Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2013

Pollution sur le Canal du Midi : on navigue en eaux troubles

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Photomontage Samson

La pollution des eaux est souvent mise en avant par les professionnels du tourisme, les badauds, les riverains. Pourtant, le long des voies d’eau, nombreux sont ceux qui dénoncent une dramatisation exagérée, voire orchestrée, de la situation. De son côté, le gestionnaire VNF se veut rassurant. Une polémique qui navigue sur fond d’un manque d’études publiques précises sur les responsabilités de chacun pour faire cesser les remous. Le récent épisode d’une pollution par hydrocarbures à Toulouse a encore relancé le débat.

par Anne-Sophie Terral sur wwwfrituremag.info

Des matelas, vélos, machines à laver, canettes de bière, pneus... Le Canal est une source inépuisable de trésors pour la « Midinette », bateau acheté par la mairie de Toulouse et utilisé par Voies Navigables de France pour faire le ménage chaque semaine. Equipé de deux bras articulés, ses trouvailles ont de quoi laisser pantois. Le patrimoine mondial classé par l’Unesco serait-il devenu une décharge publique ?
Ces « incivilités » sont préoccupantes pour VNF (Voies navigables de France), mais qui n’a pas non plus vocation à devenir un observatoire de la qualité des eaux. « Mon métier est de faire passer des bateaux ! » plaisante à moitié Jean-Pierre Mattossi responsable de l’infrastructure et de l’’exploitation du Canal à VNF. Il dispose par ailleurs de données plutôt rassurantes : il n’y a pas de pollutions lourdes d’ordre chimique, « à certains endroits, dans le secteur de Béziers notamment, nous suivons de près des facteurs de pollutions bactériologiques liées aux rejets humains ou animaux. La pollution d’ordre visuelle, même si elle est dérangeante, est un autre type de préoccupation ». En bref, « si la baignade est interdite le long du Canal, c’est plutôt pour ne pas se faire déchiqueter par une hélice ».

Pas de lourdes pollutions chimiques

Selon les analyses effectuées par VNF depuis 2011 sur quinze points de mesure différents, la qualité des eaux peut être qualifiée de « moyenne ». Il est pourtant impossible de jeter un œil à cette étude qui n’a pas été rendue publique. Autre donnée fournie par Jacques Noisette, responsable de la communication de VNF : les analyses de sédiments faites lors des opérations de dragage (extraction du surplus de vase en fond de canal) ne mettent pas à jour de pollutions. Il faut aussi savoir que les situations sont très diverses en fonction des zones géographiques. Le Canal latéral est alimenté par la Garonne. « Son eau est aussi utilisée pour l’irrigation et alimente même les réseaux d’eau potable » montre Jacques Noisette. Au contraire, sur le versant méditerranéen, l’eau est plus sensible aux changements de températures car elle circule moins.

A qui la faute ?

Les sources potentielles de pollution sont nombreuses : rejets agricoles et industriels, rejets des eaux usées des péniches, bateaux dégradés et abandonnés contenant encore des hydrocarbures, ou encore aires de carénage (lieux où on repeint les bateaux) mal équipées. Mais aucune étude ne permet pour le moment d’établir précisément la part de responsabilité de chaque usage.


Et le peuple de l’eau est déjà sur la défensive quand on pointe souvent du doigt les péniches. Laurent Martinez, de l’association nationale des plaisanciers en eaux intérieures, s’agace : « nous avons des statistiques qui évoquent que la pollution liée aux bateaux est infinitésimale par rapport aux autres pollutions. Je regrette qu’ils soient toujours montrés du doigt ! »
Pour Jean-Pierre Mattossi, « notre objectif est aujourd’hui d’avoir une connaissance plus fine de la situation et d’engager des actions collectives en justice en cas d’abus ou de rejets pirates ».

Les entreprises de nettoyage sur le coup

« On confond pollution et turbidité (eau trouble) » insiste aussi un habitant, « mais une eau peut être cristalline et très polluée ! ». Il dénonce ces « campagnes » régulières autour de la pollution et « demande à voir l’étude qui la prouve ». La raison de ce discours ambiant selon lui ? « On veut nous vendre de la machine à nettoyer ». Une analyse qui donne raison à ceux qui pensent que le lieu est un nouveau terrain de jeu pour les entreprises. En clair, faire entrer dans les mentalités l’idée que le Canal du Midi est une poubelle justifierait le fait de faire appel à des sociétés privées spécialisées dans la propreté, le nettoyage, l’assainissement. Une vision « un peu trop machiavélique » au goût de Jacques Noisette. Même si son collègue Jean-Jacques Mattossi confirme sans en dire plus, « c’est vrai que nous avons déjà assisté à la présentation commerciale d’un bateau nettoyeur... ».
En attendant, une convention est en train d’être signée avec l’Agence de l’eau Adour-Garonne pour monter un observatoire de la qualité des eaux. De quoi peut-être avoir des données plus complètes pour pouvoir prendre les mesures adéquates.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel