Notre scrutin ne va vraiment pas bien...

Les analyses critiques sur l'expression d'un vote feraient bien de s'intéresser au mode de scrutin. C'est l'outil essentiel de l'expression démocratique et on en oublie la prépondérance et l'importance, alors que chaque élection qui passe montre ses limites et sa médiocrité. Il est juste verrouillé par ceux qui en tirent un profit personnel, et oublié de fait par les médias.

Quel dommage, tous ces discours d'analyses sur l'expression d'un vote et pas un mot, pas un seul sur le mode de scrutin ! Cet outil essentiel tellement premier dans une démocratie qu'on en oublie la prépondérance et l'importance. Il est depuis bien trop longtemps verrouillé pour que survive envers et contre toutes raisons démocratiques le système politique actuel français, largement décrié par la grande majorité des gens et prouvé à chaque élection par un taux d'abstention supérieur à toute autre expression !

Pour ne pas détailler ici, il est temps de prendre connaissance de ce que l'on peut lire avec intérêt sur http://votedevaleur.org.

Pourtant, nonobstant le fait que le système actuel est pervers et détourne complètement le sens d'une expression qui serait réellement démocratique permettant d'exprimer une pensée politique et non un sentiment, au profit d'un système d'affrontement permanent de personnes, souvent réduite à des duels sans intérêt pour des intérêts troubles, sur le mode d'une politique de "combat" plutôt que de débat, il est essentiel de le réformer ; cela aurait du être le cas depuis longtemps.

Soyons clairs : l'exemple de cette élection régionale, censée être proportionnelle est complètement dévoyée et de façon outrancière par les seuls appels à fusionner ! C'est complètement contraire à la nature proportionnelle ! Pourquoi cela n'est-il pas mis en avant par les médias ? Il n'y a quasiment plus de journalistes compétents pour pratiquer de véritables analyses critiques pertinentes et incisives, les médias se perdent dans la mise en forme des contenus que les hommes politiques ou les experts autoproclamés leur servent, sans plus aucune investigation intelligente et perspicace, experte.

Trop rares sont aussi les appels aux témoignages des universitaires, les références aux véritables travaux sociologiques et démographiques dont la qualité est inversement proportionnelle à leur médiatisation et diffusion ; ils ne sont pas "à la mode".

Prenons aussi l'exemple du discours qui décrit une élection de façon tellement standard en France, et de façon absolument similaire par les responsables et analystes politiques et les médias, le discours quasi exclusivement guerrier : "gagner", "perdre", "sauvé" "perdu", "victoire", "affrontement", "pouvoir"... si on remplaçait "combat" par "débat" ? La démocratie est un exercice du pouvoir, on le pratique par la violence de l'affrontement ou par l'intelligence du débat ; en France, c'est clairement un combat, pour le seul bénéfice personnel des responsables politiques qui usent des électeurs comme pions de leurs jeux politiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.