CEDDO

Un film (1977) du réalisateur sénégalais Ousmane Sembene - À la fin du dix-septième siècle, des dissensions entre la noblesse et la population s'ensuivent lorsque le roi d'un royaume wolof déclare que l'islam est religion d'État... En contrepoint de ce film remarquable : l'Europe féodale de la même période, plus Post-Colonial Art&Science.

Ceddo est un film clé dans l'œuvre du cinéaste Ousmane Sembène. Ce film en costume raconte un épisode important de l'histoire de l'Afrique de l'Ouest. Il signe le refus d'un cinéma de la misère. C'est un film politique qui montre la résistance populaire face à l'oppression religieuse. Le film a été censuré au Sénégal entre 1979 et 1984 par le président Léopold Sédar Senghor sous prétexte que Ceddo ne prend qu'un seul 'd'.

À la fin du XVIIème siècle, l'islam et le christianisme pénètrent en Afrique, le commerce des esclaves fait des ravages. Tous les moyens sont bons pour remplir les églises et les mosquées. Les Ceddo tentent de préserver la culture traditionnelle africaine contre les assauts de l'Islam. Quand le roi Demba part faire la guerre avec les musulmans, un Ceddo kidnappe sa fille, la princesse Dior Yacine, pour protester contre la conversion forcée à l'islam. En essayant de la délivrer, les héritiers du trône sont tués, le roi est assassiné, mais finalement les ravisseurs sont vaincus et tous les villageois convertis de force.

Ceddo (1977), with English and French Subtitles (**enable Closed Caption for English subtitles**) © XMusicMusicX

https://www.youtube.com/watch?v=9ipcync79CI&...

En contrepoint - L'Europe féodale du XVIIème, religions d'État et bisbilles afférentes.

Dont la Guerre de Trente Ans (1618-1648) et autres conflits 'religieux' meurtriers par lesquels les rois ou princes des États européens cherchent à détrôner leurs collègues étrangers afin de récupérer un maximum de pouvoir (et de pognon) sous prétexte de 'valeurs religieuses'.

En la France du "grand siècle", débuts des "temps modernes", la monarchie absolu règne sans partage. Suite à trente ans de guerres civiles destructrices, Henri de Navarre dit Henri IV abjure le religion protestante ("Paris vaut bien une messe") pour restaurer l’État et le pouvoir monarchique avec l'onction du pape Clément (septième du nom), et entreprend reconstruire le royaume de France déchiré par plus de trente ans de guerre civile, guerres 'religieuses' selon l'historiographie d'État. Il est aidé dans son entreprise par des conseillers choisis pour leur valeur, ex-ligueurs ou huguenots. En 1598, Henri IV signe l’Édit de Nantes, garantissant la liberté de culte aux protestants et mettant fin à 36 années de guerres de religion. Il semble ouvrir une ère de tolérance et d'apaisement. Le royaume se reconstruit peu à peu, même si la pacification est longue et difficile. Le conflit religieux peine à s'apaiser. En 1610, Henri IV, disposant d’une armée entièrement réorganisée par le duc de Sully, décide de lancer la guerre contre les Habsbourg dont les armées occupaient Clèves et Juliers depuis le début de l’année. Le roi s’apprêtant à rejoindre son armée est assassiné par Ravaillac, un catholique fanatisé, le 14 mai 1610, rue de la Ferronnerie à Paris. Louis XIII lui succède sur le trône de France, puis Louis le Quatorzième, etc.

En Espagne, Philippe III porte le titre de roi, le duc de Lerme gouverne; le faste de la cour contraste avec la misère du peuple et la dépopulation des provinces, surtout depuis l'expulsion définitive des Maures. La branche allemande d'Autriche est sur le point d'être séparée en deux par l'ambition de Mathias, qui s'irrite du long règne de son frère, l'impuissant Rodolphe II; les états héréditaires sont ouverts, par les révoltes de la Hongrie et de la Transylvanie, à l'invasion ottomane. La Suède protestante rejette son roi légitime qui prétend rester catholique, et qui, a ce titre, avait été appelé à la couronne de Pologne. Le Danemark est plus heureux et plus sage sous Christian IV, qui n'a passé encore que douze années d'un règne de soixante ans; des établissements littéraires et des essais de colonisation aux Indes orientales donnent a ce peuple la prospérité et la civilisation. Les Polonais, les Suédois et les Danois ravagent à plaisir les provinces russes qui, depuis 1598, subissent tout imposteur qui veut se donner pour héritier du trône, Michel Romanov commence enfin une nouvelle dynastie nationale : c'est celle qui régnera jusqu'à la révolution soviétique.

Plus expéditions coloniales aux Amériques, plus traite négrière, plus immondes progroms contre un peuple européen sédentaire de religion judaïque déclaré "sans terre" par les classes dirigeantes européennes, du nord au sud et d'est en ouest.


Le colonialisme, c'est aussi la confiscation-expropriation-desrtruction de la mémoire, Histoire et Culture des peuples colonisés.

Définition de la culture (UNESCO)

« La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. » (Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, 26 juillet - 6 août 1982)

La “mission civilisatrice” de la colonisation est en fait un projet de dé-civilisation (Saïd Bouamama)

(à compléter)

Les fondements socio-culturels de notre identité, par René DEPESTRE - (HAÏTI)

La philosophie de la libération et le courant décolonial (Cahiers de l'Amérique latine)

« Le mouvement décolonial s'appuie sur un héritage marxiste » (Pierre-François Mansour)

Le féminisme décolonial selon Françoise Vergès (vidéo France Culture)

Intersectionnalité : Qu’est-ce que le féminisme décolonial (Union Communiste Libertaire)

Décolonial (Contretemps, revue de critique communiste)

Qu'est-ce que l'art décolonial (Antidote)

destinscelle

10-20 septembre 2020 | Expo-Vente Destins Scellés, 21 rue Charles Garnier, (93400) Saint-Ouen, avec le Collectif Mur93 et la population de Seine-Saint-Denis.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.