Gabas
Abonné·e de Mediapart

821 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2022

Forteresse Europe : nième crime policier contre l'humanité à ses frontières

"Un vendredi noir” : des morts, des blessés graves laissés à terre... Au moins 23 exilés sont décédés asphyxiés ou écrasés alors qu’ils tentaient de pénétrer dans l’enclave espagnole de Melilla, située sur le territoire de "notre ami le roi".

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.facebook.com/ajplusfrancais/videos/1390163161477103/

"Les victimes, piégées contre les clôtures, ont été écrasées ou asphyxiées.

Environ 500 exilés ont tenté de forcer l'entrée du poste frontière, parfois armés de bâtons, de pierres et de couteaux. Violemment repoussés, certains blessés graves auraient été laissés au sol, et sans aucun soin pendant plusieurs heures.

140 membres des forces de l'ordre marocaines et 49 gardes espagnols ont été blessés, d'après les autorités des deux pays.

Des dizaines d'exilés ont aussi été arrêtés et entassés « de manière inhumaine » selon l'AMDH. L'association « alerte contre toute tentative d'ordonner l'enterrement rapide des migrants subsaharienne et soudanais décédés », et demande une enquête « pour déterminer les responsabilités et les manquements ».

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a décrit le drame comme étant un « assaut [...] violent et organisé de la part de mafias qui se livrent au trafic d'êtres humains contre une ville qui est un territoire espagnol ».

Les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta sont les seules frontières terrestres de l'union européenne sur le continent africain et sont régulièrement la cible de tentatives d'entrées illégales. "

AJ+, JOURNALISTE VALENTIN GUINEL

---

◆ [Al Djazeera, 24 juin] Morocco: 18 migrants die in attempt to enter Spain’s Melilla

◆ [Le Parisien, 26 juin] Drame de Melilla : « C’est du jamais vu », selon un défenseur des droits de l’homme

◆ [La Croix, juin-juillet] Migrants : après le drame de Melilla, les ONG réclament une enquête

« Tout était sang, que du sang, du sang à la tête, la peau déchirée, les pieds et les mains cassés. Ceux qui n’étaient pas déjà morts, ont fini par mourir sous les coups. » (un témoin)

[L'Humanité, 27 juin] À Melilla, la frontière vire au bain de sang

"Un gigantesque amas de corps. Cadavres, blessés et prisonniers entremêlés"

[L'Expression, 26 juillet] Le rapprochement entre le Maroc et l'Espagne donne ses premiers "résultats" : 23 Migrants massacrés à Melilla

[GISTI, mai 2007] Guerre aux migrants : Le livre noir de Ceuta et Melilla

"À l’automne 2005, au nord du Maroc, lors de tentatives collectives de pénétrer dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, une dizaine de personnes originaires d’Afrique noire sont abattues : on n’en connaîtra ni le nombre exact ni l’identité.

Le monde découvre alors l’existence de ces migrants et demandeurs d’asile en transit au Maroc, prêts aux pires sacrifices pour fuir leurs pays et rejoindre les rivages européens.

Depuis plusieurs années déjà, nombre d’entre eux, réfugiés dans les forêts proches des enclaves, ont l’espoir de franchir un jour les grillages fatidiques. En proie à l’isolement et à une répression policière croissante, ils décident avant l’hiver de tenter le tout pour le tout. C’est le point de départ d’une vaste opération de rafles dans les forêts et dans les villes, suivies de déportations dans le désert. Soigneusement médiatisée, cette campagne vise à montrer que les autorités marocaines sont disposées à servir avec zèle, du dehors, la politique de fermeture des frontières de l’Union européenne.

Ce livre noir explique comment ces événements sont une conséquence de la politique de l’Union européenne visant à sécuriser ses frontières extérieures et à contraindre les candidats à la migration à rester dans leur pays. Les auteurs montrent que les droits fondamentaux et textes internationaux, notamment ceux qui consacrent le droit des personnes à circuler et à quitter le pays où elles se trouvent, sont au nombre des victimes de ces politiques de guerre aux migrants.

Ils ont voulu reproduire, en les illustrant de photos inédites, les paroles de ces migrants venus de l’autre « rive » du Sahara, sur leurs itinéraires, les avanies subies en route et au Maroc, l’assaut des barrières espagnoles, la déportation, mais aussi la solidarité, les espoirs."

---

Dans les pays civilisés,

NUL ÊTRE HUMAIN N'EST ILLÉGAL

Matondo - Kein Mensch ist illegal (Official Video) © Hayat&Matondo

DE L'AIR ! DE L'AIR ! OUVRONS LES FRONTIÈRES !

--- 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm