Gabas
Abonné·e de Mediapart

748 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2021

Sally Rooney blocks Israeli apartheid

La jeune romancière Irlandaise Sally Rooney, qui a remporté le prix Man Booker Prize en 2018 et qu’une série TV a rendu célèbre, bloque l'édition israélienne de son nouveau roman “Beautiful World, Where Are You”, en soutien au mouvement international de boycott de l'État d'apartheid en Palestine.

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.irishtimes.com/culture/books/sally-rooney-blocks-israeli-edition-of-her-new-novel-in-support-of-palestinian-led-boycott-1.4698248

Sally Rooney bloque l'édition israélienne de son nouveau roman pour soutenir le boycott mené par les Palestiniens. L'auteur accuse Israël de pratiquer une politique d'apartheid mais dit espérer une traduction en hébreu.

Sally Rooney: no Israeli edition of Beautiful World, Where Are You. Photograph: David Levenson/Getty

Sally Rooney a confirmé qu'elle ne vendra pas les droits de traduction de son nouveau roman à succès, Beautiful World, Where Are You, à un éditeur israélien, en solidarité avec le boycott d'Israël pour son traitement des Palestiniens.

Ses deux premiers romans, Conversations avec des amis et Gens normaux, ont été traduits en hébreu par Katyah Benovits et publiés en Israël par Modan.

Toutefois, à la suite de deux rapports critiques d'un groupe international et d'un groupe israélien de défense des droits de l'homme, selon lesquels le traitement des Palestiniens par Israël correspond à la définition de l'apartheid au sens du droit international, l'auteure irlandaise a déclaré qu'elle soutenait le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) dirigé par les Palestiniens. BDS est, dit-elle, "une campagne populaire non violente appelant à un boycott économique et culturel des entreprises et institutions israéliennes complices, sur le modèle du boycott économique et culturel qui a contribué à mettre fin à l'apartheid en Afrique du Sud".

Plus tôt cette année, le groupe de campagne international Human Rights Watch a publié un rapport intitulé A Threshold Crossed : Les autorités israéliennes et les crimes d'apartheid et de persécution. Ce rapport faisait suite à un rapport tout aussi accablant de B'Tselem, la plus importante organisation israélienne de défense des droits de l'homme.

Mme Rooney a reconnu que « de nombreux États autres qu'Israël sont coupables de graves violations des droits de l'homme ». Toutefois, a-t-elle ajouté, « cela était également vrai de l'Afrique du Sud pendant la campagne contre l'apartheid. Dans ce cas particulier, je réponds à l'appel de la société civile palestinienne, y compris de tous les principaux pays de la région ».

 « Je comprends que tout le monde ne sera pas d'accord avec ma décision, mais je pense simplement qu'il ne serait pas juste pour moi, dans les circonstances actuelles, d'accepter un nouveau contrat avec une société israélienne qui ne prend pas publiquement ses distances avec l'apartheid et ne soutient pas les droits du peuple palestinien stipulés par l'ONU. »

L'auteur a insisté sur le fait que ce serait "un honneur" que son dernier roman soit traduit en hébreu et mis à la disposition des lecteurs de langue hébraïque. « Si je peux trouver un moyen de vendre ces droits qui soit conforme aux directives de boycott institutionnel du mouvement BDS, je serai très heureuse et fière de le faire. En attendant, je tiens à exprimer une fois de plus ma solidarité avec le peuple palestinien dans sa lutte pour la liberté, la justice et l'égalité. »

En mai, Rooney a fait partie des milliers d'artistes qui ont signé une lettre accusant Israël d'apartheid et demandant son isolement international.
Gitit Levy-Paz, membre de l'Institut de politique du peuple juif, a écrit une colonne pour la plateforme d'information juive Forward critiquant la décision de l'auteur. « L'essence même de la littérature, son pouvoir d'apporter un sentiment de cohérence et d'ordre au monde, est niée par le choix de Rooney d'exclure un groupe de lecteurs en raison de leur identité nationale », a-t-elle affirmé.

Gerard Howlin, ancien attaché de presse du gouvernement irlandais et chroniqueur au Sunday Times, a tweeté que "Le refus de Sally Rooney de laisser son nouveau livre être traduit en hébreu est un brûlage de livres d'une autre manière"1.

D'autres ont affirmé que Rooney avait raison de prendre cette position et de soutenir le BDS. Ronan Burtenshaw, rédacteur en chef du magazine Tribune, a écrit que la décision de l'écrivain n'était "pas une surprise", compte tenu de ses affirmations précédentes. « Vous ne pouvez pas publier avec Modan et respecter le boycott. C'est aussi simple que ça. »

Plus tôt cette année, Roger Waters, le cofondateur de Pink Floyd, et l'auteur-compositeur-interprète Patti Smith ont adopté une position similaire à celle de Rooney, rejoignant plus de 600 musiciens pour signer une lettre ouverte encourageant les artistes à boycotter les représentations dans les institutions culturelles israéliennes afin de « soutenir le peuple palestinien et son droit humain à la souveraineté et à la liberté ».

En 2012, Alice Walker a refusé que son roman à succès, The Colour Purple, soit traduit en hébreu pour soutenir le boycott.

Rooney est originaire de Castlebar, Co Mayo, et est retourné vivre dans le comté, où le terme boycott est né, inspiré par les tactiques de Charles Stewart Parnell. Le capitaine Charles Boycott, agent foncier d'un propriétaire absent, Lord Erne, qui vivait à Lough Mask House, près de Ballinrobe, dans le comté de Mayo, a fait l'objet d'un ostracisme social organisé par la Irish Land League en 1880, pendant la "guerre des terres" irlandaise, pour protester contre les expulsions de métayers.

- Reportage supplémentaire : Guardian

------------------------------

READ MORE

------------------------------

Notes

(1) Cette affirmation de Howling est à la fois un mensonge ↓ et une manifestation de l'inconscient antisémite européen : à ma connaissance, la traduction d'un livre en hébreu n'est pas du ressort exclusif des entreprises qui collaborent avec l'apartheid colonial.

Sally Rooney : « Cela me ferait plaisir que mon nouveau roman puisse être disponible en hébreu. Mais je ne vois pas comment je pourrai confier les droits du livre à un éditeur israélien qui ne prendrait pas publiquement position contre le régime d’apartheid, et affirme son soutien aux droits du peuple palestinien tels que stipulés dans les résolutions des Nations-Unies ».

Les récents rapports d’ONG comme Human Rights Watch et B’Tselem « confirment ce que les organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme disent depuis longtemps : le système israélien de domination raciale et de ségrégation des Palestiniens est effectivement un système d’apartheid aux termes du droit international », a-t-elle ajouté. 

« Les droits pour la traduction de mon nouveau livre en hébreu restent disponibles, à la condition que cela se fasse dans un cadre conforme aux lignes directrices de la campagne internationale BDS, lancée par la société civile palestinienne, notamment ses unions d’écrivains. En attendant, je tiens à renouveler ma solidarité avec le peuple palestinien et sa lutte pour la liberté, la justice et l’égalité », a-t-elle conclu.

Source : Europalestine

-------------------------------

SONG FOR PALESTINE | ROGER WATERS' (PINK FLOYD) | FREE PALESTINE 2021 © Arman Rajih
Checkpoint - Jasiri X © 
Kery James - Réel - Avec le Coeur et la Raison - Palestine 2009 © 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk