Gabriel Colletis
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

3 Éditions

Billet de blog 1 juin 2020

Municipales: gagner à Toulouse à condition de se rassembler!

Le Maire sortant de droite de la ville rose, Jean-Luc Moudenc, n’a obtenu qu’à peine plus de 36% des suffrages. Pris de panique, il déclare aujourd’hui que « Les Gilets jaunes sont aux portes de la ville » !

Gabriel Colletis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour le Maire sortant, les Gilets jaunes ce sont sans doute les électeurs qui ont apporté leur voix aux trois listes de gauche : celle d’Archipel Citoyen (liste écologiste et France insoumise) avec 27%, la liste Une Nouvelle Énergie (soutenue par le parti socialiste et le parti communiste) avec 18%, et la liste Pour la Cohésion de l’ancien Maire de gauche, Pierre Cohen avec 5%.

À elles trois, ces listes totalisent plus de 50%, un dernier sondage leur donnant, unies, 52% au second tour…

Mais précisément, c’est là que le bât blesse !

À cette heure, Archipel Citoyen et Une Nouvelle Énergie ne parviennent pas à s’entendre, prenant le risque d’une triangulaire si d’ici demain, jour ultime de dépôt des listes pour le second tour, elles font listes à part.

Dans ce contexte dont le principal bénéficiaire est le Maire sortant et les principaux perdants seraient les personnes les plus vulnérables de la ville rose, nous avons pris l’initiative de lancer un Appel au rassemblement.

Cet Appel a été lancé il y a 48 heures, sans utiliser les sites pétitionnaires habituels car il ne s’agit pas d’une pétition. Plus d’une centaine de personnes, principalement des universitaires mais pas seulement l’ont signé.

Cet Appel et les premiers signataires sont reproduits ci-après.

APPEL AU RASSEMBLEMENT DES FORCES VIVES ET PROGRESSISTES DE TOULOUSE

La crise sanitaire qui sévit dans le monde n’épargne pas l’Europe qui paye un lourd tribut. La France semble particulièrement touchée. L’État mal préparé et ayant abandonné le principe de précaution, l’industrie en déclin depuis des décennies et désormais trop tributaire d’approvisionnements extérieurs ont mis les Français en péril.

Comme nombre d’analyses l’ont montré, la crise sanitaire puise sa source dans une extrême crise écologique. Ce qu’il nous faut ne peut être une simple relance incarnée par des hommes du passé, avec toujours les mêmes méthodes : des projets pharaoniques, une pseudo concertation quand tout est déjà décidé.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’un puissant élan pour élaborer un nouveau modèle de développement écologique, social et démocratique qui nous permettra de repenser nos activités productives afin que celles-ci répondent aux besoins essentiels en respectant la nature et les humains.

Dans cet esprit, nous appelons au rassemblement le plus large des forces vives et progressistes de Toulouse. Le résultat du premier tour des élections municipales le 15 mars dernier a montré qu’il est possible de créer les conditions politiques du changement radical et responsable aujourd’hui nécessaire. La liste Archipel Citoyen conduite par Antoine Maurice étant arrivée nettement en tête, elle a vocation à conduire ce rassemblement. Cependant, seule une union dénuée de rapport de force entre formations politiques et personnalités complémentaires est de nature à emporter la victoire.

Le rassemblement que nous appelons de nos vœux ne saurait être une occasion manquée. Il est indispensable afin d’engager véritablement le jour d’après et éviter le risque qu’il ne ressemble, en pire, au jour d’hier.

Ce rassemblement ne saurait reposer sur une simple fusion des listes du premier tour. Même si la question est importante, la répartition des postes et des fonctions institutionnelles n’est pas l’enjeu central aujourd’hui et ne saurait être un motif de dispersion.

L’heure est trop grave pour cela.

L’enjeu est de susciter l’adhésion active des toulousaines et des toulousains, conduire à leur engagement individuel et collectif dans la campagne du second tour, au-delà des partis.

Pour cela, le rassemblement que nous appelons de nos vœux doit s’appuyer sur un accord de programme. Cet accord doit exprimer une vision partagée de la crise actuelle et proposer des engagements et  des actions inscrites dans le temps pour produire la transformation profonde que les toulousains et les toulousaines attendent depuis longtemps.

LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES

Luc Abadon, retraité

Gonzague Agez, enseignant-chercheur à l’Université Paul Sabatier

Pierre Agha, géographe

Isabelle Aguilar

Michel Agras, membre des Amis du Monde Diplomatique

Alain Alcouffe, professeur de sciences économiques à l’Université de Toulouse 1-Capitole, retraité

Philipe Aptel, directeur de recherche, retraité

Eric Antonoff, maître de conférences en informatique, Université de Toulouse 1-Capitole

Corinne Argenty,  spécialiste santé au travail

Chantal Aubé, consultante

Geneviève Azam, économiste

Gérard Balent, directeur de recherche honoraire INRA

Dorine Béna, présidente de l'association étudiante Union pour la Terre

Roger Berlan, retraité d'Airbus et militant associatif et politique

Claude Bernhardt,  membre de la Ligue des Droits de l’Homme,  section Toulouse, artiste dramatique retraité

Alain Berro, maître de conférences en informatique, Université de Toulouse 1-Capitole

Jacques Berthelot, universitaire

Arthur Blind, doctorant en économie

Didier Bonnin, ergonome citoyen et accompagnateur économie de la fonctionnalité et de la coopération

Anne-Marie Blanc Alquier, professeure d'Université en informatique, retraitée

Luc Brossard

Mireille Bruyère, économiste, Université de Toulouse Jean Jaurès

Marcel et Mariuccia Bruyère

Jeanne-Marie Cash, assistante sociale retraitée, membre des Amis du Monde diplomatique

Claudine Castaner, retraitée

Isabelle Cayre Duchemin, directrice Commerciale  d'une PME industrielle en région toulousaine 

François Charru, professeur à l’Université de Toulouse 3

Laurent Cloarec

Gabriel Colletis, professeur de sciences économiques, Université de Toulouse 1-Capitole

Emmanuel Courcelle, informaticien, ingénieur de recherche au Cnrs

Agnès Courcelle, vice-présidente quartier Fontaine-Lestang, dejembéiste, choriste

Jean-Pierre Crémoux, citoyen engagé dans la métropole toulousaine

Marie-Christine Deffains, électrice et citoyenne, ouvrière viticole

Magali Delpla, ingénieure

Didier Denis, architecte de musique

Laurent Drapeau, ingénieur de recherche en calcul numérique

Jean-Louis Dubourdieu

Benoit Duchemin, accordeur-réparateur de Piano, Vieille-Toulouse 

Marie-Christine Etelin, avocate honoraire

Christian Etelin, avocat au barreau de Toulouse

Etienne Fieux, enseignant-chercheur, Institut de mathématiques de Toulouse

Carole Foissier, fonctionnaire hospitalier, CHU Toulouse

Denyse Fredericq, membre de l’association OldUp en Pays toulousain, adhérente au planning familial 31

Béatrice Gencé, retraitée, cadre de santé

Annick Gibon, directrice de recherche honoraire INRA

Jean-Pierre Gilly, économiste

Régis Godec, conseiller Municipal EELV, Conseiller Métropolitain

Jean-Pierre Hegoburu, urbaniste et paysagiste

Douraid Houalla, directeur de recherche au Cnrs, retraité

Anne Isla, maîtresse de conférences en sciences économiques, Université de Toulouse

Martine Joly, professeur des Universités en Antiquités NationalesMartine Jaoul

Etienne-Pascal Journet, chercheur CNRS en agronomie, Toulouse

Suzanne Kahan, interprète, bénévole Amnesty Toulouse - Groupe Asile

Georges Labouysse, historien

Gilles Lairis

Valérie Larrosa, maîtresse de conférences en droit public à Sciences-po Toulouse

Julien Lay, étudiant en droit

Anne Le Draoulec, chercheure au CNRS

Marie Lefevre-Fonollosa

Isabelle Loveteri, coordinatrice de développement de projets éducation, social, culturel et solidaire

Marie-Thérèse Martinelli, militante associative, ancienne directrice du Greta

Claude Martinot, professeur des écoles

Annie Mercier, membre des Amis du Monde Diplomatique

Gisèle Montaubric, enseignante et Gilet Jaune

Raphaël Montazaud, président des cafés diplo de l'université Jean Jaurès Toulouse

Christian Moretto, écologiste, co-auteur de "Toulouse, chronique d'un désastre annoncé" 

Marie-Laure Morin, juriste

François Morin, économiste

Etienne Morin, professeur en classes préparatoires

Pascale Moro

Philippe Pétillon, ingénieur aéronautique

Pierre Philibert, agrégé de l'Université

Daniel Pic

Denis Requier-Desjardin, professeur émérite en sciences économiques, Université Toulouse 1

Liliane Robman, orthophoniste retraitée, chanteuse, auteur

José Rodriguez, ex militant syndicaliste, investi dans le Secours Populaire 31

Daniel Rosé

Christine Rosemberg

Jean-Pierre Rossignol, retraitén membre d'associations tournefeuillaises

Denis Rotillon, retraité de l'enseignement supérieur

François Saint Pierre, Labex SMS, Codev Toulouse Métropole

François Saint Pierre, commissaire d'exposition et membre de la Ligue des Droits de l’Homme

Colette Salama

Maryse Salles, maîtresse de conférences émérite en informatique, Université de Toulouse 1-Capitole

François Schalchli

Isabelle Serça, professeure de Langue et Littérature françaises, Université Jean-Jaurès

Sandrine Servian, enseignante

Jocelyne Simbille maîtresse de Conférences en sciences juridiques, Université de Toulouse 3, à la retraite

Liliane Sochaki, universitaire

Daniel Steinmetz, ex ingénieur de recherche au CNRS, syndicaliste

Martine Steinmetz, ex  professeure de français

Michel Soumet, militant syndical

Alain Tabard, ingénieur retraité, militant associatif

Salem Tlemsani, enseignant en lettres-histoireColette Valero, ingénieure dans le spatial Hélène Vassal, professeur retraitéeRayan Venturini

Laure Vieu, informaticienne

Stef Vincent

Véronique Vinet, conseillère Régionale Occitanie

Marie-Paule Woodley, professeure émérite des Universités

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85