Front de Mères
Syndicat de parents
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2018

Front de Mères
Syndicat de parents
Abonné·e de Mediapart

Les mères avec les lycéens réprimés par la police: ne touchez pas à nos enfants!

C'est en tant que mères unies et déterminées que nous nous adressons à l’État : ça suffit, nous vous interdisons d'humilier, de mutiler et de détruire nos mômes ! Nous ne laisserons pas faire ! Nous protégerons nos enfants par tous les moyens nécessaires, parce que nous les aimons, que c'est notre avenir, et parce que c'est notre devoir de parents !

Front de Mères
Syndicat de parents
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis plusieurs jours, nos enfants lycéens et lycéennes subissent une infâme répression policière digne d'une dictature.

La guerre est déclarée à nos enfants à Ivry, Mantes-la-jolie, Garges, Paris, Orléans, Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Marseille et partout en France.

Nos assistons à des scènes où nos enfants sont humiliés, placés dans des positions dégradantes, rappelant les pratiques coloniales.

Nous entendons la police les menacer avec des insultes racistes et homophobes. Nos enfants sont illégalement placés et maintenus en garde à vue. Nous voyons, horrifiées, la police les mutiler à coups de flashballs, plusieurs d'entre eux ont perdu une main, ont le visage cassé, la mâchoire détruite. Quelle hypocrisie de la part d'un gouvernement qui dans le même temps veut interdire aux parents la fessée !

Nous ne sommes pas dupes concernant les objectifs de cette répression féroce : nous savons qu'il s'agit de défigurer la jeunesse de ce pays et de la terroriser pour éviter qu'elle vienne donner de la force au mouvement massif de contestation sociale, notamment autour des gilets jaunes. Nous savons que la garde à vue est utilisée comme arme de dissuasion pour empêcher les jeunes d'utiliser leurs droits les plus fondamentaux de s'exprimer et de manifester.

Nous ne sommes pas dupes, nous savons que cette répression s'inscrit dans le prolongement de l'Etat Macron qui veut expérimenter la présence policière au sein des établissements, qui nomme des gendarmes comme proviseurs adjoints, qui forme les chefs d'établissement aux techniques militaires.

Nous ne sommes pas dupes également du fait que le système d'oppression raciste ne traite pas nos enfants de la même manière selon leur classe et leur couleur de peau. Si tous les lycéen.nes qui manifestent aujourd'hui sont ciblés, nous savons que le pouvoir traite différemment les jeunes noirs et arabes, et les jeunes blancs des classes moyennes. Aux jeunes noirs et arabes habitant les quartiers populaires, et depuis des décennies, on dénie jusqu'à leur humanité. Ils ne sont même pas considérés comme des enfants, mais comme des délinquants. Nous savons aussi que ce système cherche par là à nous diviser. Mais aujourd'hui, nous ne sommes pas divisées ! Aujourd'hui, nous sommes solidaires. Car liées par le même sentiment d'amour pour nos enfants, liées également par le même sentiment d'inquiétude et d'angoisse pour eux.

Et c'est en tant que mères unies et déterminées que nous nous adressons à l’État : ça suffit, nous vous interdisons d'humilier, de mutiler et de détruire nos mômes ! Arrêtez de maltraiter et de sexualiser le corps de nos enfants !

Nous ne laisserons pas faire !

Nous protégerons nos enfants par tous les moyens nécessaires, parce que nous les aimons, que c'est notre avenir, et parce que c'est notre devoir de parents !

Nous sommes solidaires des revendications légitimes de nos enfants, qui refusent qu'on restreigne « réforme » après « réforme » leurs champs des possibles et leurs perspectives d'avenir. Nous sommes solidaires de leurs revendications contre Parcoursup, la « réforme » du bac, la suppression de 2600 postes depuis septembre, et les discriminations dans le système scolaire le plus inégalitaire d'Europe.

Quant à notre revendication principale, elle concerne la police, qui n'a rien à faire dans l'école. Ni autour ! Nous exigeons une distance de sécurité entre nos enfants et la police. Et que les chefs d'établissement ne soient pas des relais de la police au sein de l'école. Car l'institution scolaire est aujourd'hui complice de la répression à l'égard des lycéen.nes et de l'atteinte à leurs droits fondamentaux en excluant les lycéen.nes qui bloquent les établissements, en leur refusant des salles de réunions, et en collaborant étroitement avec les services de police contre leurs élèves. Nous exigeons de l'institution scolaire qu'elle défende avant tout l'intérêt des élèves !

Dans ce sens, nous exigeons que soit respecté le droit de nos enfants à manifester et à s'exprimer. Nous refusons la criminalisation de leur engagement, cette forme de punition collective parce qu'ils osent se lever. Car notre rôle éducatif de parents c'est d'apprendre à nos enfants à refuser l'injustice et la violence.

Notre démarche est de long terme, mais nous prévoyons plusieurs actions concrètes dès les prochains jours :

  • Nous sommes en train d'organiser une riposte juridique pour faire condamner l’État français. En ce sens, nous soutenons les plaintes déposées par les avocats de lycéen.nes victimes de violences policières

  • Nous allons organiser des cellules de soutien pour les lycéen.nes victimes et leurs familles

  • Nous sommes en train de rédiger une plaquette à destination de tous les lycéen.nes, avec leurs droits, les démarches à suivre, les contacts à appeler, etc

  • Mais surtout nous allons protéger nos mômes, nous allons être des mères boucliers !!

Nous nous rendrons dès ce lundi 10 décembre dans les lieux d'extrême répression, à Ivry, Mantes la Jolie, Garges, Villemonble, etc pour y faire bouclier face à la police et protéger nos enfants !

Car un pays où l'on détruit les enfants est un pays sans avenir,

Un pays où l'on terrorise les enfants se dirige vers la dictature et le fascisme.

Nos enfants, c'est notre vie, notre espoir ! Protégeons-les contre les violences d’État !

A toutes les mères de France, rejoignez-nous !

Front de mères

Collectif des mères de Bergson

Collectif des mères d'Arago

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Violences conjugales : l’Assemblée vote la création de juridictions spéciales
Au terme d’une soirée rocambolesque, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi créant des pôles spécialisés au sein des tribunaux pour juger les violences intrafamiliales. Une proposition du groupe LR, soutenue par l’ensemble des oppositions… et farouchement combattue par Éric Dupond-Moretti.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le retour de Dominique Voynet fait débat chez les écologistes
L’ancienne ministre de l’environnement a été élue secrétaire régionale des Verts en Franche-Comté. Des militantes féministes la contestent à cause de son témoignage de soutien à Denis Baupin, lors du procès en diffamation qu’il avait intenté. Elle s’en dit aujourd’hui « désolée ».
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte