Appel de 127 intellectuels juifs aux députés français

« Ne soutenez pas la proposition de résolution assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme ». Un collectif du monde entier appelle les élus à ne pas apporter leur soutien à ce texte, qui doit être débattu dès mardi.

Le Monde, 2 décembre

Les députés doivent se prononcer, mardi 3 décembre, sur une proposition de résolution visant à lutter contre l’antisémitisme, déposée par le député La République en marche (LRM) Sylvain Maillard. Controversé, ce texte propose que la France adopte, à la suite du Parlement européen, la définition de l’antisémitisme établie par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), en 2016. Celle-ci inclut « les manifestations de haine à l’égard de l’Etat d’Israël justifiées par la seule perception de ce dernier comme collectivité juive », rappelle le texte de M. Maillard. Lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le 21 février, le président de la République Emmanuel Macron s’était dit favorable à l’adoption de cette définition non contraignante, jugeant que l’antisionisme constitue « une des formes modernes de l’antisémitisme »... Ben tiens !

Tribune

Le 3 décembre, l’Assemblée nationale va débattre et voter une proposition de résolution sur la lutte contre l’antisémitisme. Cette résolution est hautement problématique.

Nous, universitaires et intellectuels juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup de spécialistes de l’antisémitisme et de l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, élevons notre voix contre cette proposition de résolution.

La montée de l’antisémitisme dans le monde, y compris en France, nous préoccupe profondément. Nous considérons l’antisémitisme et toutes les autres formes de racisme et de xénophobie comme une menace réelle contre laquelle il convient de lutter avec la plus grande fermeté, et exhortons le gouvernement et le Parlement français à le faire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Antisémitisme et antisionisme : l’Assemblée nationale face à la controverse

Tout en soulignant fermement notre préoccupation, nous nous opposons à la proposition de résolution sur l’antisémitisme pour deux raisons principales, et appelons les députés de l’Assemblée nationale à ne pas y apporter leur soutien.

Premièrement, l’exposé des motifs de la proposition de résolution associe l’antisionisme à l’antisémitisme. Il assimile même l’antisionisme à l’antisémitisme en précisant que « critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté juive dans son ensemble ».

Pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux

Avant de poursuivre notre argumentation, nous déplorons que l’exposé des motifs désigne Israël comme « une collectivité composée de citoyens juifs ». Environ 20 % de la population d’Israël sont des citoyens palestiniens, dont la plupart sont musulmans ou chrétiens. La désignation choisie occulte et nie leur existence. Nous considérons cette approche comme très problématique, compte tenu également de l’engagement de votre pays en faveur d’une définition de la citoyenneté française qui n’est pas basée sur l’ethnicité.

[...] La suite est réservée aux abonné.e.s du journal Le Monde... Info égale exclusivité "réservée" !  surprised (C'est nouveau, ça vient de sortir.)

Voir aussi les commentaires de France TV Info et RFI (numérique uniquement), de L'Obs, de RT France, de Sud-Ouest, de French Almanar, Time of Israël... et c'est tout.


Extraits de l'"exclusivité réservée" glanés ici et là

« Nous, universitaires et intellectuels juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup de spécialistes de l’antisémitisme et de l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, élevons notre voix contre cette proposition de résolution. »

Parmi les signataires figurent plusieurs professeurs – ou ex-professeurs – en poste à Paris, Oxford (Angleterre), Princeton (Etats-Unis) ou encore Jérusalem.

La résolution est « hautement problématique », affirme le collectif dans sa tribune. D’abord parce qu’elle « assimile […] l’antisionisme à l’antisémitisme ». Or « pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux », affirme le collectif.

« Certains juifs s’opposent au sionisme pour des raisons religieuses, d’autres pour des raisons politiques ou culturelles. De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes », rappelle le collectif.

« Pour les Palestiniens, le sionisme représente la dépossession, le déplacement, l’occupation et les inégalités structurelles. […] Ils s’opposent au sionisme non par haine des juifs, mais parce qu’ils vivent le sionisme comme un mouvement politique oppressif. »

La deuxième raison est que la définition de l’antisémitisme de l’IHRA elle-même serait « hautement problématique », « peu claire et imprécise ». Elle est, en outre, « déjà utilisée pour stigmatiser et réduire au silence les critiques de l’Etat d’Israël, notamment les organisations de défense des droits humains », estime le collectif.

« Nous ne pouvons pas considérer cela comme indépendant de l’agenda politique principal du gouvernement israélien visant à enraciner son occupation et son annexion de la Palestine et à faire taire toute critique », estiment les signataires qui s’inquiètent de voir « un soutien politique, jusqu’en France ».


Quid sur les onde radio & télé ?

☛ Silence radio chez les chers collègues du "Service public" (hors éditions numériques réservées aux happy few, voir ci-dessus), ce genre d'info étant une confiture dont "les gens qui ne sont rien" seraient indignes, pour Macron et sa domesticité (dont Mme Delphine Ernotte), juste des cochons de payants selon l'expression consacrée !

SHAME ON L'ÉTAT-MAJOR DU "SERVICE PUBLIC" !!!!

☛ Quant aux officines de propagande de l'oligarchie gauloise (catholique, apostolique, romaine et "mondialisée"), force est de constater que la "blagounette" du nommé Zemmour Éric (diffusée sur CNews  en Live Urbi et Orbi) leur ait fait perdre toute réactivité journalistique...

boycottisrael


Rappel du contexte

[UJFP, 29 septembre] – Islamophobie et négationnisme : l’ignoble tour de force d’Éric Zemmour

Tout le gratin des névrosé.e.s du "grand remplacement", de l’"inversion de la colonisation" et de "l’extermination de l’homme blanc hétérosexuel catholiq«ue" s’est donné rendez-vous à Paris ce samedi, à l’initiative de Marion Maréchal-Le Pen, organisatrice de la première "Convention de la droite. Au programme, les obsessions habituelles : immigration, islam et dissolution de l’identité virilo-nationale.

À l’aise comme un poisson dans les eaux croupies des droites extrêmes, Éric Zemmour, le médiacrate au racisme encore récemment avéré, s’est fendu d’une intervention particulièrement odieuse – et particulièrement applaudie –, dont une petite phrase prononcée sur le ton du bon mot nous a heurté plus encore que toutes les autres : « Le nazisme est parfois un peu raide et intolérant, mais de là à le comparer avec l’islam… ».

No other comment than IMMONDE !

« Le ventre est toujours fécond d'où a surgi la Bête Immonde. » (Bertold Brecht, "La Résistible Ascension d'Arturo Ui")


IL Y A DONC DE QUOI S'INTERROGER...

Qu'il me soit permis de formuler ici en clair deux questions que chacun.e est en droit de se poser :

  • ANTISÉMITES, LES SOMMITÉS DU "SERVICE PUBLIC" DE L'INFO ?
  • RADIO PARIS MENT, RADIO PARIS MENT, RADIO PARIS EST LALLEMENT ?

C'est juste des questions, réponses (très) vivement souhaitées... Qui ne dit mot consent (?)


Grève reconductible des personnels du Service Public de l'Info, pour l'honneur du journalisme et l'avenir de la démocratie, même si Ernotte le veut pas elles.ils sont là...

Grève générale et illimitée du 5 décembre // On est là ! © Grève générale

Force et courage, camarades journalistes, technicien.ne.s, etc. !

handala-copie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.