Gabas
Abonné·e de Mediapart

770 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 févr. 2021

La police "désinfecte" Montpellier

Depuis trois mois, la police chasse les sans-abris du cœur de ville, constatent des bénévoles de l’action humanitaire, qui n’obtiennent aucune explication.

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://lepoing.net/qui-veut-desinfecter-montpellier-de-ses-sans-abris...

Depuis trois mois, la police chasse les sans-abris du cœur de ville, constatent des bénévoles de l’action humanitaire, qui n’obtiennent aucune explication.

Aujourd’hui Céline est très embarrassée voire outrée et scandalisée par ce qui se passe à Montpellier. Céline Bouloc est la responsable de l’antenne “Action froid” à Montpellier. Nous l’avons rencontrée, en ayant eu l’occasion de nous joindre à une maraude le soir de Noël. “Action froid” est une association nationale créée en 2012 qui a actuellement une vingtaine d’antennes dans les grandes villes de France. Dont une à Montpellier depuis trois ans. Cette association effectue deux maraudes par semaine, avec une dizaine de bénévoles. Elle ne demande aucune subvention à la mairie de Montpellier, puisqu’elle est considérée comme une association relevant du national.

Ses objectifs et missions sont essentiellement de fournir des vêtements, des produits d’hygiène de première nécessité et de la nourriture à un public de personnes sans-abris. Ces personnes, celles que l’on appelle les bénéficiaires (!), sont à la fois des mineur·e·s, des jeunes suivis par l’aide sociale à l’enfance. Également des personnes qui ont parfois un âge avancé ou d’autres qui relèvent d’un suivi psychiatrique qui a été interrompu… Depuis le Covid, la demande de nourriture s’est considérablement accrue.

Céline Bouloc est donc en colère : le centre-ville de Montpellier est « nettoyé » des personnes sans abri, « sans aucune délicatesse » dit-elle, voire avec des verbalisations, par la police nationale constate l’association, et la municipale n’est pas en reste. Cet état de fait s’est développé depuis trois mois, sans que l’on sache à qui l’imputer. Qui prend ce type de décision ? Et pour quelle raison ? « Un plan vigipirate renforcé ? La troisième vague du Covid ? » s’interroge l’équipe d’”Action froid”.

En tout cas les policiers forcent, manu militari, verbalisation à l’appui, les sans-abris à quitter le centre-ville. Avant cette période, chaque maraude rencontrait habituellement une quarantaine de personnes. Parmi lesquelles, aujourd’hui, seule une dizaine essaye de passer inaperçue pour rester en ville. Il faut planquer ses affaires, s’habiller « passe-partout », éviter de se faire remarquer pour demander une pièce. Or, rester en ville, c’est l’assurance de pouvoir faire la manche, d’avoir un peu moins froid, d’être sous la lumière, donc un peu plus en sécurité, surtout pour les femmes.

Aujourd’hui “Action froid” est obligée de faire ses maraudes en voiture, totalement en périphérie, pour trouver et aider ces personnes en détresse, qu’on voudrait invisibiliser totalement. Ils vont à la recherche de ceux qui n’ont plus rien et que l’on ne voit plus. Ce plan de « désinfection » de la ville est mis en place toute la journée ; on ne peut donc l’attribuer à la seule application du couvre-feu nocturne. Et ils contribuent à l’aggravation massive de toutes les inégalités. Il arrive même que les bénévoles, accompagnés de leur attestation pour œuvrer, soient interpellés également. Le refuge des sans-abris à la périphérie de la ville ce sont les ponts, la pollution routière, la peur et l’isolement du reste du monde.

Or, « personne aujourd’hui, ni des services d’État, ni de notre nouvelle municipalité PS, ne communique sur cette situation. Si on cherche à savoir d’où vient la décision de ce nettoyage, personne ne répond » déplore Céline Bouloc en pointant : « Il vaut mieux faire signer la nouvelle charte de la laïcité aux associations, plutôt que répondre aux questions d’urgence vitale posées par ces inégalités qui se perpétuent… Quand est-ce que les collectivités prendront en charge les inégalités que notre société produit ? Quel est le sens de notre devise “Liberté Egalité Fraternité” quand on ferme les yeux sur des situations inacceptables, pour se focaliser sur une charte de supposée laïcité, qui perd tout son sens au regard de ces situations ? »

À son sens, chaque citoyen·ne devrait se mobiliser à son niveau pour refuser ces situations, aider matériellement, mais aussi interpeller notre municipalité sur la raison de ce nettoyage de la ville.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss