Maires en campagne, un film sur l’engagement en milieu rural

Qu’est-ce qu’être maire aujourd’hui ? Quel devenir d’une commune rurale ? À l’occasion des élections municipales, le livre-documentaire « Maires en campagne » propose une rencontre avec ces hommes et ces femmes, premiers magistrats, qui témoignent sur la place de la commune dans notre société.

Qu’est-ce qu’être maire aujourd’hui ? Quel devenir d’une commune rurale ? À l’occasion des élections municipales, le livre-documentaire « Maires en campagne » propose une rencontre avec ces hommes et ces femmes, premiers magistrats, qui témoignent sur la place de la commune dans notre société.Un outil indispensable pour voir son maire autrement… avant et après les élections.

Par Christpohe Pélaprat sur www.frituremag.info 

« 16 figures passionnées, 36000 maires incarnés ». C’est ainsi que Jacques Pélissard, Président de l’Association des Maires de France, intitule sa préface du livre-DVD « Maires en campagne ».
Ce sont d’abord des portraits de gens ordinaires, d’hommes ou de femmes, habitant(e)s d‘une commune, que donne à voir le documentaire de Marc Guiochet et Carole Testa. Hors des logiques d’appareils politiques, ils livrent avec simplicité leurs craintes et leurs motivations, leurs difficultés et leurs passions.
Le contexte : une communauté de communes, celle de Cère-et-Dordogne, au nord du Lot. Un territoire comme d’autres ailleurs : des communes rurales empreintes d’une résonance industrielle encore vivace, entre monde paysan et monde ouvrier, au carrefour de plusieurs entités géographiques aux confins du Quercy, de l’Auvergne et du Limousin. Un bel échantillon d’élus aussi, du « simple » maire à celui augmenté du rôle de conseiller général ou de député. L’association Art’zimut à l’initiative du projet, que préside Marc Guiochet, connaît bien ces élus. Elle est habituée, dans ces villages, à amener le public à s’interroger sur son territoire à travers des créations et des parcours artistiques.


Jacques Ferrand, maire de Glanes (Lot) Photo Lucie François

Si le maire reste l’élu auquel nous sommes paraît-il le plus attaché, et la commune, le premier échelon démocratique, le rôle de ces premiers maillons suscite bien des questions dans un monde rural en transition.
Garant d’un service de proximité, essentiel dans des communes de quelques centaines d’habitants, soumis à la complexification des dossiers, au délitement de son pouvoir noyé dans des intercommunalités de plus en plus grandes, le maire d’aujourd’hui se bat pour sauver son territoire menacé d’extinction -« l’esprit commune c’est fini, on est obligé de travailler ailleurs, l’école est fermée », dans un monde globalisé qu’il ne contrôle plus - « Avant, nous étions dans l’échelle humaine, on maîtrisait tout ». « Les maires ont la même peine que nous à lire notre société, perdus dans les strates politiques et administratives », explique Marc Guiochet.

La commune telle un jardin

 

Au centre des préoccupations, la place du premier magistrat dans les super communautés de communes à venir. « Si on casse l’élu municipal avec l’intercommunalité, ce sera préjudiciable pour la démocratie, l’intercommunalité doit avoir une taille maîtrisable », estime l’un des maires interrogés. Dépouillés de leurs compétences techniques, qu’ils ont souvent certes du mal à assumer tant elles sont diverses et variées, les maires ne seraient plus là que pour un service minimum de lien social. « Qui va avoir envie d’être maire dans nos petites communes, il n’y aura plus de pouvoir, que du lien », questionne une autre élue ?

La dimension de la commune, et de son champ de possibles, est bien le message de fond de « Maires en campagne ». « La commune est le reflet de la société, de notre démocratie, observe le réalisateur. On peine à avoir un esprit communautaire, c’est le vrai déficit de la démocratie. Il faut prendre soin de discuter de cette idée du local et du global. » Comment ? « C’est culturel, il faut travailler sur des fondamentaux, favoriser la prise de parole. On peut revendiquer de nouveaux élus qui vont être en phase avec des démarches plus participatives. »
« La commune pourrait être considérée comme un jardin, poursuit Marc Guiochet, fidèle aux concepts de son action culturelle. Le maire serait un jardinier : il anticipe, prépare le terrain, ensemence et cultive. »
Malgré toutes les menaces qui semblent le cerner, l’échelon communal serait encore un lieu privilégié pour penser du commun et faire société, permettre cet espace de débat nécessaire aux transitions qui s’annoncent. « La commune rurale, elle a toutes ces promesses  », observe le président d’Art’zimut. Saura-t-elle se saisir de cette chance ?

Maires en campagne – Production Adicom/Art’zimut
Livre de 180 pages et DVD de 72 min
Commande et informations : www.mairesencampagne.fr - 05 65 38 07 99

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.