Palestine occupée - Le massacre continue !

Haaretz, jeudi 29 juillet - Un Palestinien a été abattu par l'armée israélienne lors des funérailles d'un enfant de 12 ans, également tué par les forces israéliennes.

https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-teen-seriously-wounded-by-israeli-army-fire-at-12-year-old-palestinian-s-funeral...

photo

HAARETZ, 29 juillet 2021 - 

Hagar Shezaf and Jack Khoury - Jul. 29, 2021 3:43 PM

(In english, traduction perso)

Les forces israéliennes ont affronté des personnes en deuil et des manifestants palestiniens lors des funérailles de Mohammed al-Alami en Cisjordanie. Ils m'ont pris mon cœur, ils me l'ont arraché", déclare le père du garçon.

Un Palestinien de 20 ans est mort quelques heures après avoir été abattu jeudi par les forces israéliennes lors des funérailles de Mohammed al-Alami, 12 ans, tué la veille, également par des tirs de l'armée israélienne.

photo1
Shawkak Awad 

Selon le ministère palestinien de la santé, Shawkat Awad a été blessé par balle à l'abdomen et à la tête et a été transporté dans un état critique dans un hôpital d'Hébron, où il a succombé à ses blessures.

Il aurait été touché lors des affrontements qui ont éclaté entre des centaines de personnes en deuil et de manifestants palestiniens et les troupes israéliennes dans la ville de Beit Ummar, près d'Hébron, où le corps d'al-Alami a été déposé.

photo2

Soldats israéliens à Beit Ummar, jeudi dernier - Credit: Emil Salman

Les manifestants palestiniens ont jeté des pierres et la police israélienne a tiré des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc. Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que 12 personnes, dont l'homme, ont été blessées par des tirs à balles réelles, en plus d'autres qui ont été blessées par des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Dans un bref communiqué publié jeudi en fin de journée, l'armée israélienne a accusé des "centaines d'émeutiers" de violences. Elle a également déclaré qu'elle était "au courant de l'affirmation" selon laquelle un Palestinien est mort, ajoutant qu'une enquête sur l'incident de tir a été lancée.

photo3

La voiture dans laquelle Mohammed al-Alami a été tué - Crédit : Hisham Abu Shakra

Le père d'Al-Alami, Muayed, s'est plaint : "Pendant sept ans, nous avons essayé d'avoir des enfants, jusqu'à ce que Mohammed arrive. Ils m'ont pris mon cœur, ils me l'ont arraché". 

Selon le ministère palestinien de la Santé, al-Alami a été touché à la poitrine par des balles réelles de l'armée israélienne à l'entrée de Beit Ummar alors qu'il était assis dans une voiture. Il a ensuite été transporté d'urgence à l'hôpital d'Hébron, où il a été déclaré mort.

Un garçon de douze ans tué par des tirs de l'armée israélienne, quelques heures après qu'un Palestinien ait été abattu.

Des affrontements éclatent alors que des colons s'installent dans un poste abandonné de l'armée israélienne en Cisjordanie.

Réalité d'un avant-poste de Cisjordanie : Quatre Palestiniens morts et un drone pulvérisant du gaz lacrymogène.

Le père a déclaré à Haaretz que le frère et la sœur de Mohammed, âgés de neuf ans, se trouvaient également dans la voiture au moment de la fusillade et que lorsque Mohammed a été abattu, il est tombé sur les genoux de sa sœur.

photo4
Mohammed al-Alami.

Des centaines d'habitants de la ville se sont rassemblés au domicile familial avant le début du cortège funéraire. L'entrée principale de Beit Ummar a été fermée par l'armée israélienne, et les forces de sécurité sont arrivées en grand nombre avant les funérailles.

Mercredi, l'oncle du garçon a déclaré à Haaretz que le père de Mohammed et deux de ses frères et sœurs rentraient chez eux lorsqu'ils ont vu un poste de contrôle militaire à l'entrée de Beit Ummar. Après que le père a décidé de faire demi-tour, 13 balles ont été tirées sur leur voiture, dont l'une a perforé la poitrine d'al-Alami.

L'armée israélienne a déclaré mercredi que les soldats avaient identifié des suspects quittant un véhicule près d'un avant-poste militaire et creusant un trou dans le sol. Dans le trou, les soldats ont trouvé un bébé mort enveloppé dans un sac en plastique et ont soupçonné la voiture de la famille d'al-Alami qui roulait à proximité. Les soldats ont tenté d'arrêter le véhicule en suivant les règles d'engagement, qui comprennent des appels à l'arrêt et des tirs de sommation en l'air. Selon les FDI, le véhicule ne s'étant pas arrêté, l'un des soldats a tiré sur l'une des roues du véhicule afin de l'arrêter.

Jeudi, l'armée israélienne a déclaré qu'elle enquêtait toujours sur l'allégation selon laquelle le garçon a été tué par les tirs des soldats. 

En ce qui concerne les restes retrouvés, des témoins oculaires de la ville ont expliqué que mercredi, une petite cérémonie d'enterrement a eu lieu là où les villageois enterrent les bébés, une parcelle en dehors du cimetière officiel de la ville. Les soldats sont alors arrivés sur les lieux, ont ouvert la tombe et ont trouvé le bébé.

Selon un témoin, la voiture transportant Mohammed et sa famille est arrivée peu après sur la route menant au terrain. Lorsque les occupants de la voiture ont remarqué les soldats, ils ont commencé à faire marche arrière, puis ont fait demi-tour et sont retournés sur la route d'où ils venaient. Selon le témoin, trois soldats ont alors commencé à tirer en direction de la voiture.

Cliquer sur les liens poursuivre le sujet

---

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.