Élection départementale du jour ...

Petites réflexions en forme de commentaires politiques, souvent initiées par les échéances electorales et leurs échos médiatiques aussi excessives que vacuistes :

N'est-il pas temps d'arrêter avec la bipolarisation simpliste gauche / droite "pour les nuls" et de s'intéresser enfin aux idéologies politiques dans le détail ? Est-ce trop difficile (aussi) pour les journalistes ?
Cette tradition imbécile bien française de décrire la politique de façon primaire, et finalement fallacieuse doit cesser ; et pour cela, il faut renouveler les responsables politique, mais aussi  les journalistes qui en parlent ...

Si on arrêtait avec "gagner", "perdre", "sauvé" "perdu", "victoire", "pouvoir", si on remplaçait "combat" par "débat" ?
Et si les médias se mettait à faire un travail intellectuel sur la politique, à faire de l'investigation, à produire des analyses critiques expertes au lieu de faire du racolage simpliste avec un vocabulaire basique et réducteur, pour relayer et ressasser des lieux communs moisie et éculés, ou faire passer des évidences pour des articles journalistiques ?

Médiapart fait un travail remarquable de qualité ; parfois quelques facilités dommageables apparaissent de temps à autre. Dois-ja craindre que cela s'amplifie tellement il est nécessaire d'oeuvrer très attentivement  contre cette "culture" pour ne pas s'y laisser prendre ? les derniers commentaires sur les éléctions n'ont pas été fait sans l'usage pénible de qualificatifs bien trop simplistes et finalement fallacieux.

Et si tous les médias donnaient la paroles aux intellectuels, comme Médiapart le fait, pour commenter les échéances et évènements politiques au lieu de la donner aux protagonistes habituels, politicards professionnels qui passent leur temps en flagornerie envers eux-même et en duperie langagière moisie envers les autres. Arrêtons de relayer les lapalissades hypocrites et fallacieuses, et élevons un peu le débat pour parler des idéologies politiques comme dans un débat intellectuel plutôt que comme des commentaires de match ...

Voilà donc sur la plupart des médias toute une soirée électorale à compter sur ses doigts, et à recommencer à compter encore, jusqu'à 60, peut-être même des fois jusqu'à 75 ?!... Peut-être que des candidats auraient pu exposer leur projet départemental, discuter en direct avec d'autres candidats et des citoyens pas candidats, discuter avec des représentants de différentes idéologies politiques, de projet économiques, sociaux, culturels, éducatifs, collaboratifs, mutualistes, agricoles etc etc. Non. 1,2,3... Gagné. Perdu. Mais quoi ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.