Gaité lyrique
Musiques & futurs alternatifs
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 févr. 2019

Ce qui dépend de nous

Ce cycle de rendez-vous multidisciplinaires propose un manuel de (sur)vie à la crise écologique à laquelle nous sommes confrontés. Après une entrée en matière dans les histoires de l’Anthropocène, il décline les stratégies possibles pour repenser notre relation à notre environnement.

Gaité lyrique
Musiques & futurs alternatifs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 20 février au 12 juin 2019

Chaque année est plus chaude que la précédente et pourtant, rien n’enraye l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère. Tandis que se profile une sixième extinction des espèces, sur la terre et dans les océans, les multinationales continuent de creuser à la recherche de nouveaux minerais à transformer et de fossiles à brûler. Ni la gravité de la crise, ni son caractère irréversible ne semblent troubler ceux qui nous gouvernent. Au contraire, les climatosceptiques gagnent du terrain et sont à la tête d’états influents comme les Etats-Unis et le Brésil, empêchant la construction de réponses sérieuses au réchauffement climatique. Il y a pourtant une urgence absolue à agir - de nombreux citoyens, scientifiques, artistes et chercheurs l’ont bien compris et refusent la paralysie du désastre. Les initiatives et les appels radicaux à prendre les problèmes par la racine se multiplient : marches pour le climat, ZAD et forêts à défendre comme à Romainville, poursuites en justice des états pour leur inaction en France et aux Pays-Bas, blocages dans Londres par le mouvement Extinction Rebellion…

Si les catastrophes climatiques et écologiques transforment en profondeur nos milieux de vie, elles bousculent également nos certitudes et nous enjoignent à nous reconnecter au monde - nous ne sommes ni à l'écart des autres espèces, ni au centre du vivant. S’ouvrent un monde où il n'y a plus de héros et où les places se renégocient, un espace-temps transitoire, tissé d’incertitude et d’instabilité. Faite de réassemblages, cette période mutante nous oblige à faire preuve de radicalité pour repenser nos modes d’existences, susciter de nouvelles alliances et résister au monstre de la croissance en train de tout dévorer.

Refusant la paralysie du désastre, la Gaîté Lyrique initie de février à juin 2019 un nouveau cycle multidisciplinaire qui puise dans la joie collective et offre des pistes de recherche, des perspectives pratiques et des portes conceptuelles de sortie de crise. À la croisée des formes et des disciplines, artistes, chercheurs et activistes sont invités ici à partager leurs imaginaires et leurs visions pour prendre le temps (res)sentir, penser et agir malgré l’urgence des catastrophes.

À rebours des solutions insensées de la géo-ingénierie élaborées par des apprentis sorciers du climat et du déni de certains dirigeants, le cycle propose de faire terre commune avec les innombrables formes de vie qui peuplent notre planète et d’imaginer des relations avec les terrestres, qui ne soient pas basées sur la domination et l’appropriation. Il s’interroge sur ce qui nous rend vulnérables mais vivants et nous invite à goûter, comme le dit le philosophe Bruno Latour, « (aux) vertus nouvellement retrouvées de la dépendance ». Après une entrée en matière dans les histoires de l’Anthropocène, chaque séance examine une stratégie qui repense nos places et nos existences – pour réparer les zones dévastées et les désastres à venir, décoloniser les savoirs et les pratiques, cohabiter avec les non-humains, apprendre à vivre avec et après la catastrophe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai