Gabas
Abonné·e de Mediapart

821 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mai 2022

Comment tuer l’hôpital public

Billet d'humeur de la semaine, par Christophe Prud'homme, médecin urgentiste.

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

22 mai 2022 - Soignants en résistance

"Ces dernières années le gouvernement a largement favorisé le regroupement de cliniques privées à but lucratif par le biais d’autorisations d’activités octroyées par les Agences Régionales de Santé (ARS) et de généreuses subventions. 

Ainsi dans la plupart des grandes villes ont été construits de grands établissements de plusieurs centaines de lits venant concurrencer les hôpitaux publics, notamment les CHU, en se concentrant sur les activités les plus rentables, comme la chirurgie ambulatoire et la radiologie.
Voici quelques exemples emblématiques : la clinique Rhona à Strasbourg, les cliniques du Confluent et Santé Atlantique à Nantes, la clinique Bezannes à Reims ou encore le Médipôle à Lyon regroupant près de 800 lits. 

L’exemple le plus emblématique de cette politique coordonnée et planifiée de renforcement du secteur privé lucratif est l’ouverture prochaine d’un nouvel établissement à Neuilly-sur-Seine de 400 lits avec entre-autres 25 salles d’opération, 2 scanners et 2 IRM. Tout a été organisé, depuis l’achat du bâtiment qui hébergeait le siège du groupe Thalès, l’octroi rapide du permis de construire par la municipalité et l’autorisation par l’ARS du regroupement sur un même site des trois cliniques de la ville.

Mais au-delà des murs, ce qui compte dans un établissement de santé, ce sont les personnels et notamment les médecins. Et bien, il suffit aux patrons de ces cliniques de venir faire leur marché dans les hôpitaux publics où les médecins ne peuvent plus travailler correctement du fait du manque de moyens humains et financiers.

Dans le cas présent, un débauchage des chirurgiens les plus compétents de l’hôpital Beaujon, situé à proximité à Saint-Ouen, est en cours. En effet, sa fermeture est prévue dans peu de temps dans le cadre de la construction de l’Hôpital Nord qui se traduira par la suppression de plus de 300 lits. 

Nous voyons bien ici la perversité de nos gouvernants. Ils laissent vieillir les bâtiments des hôpitaux publics en limitant les investissements, ils les déclarent ensuite vétustes et promettent la construction d’un nouvel établissement qui se traduit toujours par une diminution des capacités et des délais de construction qui atteignent souvent près de 10 ans. Ils bouchent ainsi l’avenir des personnels qui n’ayant aucun espoir d’amélioration de leur exercice, quittent le navire. 

Pour les patients, les conséquences seront catastrophiques car dans tous ces établissement privés règnent les dépassements d’honoraires qui entraînent une sélection des patients selon leurs revenus. 

Pour les médecins, si dans un premier temps ils peuvent voir leurs conditions de travail s’améliorer et leurs rémunérations augmenter, il faut les prévenir que l’objectif de ces établissements à terme sera de les mettre sous pression pour générer le maximum de bénéfices. Il est donc urgent de changer de politique et de reconstruire un grand service public hospitalier."

Dr Christophe Prudhomme

---

Mars 2021 - Christophe Prud'homme, médecin urgentiste

"Soigner encore" (cover Danser encore-HK) Feat Alee, Corinne Masiero, soignants CHU Rennes et Nice © HK saltimbank

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof