Réponses à des objections sur JLM

Si la plupart des présidentiables en lice sont de fieffés manipulateurs, au service d'un ordre social qui ne fera qu'aggraver une situation déjà catastrophique pour la « France d'en bas », M. Mélenchon est différent, car contrairement aux autres son élection nous permettrait vraiment de changer le cadre social dans lequel nous nous dispersons trop souvent en vain dans de multiples luttes.

Tout d'abord je ne saurais trop vous conseiller de lire l'excellent article d'Olivier Tonneau : « Mélenchon, Poutine, Castro, Chavez : la guerre froide pour les nuls » (https://blogs.mediapart.fr/olivier-tonneau/blog/120417/melenchon-poutine-castro-chavez-la-guerre-froide-pour-les-nuls). Et de visionner le magnifique discours de JLM à Marseille, ou celui clôturant la journée de l'écologie, ou celui sur « Une France indépendante au service de la paix », etc.

On ne peut jamais bien sûr jurer qu'on ne sera pas déçus. Et c'est vrai que l'intransigeance de militants trop impatients n'est pas un bon signe. Mais l'enjeu est tellement fort que l'on se crispe trop facilement parfois. Tellement fort parce que habituellement nous n'avons vraiment rien à attendre de ces élections qui ne font que contribuer à casser les autres mobilisations. Il faut reconnaître que la campagne de JLM a l'effet inverse. Et que, fait rarissime, il se pourrait qu'un bulletin de vote nous permette des avancées phénoménales en évitant d'être très vite écrasés comme je le dis dans mes derniers articles à partir de « Une chance à saisir » (voir blog de Gdalia Roulin).

Et de toutes façons nous n'avons vraiment rien à perdre : tous les autres candidats susceptibles d'être élus sont catastrophiques puisqu'ils vont poursuivre la politique actuelle en pire et provoquer une nouvelle montée du FN (au cas où je l'espère bien Mme Le Pen ne sera pas élue cette fois).

Si la plupart des présidentiables en lice sont de fieffés manipulateurs, au service d'un ordre social qui ne fera qu'aggraver une situation déjà désastreuse pour la « France d'en bas », M. Mélenchon est différent, car contrairement aux autres son élection nous permettrait vraiment de changer le cadre social, dans lequel nous bataillons trop souvent en vain à nous épuiser et nous diviser dans de multiples directions. Dédaigner l'avancée gigantesque qui nous est proposée, certes par la voie des urnes, une fois n'est pas coutume, c'est cautionner la perpétuation du même, qui ne peut qu'être de pire en pire, et nous acculer à des luttes sociales qui seront violentes, et où polices et autres gens armés de pied en cap écraseront les récalcitrants et ceux qui passaient par là, qu'ils soient Roms ou manifestants etc.

Je partage l'idée que le pouvoir corrompt, qu'il ne s'agit pas de prendre le pouvoir mais d'empêcher qu'il soit confisqué par une bande de privilégiés. Mais que proposer de mieux qu'un processus constituant pour refonder la société ? Une petite guerre sans doute resserrerait les rangs autour du chef, et certains penchent dangereusement de ce côté. Nous vivons sur une poudrière. Là aussi JLM a une réflexion profonde, argumentée, rationnelle, que nous devrions étudier avec le plus grand sérieux. La paix ou la guerre, ça change complètement la vie. Et JLM veut défendre la paix partout dans le monde avec un grand sens des réalités.

Pourquoi ce mépris envers les insoumis ? Il y a JLM, et un programme intelligemment construit et cohérent, qui permettrait de multiples avancées décisives aux plans humain, social, démocratique, écologique, pour la paix… C'est vrai, cette stratégie est d'abord électorale. Élire un président pour renverser la Vème et la monarchie présidentielle, cela semble paradoxal, mais c'est une voie réaliste et pacifique : c'est l'axe fondamental du programme et cela mettra toute la société en mouvement. Dès l'élection. Et en effet quand la nouvelle constitution aura été adoptée par référendum, l'ancienne deviendra caduque et les élus rendront leurs places pour se mettre à fonctionner comme tout le monde dans le cadre des nouvelles institutions.

Pourquoi railler ? N'est-ce pas un souhait profond : qu'ils dégagent !? Comment ferions-nous donc autrement ? Quand le vote blanc parviendrait-il à faire réfléchir les décideurs que peut-être il faudrait le considérer, un peu comme M. Sarkozy a « moralisé le capitalisme » ? Nous pouvons décider de changer enfin les institutions et nous ferions les dégoûtés ? Nous pouvons obtenir la sortie des traités européens actuels, le refus des TAFTA et CETA, la sortie de l'OTAN, une politique de paix, l'arrêt du nucléaire, la règle verte, l'arrêt de l'extractivisme fossile pour passer à une énergie 100 % renouvelable, la réorientation écologique de toute la production industrielle et le développement de l'agriculture bio, une lutte d'ensemble contre les pollutions et la lutte contre les souffrances animales, l'abandon des grands projets inutiles, l'aide aux PME et aux coopératives et le droit de préemption des salariés sur la reprise de leurs entreprises, l'abrogation entre autres de la loi El Khomri, de nouveaux droits au travail, la libération des médias de l'emprise de l'oligarchie, la réorganisation de la « sécurité » et une police et une justice véritablement républicaine, l'enseignement revivifié de fond en comble et aussi tous les services publics, dont les hôpitaux et services de soins, l'organisation du numérique selon les vœux de La Quadrature du Net, le strict respect de la laïcité, un traitement humain des migrants ou réfugiés : régularisation de tous les « sans-papiers », interdiction du « détachement » des travailleurs tel que conçu actuellement, droit au logement effectif pour tous, sécurité sociale intégrale au régime général pour tous avec le remboursement de tous les soins à 100 %, relèvement des minimas sociaux et resserrement de l'échelle des rémunérations… Bon j'en passe… C'est énorme. Combien d'années de lutte pour obtenir, ou pas, une miette de tout cela ? Et combien d'années d'obscurantisme et de terreur si le FN passe, ou l'un de ceux qui nous précipitent dans ses bras ?

Attaquer JLM sur son hologramme est un peu léger. C'est une élection présidentielle, donc c'est personnalisé à outrance et il s'agit de se faire entendre pour gagner. L'hologramme a permis à JLM de faire un pied de nez à tous les médias qui se sont ingéniés soit à ne pas lui permettre de s'exprimer, soit à déformer ses propos, en tenant 2 meetings à la fois avec une affluence remarquable, et c'est un clin d'œil aux savoir-faire français qu'il aime à souligner, et auxquels il s’intéresse. Il connaît bien les métiers contrairement à tant d’autres. Franchement rien de méchant sur quoi se focaliser. Ce serait plutôt amusant, un ou … des hologrammes !

L'hymne national ne vous plaît pas ? À moi non plus. Mais bon, on pourra toujours essayer d'en proposer un autre après, s'il n'y a que ça !

Et en quoi la liberté de conscience et la stricte séparation des Églises et de l’État devrait-elle nous faire peur ? Au contraire ! Moi je suis scandalisée que des élus se permettent d'assister à titre officiel à un culte quel qu'il soit, et se fassent sacrer « chanoines de Latran » !!! Cette époque serait révolue et ce serait un grand bol d'air.

Non bien sûr, la cause du peuple n'a pas progressé avec le PS au pouvoir, au contraire (pas plus avec la droite de droite). Et je fais le pari que si par extraordinaire M. Hamon était élu, qui garderait les mêmes règles du jeu ou presque, il ferait le lit du FN ou équivalent d'autant mieux que nous aurions eu plus d'estime pour lui que pour M. Hollande, dont il n'était pas difficile de voir que ses discours étaient au moins aussi creux que ceux de son collègue Macron aujourd'hui.

Complètement d'accord pour dire que le bilan de cette soi-disant gauche au pouvoir est un naufrage. Et je ne dirai pas que JLM se revendique des programmes de MM. Mitterrand ou Jospin. Il se revendique de certaines avancées précises pour démontrer la validité de son programme actuel, telles les 35 heures fort calomniées par la droite, et je suis persuadée qu'il (non seulement lui mais la France Insoumise) est tout à fait prêt à partager davantage le travail, tout en annonçant qu'il va falloir se retrousser les manches pour mettre en œuvre la transition écologique et reloger tous ceux qui ont été mis à la rue etc, et cela me va. JLM me semble être une personne vraie. Il est généreux et franc dans ses amitiés me semble-t-il. Et il me semble qu'il s'agit davantage d'une fidélité affective envers Mitterrand et Jospin que d'une adhésion à toutes leurs orientations. Et quelque part cela me touche qu'il affirme son estime amicale à un moment où ces dirigeants n'ont pas la cote. Il salue en Jospin une personne honnête. Sans doute l'était-il en tant qu'individu. Ce qui ne l'a pas empêché de nous faire le coup du traité de Lisbonne qui était tout sauf honnête. Mais JLM était contre ce traité de Lisbonne, et avait d'ailleurs appelé à voter non au TCE.

Moi j'en ai voulu à l'époque à JLM de n'avoir pas quitté le PS pour les collectifs anti-libéraux, et à d'autres de rester scotchés à leurs partis et aux accords d'appareils. On peut même se demander que diable est-il allé faire dans la galère PS, lui qui fut trotskyste un temps ? Finalement je ne crois pas qu'il ait jamais renoncé à ses idéaux de jeunesse : l'émancipation populaire et un monde plus juste où chacun trouverait heureusement sa place, pour résumer. Il est en train de le démontrer avec sa campagne.

Sans doute avait-il tiré plus vite que d'autres les leçons de mai 68. Un mouvement populaire immense qui rentra vite à la niche sous la pression de dirigeants « ouvriers » sans même renverser la Vème République. « Faire la révolution » par la force n'est pas un idéal. Certains prétendent que c'est la seule façon de changer les choses. C'est surtout le moyen d'avoir une guerre civile, et pour déboucher sur quoi ? Quel écrasement ? Quel autre rapport de force violent ?

J'imagine qu'il a opté à l'époque pour le PS avec l'idée de conquérir le pouvoir par les élections, ce qui correspondait à son républicanisme (et il était opposé au parti unique paraît-il). Il a voulu sans doute combattre dans le PS pour l'entraîner à gauche toutes, et il s'est d'ailleurs toujours clairement situé à la gauche du PS. Il a mis du temps à le quitter, peut-être comme on met du temps à pouvoir quitter ce en quoi on s'est beaucoup investi, où l'on a longtemps bataillé sans voir non plus grand-chose se lever à l'extérieur, et peut-être espérait-il entraîner avec lui davantage de monde, pourquoi pas un Hamon d'ailleurs dont on se demande quel plan de carrière il attend vraiment du PS et de son personnel droitisant tant et plus ?

J'ai tendance à partager l'analyse que l’État se range au service de la classe dominante, et j'ai longtemps défendu l'idée qu'il fallait organiser la société à partir de la base et laisser le moins possible remonter le pouvoir. Je n'aime pas non plus que l’État se mêle de tout réglementer dans nos vies en nous ôtant toute possibilité d'initiative (par ex sur l'habitat léger) etc etc. Mais je m'aperçois que les meilleures idées peuvent être perverties, et aboutir à l'effet inverse de celui qu'on espérait. Il y a un temps pour tout, et actuellement ce sont les multinationales et leur caste qui font l'apologie du moins d’État, décrié comme ils le font des fonctionnaires, car il est plus facile de dominer un pays divisé en Régions qu'un État où la loi est la même pour tous, qu'il s'agisse de code du travail, de laïcité, d'enseignement, de planification écologique et autres droits publics à défendre. Et la défense nationale. Car à mon avis mieux vaut là aussi en avoir une que d'être la proie facile des faucons en exercice un peu partout, quand on veut vivre en paix ce qui est mon cas, et je crois celui de nombreux concitoyens dont JLM, qui est bien le seul à avoir une stratégie convaincante à ce sujet. Et je crois aussi que là où nous sommes rendus nous sommes loin de pouvoir nous passer d'une force de police, dont le rôle doit être de nous protéger des mafias et non pas de matraquer les manifestants. Ça s'est rarement vu, mais on a rarement vu aussi que les mafieux abandonnent spontanément leur pouvoir. Et JLM veut aussi réformer la police pour faire des policiers des gardiens de la paix bien dans leur peau.

