"De la démocratie en Pandémie - Santé, recherche, éducation".

Ce que la pandémie fait à la démocratie... Sur France Culture, Barbara Stiegler livre une critique de la gestion de cette crise sanitaire, entre colère et inquiétude pour la démocratie... Comment s'engager en pandémie ?

France culture - 4 janvier 2021

Ce que la pandémie fait à la démocratie... Notre invitée Barbara Stiegler livre une critique de la gestion de cette crise sanitaire, entre colère et inquiétude pour la démocratie. Elle publie un tract Gallimard : "De la démocratie en Pandémie ; Santé, recherche, éducation".

jeunehommeconfinement

Elle a signé la tribune Pour la réouverture immédiate des universités” parue le 29 novembre 2020 dans Libération. Barbara Stiegler, notre invitée, est spécialiste de Nietzsche, professeure de philosophie politique à l’université de Bordeaux où elle est responsable du Master "Soin, éthique et santé" et Membre de l'Institut universitaire de France.

Après Il faut s’adapter. Sur un nouvel impératif politique (Gallimard, 2019), ouvrage dont elle était venue nous parler en 2019, elle a publié Du cap aux grèves – Récit d’une mobilisation. 17 novembre 2018-17 mars 2020 (verdier, août 2020) qui raconte son engagement sur le front social depuis 2 ans.

Il faut savoir que que les universités sont ouvertes et que nous avons toute une série de droits : nous avons le droit d'aller à l'université, nous avons le droit de faire de la recherche à l'université, nous avons le droit de faire venir des étudiants par petits groupes (…) et ces droits là, nous ne les connaissons pas, on ne nous le fait pas savoir. (Barbara Stiegler)

Aujourd'hui, elle dénonce la place que le numérique prend à l'université et son acceptation sans réflexion ni esprit critique. Elle prône l'invention d'autres méthodes d'enseignement pour préserver la relation du professeurs aux élèves. Quitte à refuser d'obéir aux plans de continuité pédagogique qui, tous les jours, disent aux enseignants ce qu'ils doivent faire. 

Je refuse de croire que je pourrais donner des cours en parlant à mon ordinateur. Car donner un cours, c'est une relation. (…) Les élèves modifient considérablement l'enseignant. (Barbara Stiegler)

Ce virage numérique n'est pas du tout une improvisation du 17 mars, c'est un projet politique. (Barbara Stiegler)

Dans De la démocratie en Pandémie ; Santé, recherche, éducation, qui paraît ce 14 janvier, elle reprend le propos de Richard Horton, rédacteur en chef de _The lance_t, pour qui l'épidémie de Covid-19 n'est pas une pandémie mais une « syndémie », une maladie causée par les inégalités sociales et par la crise écologique entendue au sens large, elle montre que toutes les conditions sont réunies pour que le même type d’épidémie se reproduise régulièrement. Si nous ne vivons pas une pandémie, nous vivons “en Pandémie” écrit-elle, dans un nouveau continent mental parti d'Asie pour s'étendre à toute la planète, avec de nouvelles habitudes de vie et une nouvelle culture. 

En parlant de "pandémie", on a sidéré les esprits, on est passés dan un régime d'exception et on a accepté des choses inacceptables. (Barbara Stiegler)

Alors que la plupart des gouvernements ont commencé par s’enferrer dans le déni, elle note un revirement brutal dans leurs réactions à la crise, expliqué par la peur. Il fallait ainsi frapper fort par un confinement total et pour éviter la flambée populaire, utiliser le moment actuel pour faire passer en force toute une série de lois liberticides. Barbara Stiegler dénonce ainsi une  “Manufacture du consentement”n expression qu'elle emprunte à Walter Lippmann.

Surtout, elle souligne la nécessité urgente de mobilisation contre une vision idéaliste de l’après. Alors que l'université est elle-même menacée par une numérisation à tout va et après s'être engagée auprès des Gilets jaunes puis des grévistes contre la réforme des retraites, Barbara Stiegler se porte aujourd'hui contre les visions prophétiques d’un "monde d’après" qui serait plus juste et plus égalitaire. Elle souligne qu’on devrait plutôt s’attendre à un durcissement des pouvoirs dominants. La rupture avec l’ancien monde ne pourrait se conquérir qu’au prix de mobilisations sociales et politiques de très grande ampleur.

Comment s'engager en pandémie ? Avec Barbara Stiegler © France Culture

https://www.dailymotion.com/video/x7ygwmf  (33mn)


https://www.facebook.com/franceculture/posts/10158915073783349

capture-d-ecran-2021-01-13-a-01-47-48

https://www.facebook.com/franceculture/videos/908835249935088  (3mn13)


Barbara Stiegler (née en 1971) est une philosophe française, professeure à l'université Bordeaux-Montaigne ; elle travaille en collaboration avec les milieux de la santé. Elle est membre de l’Institut universitaire de France. Elle s’intéresse tout d'abord à Nietzsche, dans ses rapports à la biologie et au corps. Théoricienne du néolibéralisme, elle met ensuite en évidence les sources évolutionnistes du néolibéralisme pour lequel l’espèce humaine devrait apprendre à vivre dans un nouvel environnement et s’adapter grâce à des politiques de santé et d’éducation menées par des experts.

PUBLICATIONS

Ouvrages

Participation à des ouvrages collectifs

  • « Critique de la compassion. Remarques sur Schopenhauer, Nietzsche et les conditions médiatiques de la sympathie », in Les Affections sociales, 2008, 21 p.
  • « Philosophie et pathologie. Nietzsche et l'ambivalence des émotions depuis Kant et Schophenhauer », in Les Émotions, Paris, Vrin, 2009, 20 p.
  • « La mort théologique de Dieu », in Anthologie : Théologie & Philosophie, Paris, Éditions du Cerf, 2010, 15 p. — également traduction, 10 p.
  • « Qu'y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l'éducation et de la santé », in Le Nouvel Esprit du libéralisme, Le Bord de l'eau, 2011, 42 p.

Articles

  • « Corps donné ou corps à venir ? Le corps vivant selon Schopenhauer et Nietzsche », Études de lettres, no 281 intitulé Penser la vie. Contributions de la philosophie, 2008
  • « El joven Nietzsche y la ciencia: el caso de Democrito », Estudios Nietzsche, no 8, 2008
  • « On the future of our incorporations: Nietzsche, media, events », Discourse - Journal for theoretical studies in media and culture, no 31, 2009
  • « Nietzsche y la critica de la Bildung. 1870-72: los envites metafisicos de la pregunta por la formacion del hombre », Educacion y pedagogia, no 55, 2009
  • « Nietzsche, la biologia e la politica. Prolegomeni a ogni critica futura del neoliberalismo? », Paradosso, no 2, trad. F. Leoni, « Forme della vita e statuti del vivente. Filosofia e biologia », 2012
  • « Receptiones de la muerte de Dios », Desatinos, no 4, 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.