Gasparotto jean-philippe
Secrétaire général de la CGT du groupe Caisse des dépôts
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2020

Gasparotto jean-philippe
Secrétaire général de la CGT du groupe Caisse des dépôts
Abonné·e de Mediapart

Livret A à 0,5 % : le hold-up du siècle !

Bercy va baisser les taux des livrets en s'appuyant sur la recommandation du Gouverneur de la Bdf , relais des intérêts des banques commerciales et sur le soutien du patron de la CDC, qui joue ici "l'idiot utile" du gouvernement en alléguant l'intérêt illusoire du logement social. La réalité est plus triviale : c'est plus d'un milliard qui va être "volé" aux épargnants modestes.

Gasparotto jean-philippe
Secrétaire général de la CGT du groupe Caisse des dépôts
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques chiffres :

 Fin 2019, l’encours global d’épargne populaire réglementée (LA +LDDS+LEP) détenu par plus de 55 millions d’habitants, approchait les 440 milliards d’euros (285 sur le LA, 110 sur le LDD, 42 sur le LEP), soit moins de 9 % de la totalité de l’épargne des ménages.La baisse envisagée du taux d’intérêt (-0,25 sur LA/LDD ; -0,5 sur le LEP) représentera donc une diminution globale de près d’1,2 milliards d’euros de la rémunération de cette épargne populaire. Si l’on ajoute à cette baisse nominale, la prise en compte du taux d’inflation sur ces deux dernières années (supérieur à 1 % en 2019 ;1,5 % projeté en 2020), c’est en termes réels, une perte de près de 4 milliards d’euros dont vont pâtir les détenteurs de livrets d’épargne.

 A qui va profiter la baisse du taux du livret A ?

 En tout cas, pas au logement social, contrairement à ce qu’annoncent abusivement Bruno LE MAIRE et Eric LOMBARD, DG de la Caisse des dépôts. Pourquoi ?

S’il est vrai que depuis plus de 120 ans, l’épargne populaire centralisée et protégée par la Caisse des dépôts a financé la construction de près de 70 % du parc de logement sociaux HLM par la voie de prêts de long terme, il est totalement faux et abusif de dire que les 320 millions d’euros d’économie générés par cette baisse de taux du livret A vont permettre la construction de 17 000 logements sociaux supplémentaires contrairement à ce que prétend Bruno LE MAIRE. S’il est vrai que les prêts au logement social accordés par la CDC sur les fonds d’épargne sont indexés sur les taux du Livret A, il faut ajouter que ces prêts réglementés sont d’une « maturité » extrêmement longue, supérieure à 40 ans et que les variations de taux sont donc largement compensées par les augmentations de loyer dans le parc social. Il n’en est pas de même de l’effet des récentes mesures de baisse d’APL initiées par le gouvernement qui ont lourdement grevé de plusieurs milliards d’euros les ressources des organismes de logements sociaux et donc leur capacité de construction. A telle enseigne que le volume de prêts au logement social a baissé de 20 % en 2018, alors que pourtant déjà, le taux du L.A avait été abaissé à 0,75 % !

 Un cadeau de 500 millions d’euros aux banques privées.

 En fait, les premières bénéficiaires de la baisse du taux du livret A sont les banques commerciales. En effet, depuis 2009, celles-ci sont autorisées à conserver en dépôts et sans réelles obligations d’intérêt général, plus de 40 % de l’encours d’épargne réglementée, soit 182 milliards d’euros en 2018 dont 22 milliards de LEP. Sur la base de cet encours, la baisse programmée des taux du LA et du LEP va donc rapporter 500 millions d’euros aux banques qui ne seront bien sûr pas répercutés en baisse des tarifications bancaires mais iront rémunérer leurs actionnaires.

 500 millions d’euros pour Bercy !

 Le deuxième bénéficiaire de cette mesure n’est autre que l’Etat lui-même : en effet, le fonds d’épargne de la CDC qui centralise et gère 60 % de la totalité de l’encours d’épargne réglementée (environ 260 milliards d’euros) va voir mécaniquement son résultat progresser du fait de cette baisse de taux. En dehors de l’encours des prêts réglementés, le solde des actifs de ce fonds (87 milliards en 2018) est majoritairement constitué de titres de taux mais aussi d’actions et de fonds d’investissements à hauteur de 15 % (dont des investissements dans des industries fossiles !). Or, au titre de la rémunération de la garantie qu’il apporte à l’épargne populaire, le budget de l’Etat prélève annuellement la totalité du résultat produit par le fonds d’épargne : entre 500 millions et un milliard d’euros ces dernières années !

 La mort programmée du livret A !

Il est ainsi démontré que cette mesure gouvernementale de baisse du taux du livret A n’a d’autres bénéficiaires réels que les banques et le budget de l’Etat, ce qui est d’ailleurs contraire à la finalité profonde du livret A qui est de protéger les efforts d’épargne et de prévoyance des « classes laborieuses », de l’avidité de l’Etat et des marchés. A plus long terme, et à l’écoute des discours récurrents et ultralibéraux venus de l’Elysée et de Bercy et de leurs affidés de LREM, on peut se demander si l’objectif ultime de cette mesure n’est pas de mettre en cause la pérennité du livret A lui-même et de son rôle centenaire dans le financement du logement social pour ouvrir celui-ci aux marchés, dans un vaste élan de marchandisation et de financiarisation.

POUR SAUVER LE LIVRET A, EXIGEONS QUE SA REMUNERATION SOIT AU MOINS EGALE AU NIVEAU DE L’INFLATION ET QU'ELLE SOIT EXCLUSIVEMENT INVESTIE DANS LE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ET D’INVESTISSEMENTS D’UTILITE SOCIALE ET ECOLOGIQUE !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff