulièrement vulnérables et beaucoup plus exposées aux violences que les autres.

par Armelle Parion sur www.frituremag.info


Depuis une quinzaine d’années, les migrantes ont intégré massivement les effectifs des travailleuses du sexe en France. A Toulouse, elles sont arrivées d’Afrique subsaharienne vers 1995, puis d’Europe de l’Est vers 1998, suite à la chute du mur de Berlin. « Ces femmes cherchent un eldorado capitaliste. Elles se prostituent parce que c’est le moyen le plus réalisable de gagner leur vie. Leur volonté de migrer est plus forte que les risques encourus », explique Françoise Guillemaut, sociologue qui a dirigé des projets de terrain sur ce thème, notamment à Toulouse.
Selon la chercheuse, le droit de passage en Europe depuis l’Afrique se négocie autour de 50 000 euros. Si le départ s’effectue grâce à un agent recruteur ou plus souvent un passeur, les réseaux sont diffus. « Ils se situent plutôt au village, où elles envoient l’argent pour enrichir leur foyer. Mais en France, elles travaillent la plupart du temps pour elles. Elles subissent des violences, mais pas souvent de la part de proxénètes ». Selon la sociologue, l’idée très répandue de trafic n’est qu’une invention des pouvoirs publics pour légitimer la lutte contre l’immigration.

Processus de migrations

Une fois en France, la situation des prostituées migrantes est pire que celle des Françaises. Néo-arrivantes, ne maîtrisant pas la langue, elles sont en proie à toutes les violences, allant du harcèlement jusqu’au crime. « La fermeture du marché du travail et les restrictions d’entrée en Europe ont contraint les migrantes à une alternative entre les services aux personnes et le travail du sexe, deux secteurs très mal protégés par le droit du travail », ajoute la sociologue.
A Toulouse, l’association Grisélidis travaille depuis 1999 sur l’accès à l’autonomie des travailleuses du sexe, en luttant contre les MST, pour l’accès aux droits, et contre les violences. En 2010, les étrangères représentaient 70% du public accueilli. Les trois quarts de ces migrantes viennent de Bulgarie, de Roumanie, du Nigéria et du Ghana.

L’équipe de militants va à la rencontre de 550 prostituées, deux fois par semaine la nuit en camping car, et deux fois à pied en journée. Elle assure aussi des permanences dans son local, afin d’établir un suivi médico-social. A ce public, s’ajoutent les travailleuses du Net, difficiles à recenser, qui peuvent demander conseil sur le site de l’association.
Le processus de migration des Africaines répond à un cadre juridique bien différent de celui des femmes de l’Est. « Les Roumaines et les Bulgares peuvent rester trois mois sans visa. Mais elles n’ont pas le droit de travailler, et ne peuvent pas bénéficier de l’Aide médicale d’Etat. Les Africaines, elles, ont le droit de faire une demande d’asile, même si cette dernière est très compliquée à obtenir. Leur mode de migration s’apparente presque toujours à un départ définitif », explique Alice Lafille, chargée de développement et du droit au séjour à Grisélidis.

Violences et « Risques du métier »

La clandestinité et la précarité sont leur lot commun. Exposées au racisme et à la domination masculine, les prostituées migrantes sont visées par tous les contrôles et subissent souvent des arrestations groupées. « Je n’ai jamais vu d’arrestation de garçon, confie Alice Lafille. Dans l’imaginaire sexiste de notre société, un homme ne peut pas racoler ». Selon elle, la position abolitionniste de la France sur la prostitution laisse le champ libre à toutes les interprétations policières. « Certains agents appliquent une seule logique : celle de faire du chiffre ».
Le recours le plus fréquent qui s’offre aux migrantes pour sortir de la prostitution réside dans le mariage. Mais dans la plupart des cas, ils sont contractés avec des clients, et donnent lieu à des violences conjugales. « Dans la plupart des cas, le mari violent reste impuni. La plainte pour séquestration n’est jamais retenue, comme si cela faisait partie des risques du métier. », souligne Alice Lafille, qui assiste aux procès, souvent soldés en comparutions immédiates. Annie, une des médiatrices culturelles de l’association, se souvient d’une Nigériane enceinte, victime de la traite de son mari. La jeune femme a porté plainte pour proxénétisme et violences conjugales. Elle s’est retrouvée en centre de rétention.
« Les institutions disent qu’elles les renvoient au pays pour leur bien », explique Annie. « Mais les femmes ne se considèrent pas comme des victimes. Elles préfèrent rester en France, quitte à vivre à l’hôtel et à subir toutes ces pressions ».
La criminalisation du racolage par la loi de sécurité intérieure de 2003, surtout, aurait provoqué la recrudescence des violences, policières. L’éloignement des centres villes et la crise aidant, les pressions des clients ont, elles aussi, augmenté.
Selon Françoise Guillemaut, la loi condamne les prostituées étrangères à choisir entre clandestinité et délation. Elles peuvent prétendre à un titre de séjour temporaire si elles acceptent de dénoncer leur proxénète, ce qui leur permet d’être reconnues comme victimes de la traite.
La prostituée étrangère ne peut presque jamais être considérée comme « la bonne victime » « Même quand une femme est face à un vrai proxénète et accepte de le dénoncer, elle n’est pas à l’abri de passer pour une femme vénale qui a utilisé cette astuce pour obtenir des papiers », confie Alice Lafille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie