Pleurs sans bruit

A ceux qui sont restés. A ceux qui sont partis.

Vieille femme à l’œil qui pleure

ton cœur n’est plus lourd de peine

elle ne plombe plus tes veines

mais elle reste souterraine

et ton œil pleure

 

Vieille femme à l’œil qui pleure

c’est une larme incertaine

sur ta joue douce elle traîne

c’est un curieux phénomène

ton œil qui pleure

 

Vieille femme à l’œil qui pleure

cette eau pourrait sembler vaine

ils sont ailleurs ils te prennent

pour un dur objet de haine

de peurs en pleurs

 

Vieille femme à l’œil qui pleure

s’il arrive qu’ils reviennent

de leurs dérives lointaines

ton cœur ruissellera fontaine

de joie en pleurs

 

Gdalia, 8 avril 2018.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.