Gaspard de la nuit
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

La véritable cause de la guerre en Ukraine : Mélenchon !

Petit billet d'humeur en réaction à la prise de position de M. Dominique Vidal.

Gaspard de la nuit
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a de cela une quinzaine de jours, je m'amusais à prédire dans un fil de commentaire que lorsque Mélenchon serait en passe d'accéder au second tour, on le rendrait responsable de la guerre en Ukraine.

Eh bien voilà, nous y sommes : c'est sous la plume de Dominique Vidal, dans son billet de blog du 11 mars intitulé : " Pourquoi je vote et appelle à voter pour Fabien Roussel", titre mal choisi puisqu'il eût été plus honnête d'écrire : "Pourquoi je ne vote pas et appelle à ne pas voter pour Jean-Luc Mélenchon".

Car M. Vidal, que l'attitude pro-nucléaire, pro-chasse, pro-patronale de Fabien Roussel, ainsi que sa récente affaire de soupçon d'emploi fictif ne semblent pas effaroucher plus que cela, se focalise essentiellement sur ses raisons de ne pas donner sa voix au candidat de la France Insoumise. Et la cause la plus grave est à ses yeux la suivante : Mélenchon aurait eu une "responsabilité historique" dans la décision prise par Poutine d'envahir l'Ukraine.  

Il faut se frotter les yeux et relire la fin de son argumentation pour y croire : la "complaisance" de Mélenchon à l'égard de Poutine a été une "erreur tragique" pour les Ukrainiens1. Autrement dit : jamais au grand jamais, à l'en croire, Poutine n'aurait envahi l'Ukraine si Mélenchon ne l'y avait encouragé depuis des années ! CQFD.

M. Vidal peut bien se faire plaisir en votant pour Fabien Roussel. Ce dernier n'ayant, sauf miracle, aucune chance d'accéder au second tour, les catégories sociales les plus défavorisées de notre pays attendront encore un peu avant de voir leur sort s'améliorer. Mais elles sont patientes : elles sauront bien trinquer pendant cinq ans de plus, après la victoire de Macron ou de l'extrême-droite. Vraiment, cet enjeu-là de l'élection n'est somme toute que très accessoire, et bien éloigné de ce que M. Vidal considérerait comme une "responsabilité historique".

1Avec ce type de raisonnement, nous pourrions aussi soutenir que M. Roussel a eu une "responsabilité historique" dans le déclenchement de la guerre en Ukraine, lorsqu'il affirmait sur BFM en 2019 qu' «à un moment donné, quand il devient évident que la situation en Crimée s’améliore, ainsi que celle du Donbass, où un cessez-le-feu a récemment été observé, nous devrions nous engager dans la voie de la levée des sanctions. À mon avis, nous devrions revenir à l’état antérieur des relations commerciales et lever les sanctions contre la Russie ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre