Gabas
Abonné·e de Mediapart

772 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 nov. 2021

« La mémoire n’est pas un vaccin contre les crimes »

Auteur et réalisateur israélien, Eyal Sivan était l'un des invités, samedi dernier à La Criée, d'une table ronde intitulée "Croire en l'Histoire ?".

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://ujfp.org/la-memoire-nest-pas-un-vaccin-contre-les-crimes/...

ENTRETIEN

La MarseillaiseVous avez beaucoup traité la question de la mémoire et son utilisation politique en Israël. Quelle est la situation aujourd’hui ?

Eyal Sivan : Je ne pense pas qu’il y ait eu de changements dans ce que j’appelle l’instrumentalisation mémorielle, c’est-à-dire l’utilisation de la mémoire pour justifier des crimes et des atteintes aux droits de l’Homme. Malgré ceux-ci, les autorités israéliennes ont réussi à se positionner comme la victime des grands crimes du XXe siècle, je parle évidemment du judéocide, et pas la Shoah. Car il y a dans ce mot, qui a surtout été imposé en France dans les années 1980, une tentative d’éloigner ce génocide des autres génocides. Mais en parallèle, je pense aussi que, depuis le début du XXIe siècle, on a vu que la mémoire n’est pas un vaccin contre les crimes. On le voit par exemple aujourd’hui à la frontière polonaise-biélorusse. La mémoire devient une justification du crime.

L.M. : En 1991, vous aviez réalisé un documentaire qui parlait des « esclaves de la mémoire ». Quel est le sens de cette formule ?

E.S. : C’est une double notion. À travers le système d’éducation, l’État veut esclavagiser la mémoire collective. Mais la notion d’esclave de la mémoire est aussi un appel à se libérer de cette injonction mémorielle qui devient justificative. Ce n’est pas de la mémoire mais une esclavagisation de la mémoire, un récit commun qui a été imposé, construit, une narration mémorielle dans laquelle la société a été esclavagisée.

L.M. : La reconnaissance de toutes les mémoires pourrait-elle freiner le caractère ségrégationniste de l’État d’Israël ?

E.S. : Je ne suis pas certain que c’est la reconnaissance de la mémoire de l’autre qui peut être un point de départ au démantèlement de la ségrégation, mais plutôt l’acceptation de l’histoire de l’autre. À mes yeux, la mémoire ne s’oppose pas à l’oubli. Toute mémoire est composée d’un élément d’oubli. Si je vous demande ce que vous avez fait ce matin jusqu’à maintenant, il y a certaines choses que vous allez dire, et d’autres, qui vont tomber dans l’oubli. Car la condition de mémoire est l’oubli. La mémoire, telle qu’elle a été articulée dans la société israélienne, comporte aussi en elle l’oubli, par exemple des crimes.
Toute nation se voit soit comme héroïque, soit comme victime. Dans la société française, il y a soit la Résistance, soit les déportés. Mais la majorité de la société, qui était la société passive ou collaborationniste, passe à l’oubli, car ce n’est pas la façon dont les nations se rappellent à elles-mêmes.

L.M. : Quels sont les effets de l’instrumentalisation mémorielle ?

E.S. : Elle crée un immobilisme et a de l’influence, en France par exemple. L’instrumentalisation de la mémoire crée presque un handicap européen dans lequel on n’ose pas imposer à Israël les règles que l’on impose à d’autres pays. Il faut rappeler qu’Israël est considéré comme une démocratie libérale, et donc, on a une attitude à son égard, en France et en Europe, comme si c’était nos victimes. C’est un peu paternaliste et empêche tout rationalisme politique car on regarde ce pays par le spectre de la mémoire. Ce qui montre jusqu’à quel point la mémoire peut devenir une justification pour des crimes ou l’immobilisme.
Aujourd’hui, on ne traite pas la question palestinienne car Israël réussit à imposer ce chantage permanent. Comme si on faisait peser la culpabilité européenne sur les Palestiniens.

L.M. : Vous avez été accusé d’antisémitisme par des figures d’extrême droite. Comment expliquez-vous que ceux qui critiquent la politique israélienne soient caricaturés de la sorte ?

E.S. : Pour justifier l’injustifiable, il fallait trouver un moyen de disqualifier les opposants. La critique d’Israël ou l’antisionisme, dans lequel je me reconnais, ne seraient pas une position politique mais raciste. La confusion a été sciemment entretenue entre le fait d’être Israélien et être juif, entre le fait d’être antisémite et antisioniste.
L’antisionisme est le refus d’une unicité nationale juive. Et l’antisémitisme est, comme on le sait, une forme de racisme.
L’impossibilité de justifier les crimes d’Israël a fait remonter l’idée selon laquelle il fallait délégitimer l’opposition. Il est intéressant de voir que les gens qui ont articulé cette idée en France sont eux-mêmes reconnus aujourd’hui comme des figures racistes, comme Alain Finkielkraut par exemple. Un livre que j’ai écrit en 2016 avec Armelle Laborie [Un boycott légitime, pour les BDS universitaire et culturel d’Israël, Ndlr] montre qu’au début des années 2000, un think tank israélien a émis cette idée de délégitimer le délégitimateur. Je l’ai dit dans le procès en diffamation que j’ai eu contre Finkielkraut il y a 15 ans : au moment où l’on considère que la critique d’Israël est de l’antisémitisme, en réalité on fait un acte négationniste. Et même pire : si tout devient de l’antisémitisme, rien ne l’est. Si toute position radicale contre le gouvernement israélien devient de l’antisémitisme, on porte atteinte à la mémoire de ceux qui ont vraiment subi de l’antisémitisme.

Propos recueillis par Philippe Amsellem

---

Palestine / Israël - "Etat Commun", sionisme et privilège racial : entretien avec Eyal Sivan

Le premier plan de séparation de la Palestine historique en deux États, l’un pour les Juifs et l’autre pour les Arabes, date de… 1937. Trois quarts de siècle plus tard, on n’est pas plus avancé : malgré les résolutions de l’ONU, les innombrables cycles de négociations, les mille et une missions de diplomates américains, sans compter toutes les souffrances et le sang versé, aucune « solution » n’est en vue du côté des deux États.
C’est que la partition n’est tout simplement pas possible : un vrai État palestinien n’est pas possible, et un État hébreu viable à long terme non plus. La partition est un simulacre pour maintenir le statu quo, ce n’est pas une solution, c’est un discours.

Palestine / Israël "Etat Commun", sionisme et privilège racial : entretien avec Eyal Sivan © Reportage Palestine
Etat Commun, conversation potentielle [1] de Eyal Sivan EN SALLE EN FRANCE © Eyal Sivan's films
Route181, fragments d'un voyage en Palestine-Israel - bande annonce © Eyal Sivan's films
Izkor, Slaves of Memory by Eyal Sivan (extracts) © Eyal Sivan's films
Jaffa, la mécanique de l'orange - bande annonce © Eyal Sivan's films

Eyal Sivan's films

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier