Polynésie - Un médecin placé en garde à vue

20 septembre - Le docteur Jean-Paul Théron, médecin référent du centre Manu iti de Paea et partisan des traitements à base d’Ivermectine ou d’Hydroxy chloroquine, a été violemment interpellé par les gendarmes de l'État colonial.

capture-d-ecran-2021-09-21-a-11-50-52
capture-d-ecran-2021-09-21-a-11-51-06

https://www.facebook.com/juanovkarl/posts/4965189110162436

https://actu.fr/faits-divers/le-docteur-jean-paul-theron-interpelle-ce-matin_45045126.html

https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/polynesie-francaise/justice-jean-paul-theron-vise-par-une-plainte-du-conseil-de-l-ordre-des-medecins-1107850.html

https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/le-docteur-jean-paul-theron-interpelle-par-les-gendarmes-1108588.html

Le docteur Jean-Paul Théron interpellé par les gendarmes © Polynésie la 1ère

https://www.profession-gendarme.com/justice-jean-paul-theron-vise-par-une-plainte-du-conseil-de-lordre-des-medecins/

https://www.yabiladi.com/forum/jean-paul-theron-2-11321298.html

Oui, nous vivons une époque sinistre. Des médecins qui font leur travail , soigner leurs patients , sont empêchés d'exercer, descendus en flèche dans les médias mainstream , taxés de complotistes ...lorsqu'ils ne sont pas arrêtés . 

Rappelons [Wikipedia] que le "Conseil de l'Ordre" a été crée par le régime fasciste et génocidaire de Pétain ("un grand soldat" selon macron), qui a repris le projet législatif du 7 mars 1928 d'Ernest Couteaux, député socialiste du Nord. La loi du 7 octobre 1940 – parue au JO le 26 octobre – crée un Ordre des médecins comprenant le Conseil supérieur de la médecine et les Conseils départementaux. Cette loi supprime aussi les syndicats de médecins, dont la Confédération des syndicats médicaux français. EteEn juillet 1943, le "Conseil supérieur de la médecine" devient le "Conseil national de l’Ordre des médecins" qui produira sa dernière circulaire le 2 juin 1944 en instaurant une carte d'identité professionnelle.

---

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.