Front de Mères

Syndicat de parents

France

Sa biographie
Nous avons crée le Front de Mères, premier syndicat de parents des quartiers populaires. Nous l'avons crée parce que nous aimons nos enfants, parce que nous voulons mettre hors d’état de nuire le système raciste qui les détruit, parce que nous voulons leur transmettre tout ce qui pourra les rendre plus forts, à commencer par notre dignité, parce que nous voulons les éduquer à travers des valeurs d’égalité, de justice et de bienveillance, et parce que nous savons que sans lutte politique et collective, ce combat-là est vain. Notre projet s'inscrit dans une démarche d'éducation populaire, nous travaillons sur des projets concrets et locaux, sur du long terme, dans une perspective positive et constructive, et sur tout ce qui concerne l'éducation de nos enfants.
Son blog
27 abonnés Le blog de Front de Mères
Voir tous
  • Les mères avec les lycéens réprimés par la police: ne touchez pas à nos enfants!

    Par
    mg-0046
    C'est en tant que mamans unies et déterminées que nous nous adressons à l’État : ça suffit, nous vous interdisons d'humilier, de mutiler et de détruire nos mômes ! Nous ne laisserons pas faire ! Nous protégerons nos enfants par tous les moyens nécessaires, parce que nous les aimons, que c'est notre avenir, et parce que c'est notre devoir de parents !
  • Non à la présence de la police à l'école!

    Par
    Tout commence par une vidéo postée par un élève mettant en scène un élève d’un lycée professionnel de Créteil qui menace d’une arme factice une enseignante pour qu’elle le note « présent » à son cours.
  • Pour une lutte syndicale (concrète) des parents!

    Par
    Une nouvelle année scolaire débute pour nos enfants, qu’ils soient en maternelle, en primaire, au collège, au lycée ou dans l'enseignement supérieur. Cette rentrée se déroule dans un contexte particulièrement difficile car nous avons un gouvernement dont le projet politique semble être le démantèlement des services publics, dont l’école.
  • Formations post-bac: le Parcours(subi) des classes populaires

    Par
    La loi relative à l’Orientation et la Réussite des étudiants (ORE) dont Parcoursup est l’un des volets, loin de répondre à l’esprit qui lui donne son nom, apparait comme une politique de gestion des flux qui désavantage les élèves des quartiers populaires, et en particulier celles et ceux issus de l’immigration postcoloniale.
  • J.-M. Blanquer : obsession de la laïcité et vision réactionnaire de l’enseignement

    Par
    Le ministre de l'éducation, Jean-Michel Blanquer, continue son action « volontariste » comme il la qualifie lui-même, pour défendre son interprétation toute personnelle et rigoriste de la laïcité. Dans un entretien-fleuve accordé à l’hebdomadaire l’Express, il aborde différents sujets qui vont de la laïcité à Parcoursup (1).