gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2019

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Lettre aux (associations de) parents d'élèves de l'enseignement.

Le collectif des Enseignants Pour La Planète s'adresse à présent aux parents d'élèves et à leurs représentants. Vous partagez avec nous la responsabilité du traitement des crises écologiques et climatiques! Et nous sommes persuadé.e.s que vous pouvez avoir une influence décisive.

gaelik razimbaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mesdames, Messieurs,

Cher.e.s parents de nos élèves,

En septembre 2018 le secrétaire des Nations Unies, Antonio Guterres, affirmait au monde entier « Le réchauffement climatique est le problème le plus important auquel l'humanité est confrontée ». Quelques mois auparavant, les conclusions du GIEC confirmaient une nouvelle fois l’urgence absolue de réagir face aux crises écologiques et climatiques. Le dernier rapport en date du 6 Mai 2019 de l'IPBES fait état d'un million d'espèces animales et végétales menacées d'extinction.

Les cris d’alarmes scientifiques et citoyens s’enchaînent pour demander que ces réalités soient au centre des décisions et mesures prises par les gouvernements, les institutions, les entreprises. L'Education Nationale ne peut se permettre de faire exception. Trois cents cinquante expert.e.s ont pointé du doigt dans une lettre publiée par Mediapart en décembre 2018 la défaillance de notre ministère : « Le temps consacré à l’enseignement en relation avec les deux enjeux vitaux à l’échelle planétaire, l’effondrement de la biodiversité et le changement climatique, apparaît très insuffisant au collège comme au lycée ». A leur suite, Valérie Masson-Delmotte et Laurence Tubiana recommandent dans Le Monde, de faire « de la lutte contre le changement climatique une priorité de l'Education Nationale ». Pourtant, malgré les quelques déclarations faites par l’institution, il semble que l’Education Nationale n’ait pas pris la mesure du changement de paradigme et des modifications des programmes en profondeur qu’obligent les changements climatiques et écologiques que nous sommes d’ors et déjà en train de vivre.

Le collectif Enseignant.e.s Pour La Planète (EPLP) a été fondé pour accompagner la grève mondiale de l'école, le 15 Mars 2019, en faveur de la préservation du climat et du vivant : nous n'avons pas « de planète B ». Notre collectif souhaite rassembler l’ensemble des membres de la communauté éducative qui pensent avoir une responsabilité envers nos élèves, vos enfants. Nous ne voulons plus seulement œuvrer à co-construire un avenir citoyen et professionnel pour la jeune génération, mais agir avec elle pour préserver son avenir et la préparer à faire face, avec humanité et responsabilité, aux risques auxquels elle sera confrontée. C'est ce que la jeunesse nous demande, à nous adultes: faire preuve de sagesse, de solidarité et d'humilité (à défaut d'avoir su leur laisser une planète accueillante), en commençant par nous engager à leur côté dans la seconde journée de grève mondiale le vendredi 24 Mai prochain.

C'est dans un désir d'ouverture que notre collectif en appelle solennellement à votre soutien. La transformation profonde dont notre profession a besoin, tant dans ses pratiques pédagogiques que dans ses programmes, ne pourra s'opérer sans votre aide, votre appui, vos conseils.

En tant que fédérations de parents d'élèves, vous partagez avec nous la responsabilité du traitement des crises écologiques et climatiques. Nous sommes persuadé.e.s que vous pouvez avoir une influence décisive auprès de l'Education Nationale. L’ensemble de la communauté éducative doit être tournée vers cette priorité que d'enseigner les savoirs et compétences à nos élèves pour appréhender ces questions de façon systémique et critique. Proposer à nos élèves le développement durable et les éco-gestes comme seule conscience écologique n'est pas à la hauteur des enjeux vitaux et des bouleversements inédits auxquels vont être confrontés nos sociétés, ni a fortiori des défis qu'elles doivent dès à présent relever pour construire un modèle radicalement différent : solidaire, respectueux du vivant dans sa globalité, résilient, pour préparer un avenir incertain.

Nous vous invitons donc d'une part à prendre contact avec nous au plus vite, pour décider ensemble des modes de collaborations que nous pouvons inventer, et d'autre part à soutenir le mouvement de grève du 24 Mai prochain.

Il en va de l'avenir de nos élèves, de nos enfants, de nous tou.te.s.

Nous vous remercions à l’avance des suites que vous donnerez à ce courrier et vous adressons nos plus sincères salutations.

Le collectif Les Enseignant.e.s Pour la Planète

Site web : www.enseignantspourlaplanete.com

Contact : enseignantspourlaplanete@riseup.net

L’Appel des Enseignants : https://act.350.org/sign/appel-des-enseignantes-pour-la-planete/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar