Gabriel Colletis
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

3 Éditions

Billet de blog 4 mars 2010

Gabriel Colletis
Abonné·e de Mediapart

Grèce: quatre raisons de refuser l'austérité

Le programme d'austérité annoncé par le gouvernement grec peut sembler particulièrement sévère. Parmi les mesures avancées, on observe une hausse de la TVA, une réduction de 30% du 13ème mois et de 60% du 14ème mois de salaire touchés par les employés du secteur public. Le gouvernement a aussi décidé de geler les pensions de retraites des fonctionnaires et des salariés du secteur privé. Enfin, sont aussi prévues des hausses de taxes sur les alcools, le tabac, les carburants et les produits dits de luxe.

Gabriel Colletis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le programme d'austérité annoncé par le gouvernement grec peut sembler particulièrement sévère. Parmi les mesures avancées, on observe une hausse de la TVA, une réduction de 30% du 13ème mois et de 60% du 14ème mois de salaire touchés par les employés du secteur public. Le gouvernement a aussi décidé de geler les pensions de retraites des fonctionnaires et des salariés du secteur privé. Enfin, sont aussi prévues des hausses de taxes sur les alcools, le tabac, les carburants et les produits dits de luxe.

Plusieurs raisons apparaissent pour lesquelles les Grecs devraient refuser la nouvelle cure d'austérité.

La première raison du refus vraisemblable de la cure d'austérité imposée à la population grecque est que cette cure est la manifestation très concrète de la mise sous tutelle de la Grèce par l'Union européenne et le FMI. Cette mise sous tutelle, en elle-même difficilement acceptable, ne comporte de surcroît aucune contrepartie immédiate et tangible. Aucune aide n'est accordée actuellement à la Grèce laquelle doit se contenter pour l'heure d'un soutien «politique et psychologique». Alors, certes, des plans sont, dit-on, préparés par certains États ou certains établissements financiers mais rien de précis n'est annoncé et le tout est remis à plus tard, peut-être, si nécessaire.

Une autre raison du refus des mesures d'austérité est qu'il s'agit du troisième train de mesures en quelques semaines. Le sentiment d'acharnement dans la population risque donc fort de s'en trouver accru. A quand le quatrième train, peut se demander légitimement la population grecque qui pourrait avoir l'impression que le pays ou son gouvernement est ballotté au gré des pressions de toutes sortes qui s'exercent actuellement sur lui.

La troisième raison du rejet probable des mesures annoncées est qu'elles vont toucher beaucoup de monde et pas seulement les fonctionnaires. La hausse très significative du taux de TVA, celle de nombreuses taxes (énergie, tabac, etc.) concernent toute la population grecque. Ce troisième train de mesures ne comporte cependant aucune annonce concernant les très hauts revenus ou les revenus du capital. En revanche, des catégories de population importantes pour la qualité du lien social (taxis, exploitants des petits kiosques où l'on trouve de tout, etc.) vont être la cible (facile) du fisc.

La quatrième raison –au final, peut-être la plus importante– est que la cure d'austérité ne résoudra aucun des problèmes de la Grèce et risque fort, au contraire de les aggraver. Cette cure est justifiée par les experts de l'Union européenne et du FMI en raison du renchérissement du coût des emprunts de la Grèce. Ce renchérissement est la conséquence de la dégradation de la note de la Grèce par les agences de notation qui se comportent en véritables «maîtres du monde». Mais ces agences ont prévenu : tout relâchement du soutien de la population grecque aux mesures d'austérité se traduira par une nouvelle dégradation de la note du pays. D'où un coût accru des nouveaux emprunts et de nouveaux déficits. Un mécanisme pervers donc.

Perverse aussi la seconde justification avancée du nouveau plan d'austérité : des prévisions de croissance exagérément optimistes de la part du gouvernement grec. De fait, les mesures annoncées ont toutes les chances de produire une forte contraction de la consommation et par conséquent de l'activité économique. Les experts auraient ainsi produits eux-mêmes les conditions leur prophétie "auto-réalisatrice"...

Si elles sont appliquées, les mesures annoncées risquent donc d'entraîner la Grèce dans une spirale dépressive où le coût accru des emprunts et une pression très forte sur le pouvoir d'achat seront synonymes d'un appauvrissement généralisé et non d'un très hypothétique retour à l'équilibre des finances publiques.

Gabriel Colletis
Professeur de Sciences économiques, Université de Toulouse 1-Capitole

http://w3.univ-tlse1.fr/LEREPS/

Lire aussi la récente analyse : En Grèce comme ailleurs: l'alibi de la dette?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant