Syrie : Emmanuel Poutine veut la guerre !

Après avoir lancé sa guerre sociale contre le peuple français, le régime antisocial, raciste, sexiste et guerrier du Sr. Pequeno Napoleão relance sa guerre dévastatrice contre les peuples du Moyen-Orient.

https://www.presstv.com/Detail/2018/12/20/583479/Syrie--la-France-maintient-sa-prsence

france-guerre

La France a l'intention de maintenir sa présence en Syrie.

« Contrairement aux États-Unis, la France n'avait aucun plan de retirer ses troupes de la Syrie et estime qu’elle devrait continuer à se battre contre Daech », c’est ce qu’a réaffirmé ce jeudi la ministre des Armées Florence Parly.

Malgré l’annonce faite par les États-Unis pour retirer leurs troupes de la Syrie, la France a, annoncé, par la voix de sa ministre des Armées, qu'elle maintiendrait ses militaires en territoire syrien.

« Paris estime que Daech n'a pas encore été complètement rayé de la carte et il faudrait encore se battre contre ce groupe terroriste », a-t-elle prétendu.

La France a envoyé plusieurs dizaines de soldats en Syrie, il y a plusieurs mois, sous prétexte de combattre Daech. Ces forces ont été déployées principalement dans le nord et le nord-est de la Syrie et y mènent une coopération étroite avec les Kurdes.

À mesure que la tension sociale monte en France et que les "Gilets jaunes" posent des revendications politiques et économiques bien précises, l'Élysée dévoile une stratégie censée rester militairement en Syrie bien contraire aux intérêts économiques des Français.

Pendant ce temps, le président américain, Donald Trump a déclaré que Daech avait été vaincu en Syrie. Il a affirmé vouloir retirer les troupes américaines de ce pays. Cette idée du locataire de la Maison-Blanche ne fait pas l'unanimité au sein du gouvernement américain.

La France s'est engagée militairement en Syrie sans le feu vert de l'État syrien et y comporte comme une puissance d'occupation. En septembre, elle aurait même participé, aux côtés de la Grande-Bretagne et d'Israël, à une offensive d'envergure contre les cibles russes à Lattaquié, offensive qui s'est soldée par la destruction en plein vol d'un Il-20, bien que Paris ait refusé de le revendiquer.


france-guerre2
 Trois scénario d'un conflit marine française contre la Russie, la Chine, la Résistance

À mesure que la tension sociale monte en France et que les "Gilets jaunes" posent des revendications politiques bien précises, le front atlantiste au pouvoir à l'Élysée dévoilent une stratégie de "défense nationale" bien contraire aux intérêts des Français. Cette stratégie est sinophobe, largement russo-incompatible et plutôt hostile à l'axe de la Résistance. En effet, c'est une stratégie qui cadre bien avec les diktats de Washington.   

Selon le site d'information Opex360, lors de ses derniers passages devant les commissions parlementaires, le chef d’état-major de la Marine nationale française, l’amiral Christophe Prazuck a promis un « durcissement » des opérations navales françaises à travers le monde. 

L'amiral a évoqué la situation en "Méditerranée orientale" où la flotte russe est mobilisée contre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ou encore celui du détroit de Bab el-Mandeb où la France s'est engagée, en dépit de son discours officiel, dans des combats contre les forces yéménites et aux côtés de Riyad. Selon le commandant français, les "acteurs non-étatiques", et on en convient qu'il fait allusion à Ansarallah, "s’ils sont pourvus de missiles anti-navires, peuvent avoir recours à des moyens « asymétriques », comme des embarcations chargées d’explosifs". 

Le chef militaire s'exprimait en effet lors d’une audition menée par des députés français et britanniques pour les besoins d’un rapport sur l’avenir des missiles anti-navires. L’amiral Prazuck s’est fait plus précis en allant même jusqu'à donner les trois scénarios auxquels la Marine française pourrait être confrontée : 

Le premier scénario renvoie à l’offensive US/France/Grande-Bretagne contre la Syrie, menée sous un faux prétexte en avril dernier et qui a tourné au fiasco, mettant en lumière les failles du système balistique français. Les failles que certains experts ont mis sur le compte d'une volonté américaine de faire nuire à la France et à son marché d'armement.

« L’adversaire se trouve à terre, et l’on souhaite atteindre des usines chimiques installées très loin à l’intérieur des terres. Ces usines peuvent être défendues par des systèmes anti-missiles de très longue portée, puis de moyenne et de courte portées. Pour atteindre ces cibles, vous pouvez commencer par employer des armes dites SEAD [suppression of enemy air defence] afin de détruire les systèmes radars avant de pénétrer dans le chemin ainsi ouvert jusqu’à la cible finale. On commence par détruire les radars puis, grâce à des missiles furtifs, à des missiles volants extrêmement bas ou à des missiles très rapides, on atteint la cible finale », a expliqué le commandant. Ce discours bien menaçant trace en effet les grandes lignes d'un plan de guerre à venir, un plan qui se préparerait, en Méditerranée face à la Syrie et ses alliés.  

Mais la France atlantiste ne semble pas vouloir en rester là. Elle prépare aussi sa "guerre" contre la Chine. C'est ainsi que l'autre scénario décrit par l'amiral Prazuck promet le combat en haute-mer : « Un tel scénario redevient plausible au regard des efforts intenses de certains pays émergents pour se doter d’une marine qui puisse concurrencer les marines européennes ou américaines. La Chine est dans ce cas puisque, justement, elle fait partie de ces « puissances émergentes à même de construire l’équivalent de la marine française tous les quatre ans, et dotées de capacités offensives susceptibles de remettre en cause la souveraineté de certains espaces maritimes, ou la sécurité de lignes de communications essentielles au ravitaillement de l’Europe ».

Et qu'en est-il du dernier scénario ?

Le dernier scénario envisagé par l’amiral Prazuck est « mixte ». « Imaginons une flotte déployée au large d’une côte, suffisamment éloignée pour ne pas être sous la menace de missiles lancés depuis la terre. Le pays concerné enverra alors des petits bateaux équipés de missiles anti-navires afin de frapper au large. Dans ce cas, il faudra être en mesure de se défendre en détruisant ces petits navires ».

Que cherche la France? déclencher une guerre navale contre la Russie en Méditerranée orientale avant d'envoyer ses navires de guerre en océan indien faire face à la Chine? Possible. Mais ce n'est pas tout. L'amiral Prazuck promet d'autres surprises au peuple français qui en a assez des diktats de l'OTAN : la France serait-il prête à s'impliquer directement dans un scénario de guerre opposant les USA à l'Iran? Après tout, le détroit d'Hormuz où les États-Unis ne cessent de menacer les intérêts iraniens, est l'un des points les plus névralgiques et tendu du monde et ce que dit l'amiral Prazuck sur des "bateaux équipés de missiles " ressemble fort à un face-à-face l'US Navy/Iran


John Pilger - Truth & Lies in the War On Terror

John Pilger - The War You Don't See

Des victimes sans valeur : les quatre millions de musulman.e.s tué.e.s dans les guerres occidentales depuis 1990 (Middle-East Eye, 8 avril 2015)

Leur guerre, nos morts © Charles Robin
Madeleine Albright assume la mort de 500 000 enfants irakiens... © nacim iento


Macron: Sr. Pequeno Napoleão - Marisa Matias 2018.04.17 © Marisa Matias - Eurodeputada do Bloco de Esquerda

DONALD MACRON DEHORS ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.