Vis-à-vis de la Guyane, même remarque que pour l'autonomie régionale. Le jacobinisme peut être compatible avec des droits et une autogestion plus importante que ne permettrait la division voulue tous azimuts par les capitalistes. Quand JLM dit que la Guyane et les Outremers, c'est la France, il veut que l'égalité soit effective entre tous les citoyens et promouvoir l'identité, les capacités et l'autonomie alimentaire de ces territoires, relocaliser là aussi, stopper concrètement les énormes pollutions en cours, et c'est encore une façon d'être internationaliste en acte qui me convient aujourd'hui.

Je ne vois pas où JLM ferait l'apologie du capitalisme ni de la finance ? Son programme tend à réduire leur pouvoir. « Philippe Poutou et le NPA considèrent que sans appropriation sociale du système financier, de la chimie, du transport, du BTP… il ne saurait y avoir de transition écologique. JLM dit le contraire ». Ici je serais personnellement plus de l'avis du NPA : pour socialiser les grandes entreprises. Mais une telle revendication n'a probablement aucune chance d'obtenir l'adhésion immédiate d'une majorité d'électeurs. Or il s'agit d'être élu pour pouvoir sortir du cadre actuel. Cependant JLM veut une fiscalité plus juste, une compression de l'échelle des salaires, étendre les services publics et les démocratiser et développer les coopératives, avec droit de préemption des travailleurs quand les entreprises sont liquidées.

Cocoricoter sa préférence pour l'ouvrier gaulois ? Là il y a erreur, cela concerne Mme Le Pen. JLM veut au contraire donner des droits à tous les travailleurs. « Philippe Poutou et le NPA ne considèrent pas que "les travailleurs détachés viennent voler le pain des travailleurs locaux". JlM dit le contraire ». Non. JLM refuse le statut de travailleur détaché et le dumping social, et il veut que tous les travailleurs aient les mêmes droits nivelés par le haut. JLM dit essentiellement que tout exil est une grande souffrance, et qu'il faut avant tout arrêter ce qui cause tous ces exils forcés : les guerres, les traités d'échange inégaux cause de famines, les persécutions diverses… et, tant que possible, l'action humaine sur le dérèglement climatique. Et que si les réfugiés sont là il faut les accueillir humainement, dignement.

M. Poutou, lui, non seulement n'espère pas être élu, mais il ne croit pas qu'une élection puisse servir à faire avancer la cause des exploités. Conviction qu'en général j'ai tendance à partager, mais pas cette fois. Il dit aussi que « la bataille doit se mener dans la rue ». Paroles de desperado à mon avis. La guerre civile, je n'en ai aucune, mais alors aucune envie. Et je ne suis pas la seule. Et pourquoi dès lors prendre des suffrages qui pourraient aller à un candidat qui certes n'est pas parfait, cela est impossible, mais qui soulèverait l'enthousiasme, en apportant des conclusions favorables à de nombreuses luttes et en permettant de démocratiser un bon coup la société, où chacun pourrait beaucoup mieux défendre son point de vue et faire valoir ses droits qu'à présent ?

J'ai commencé à regarder M. Mélenchon il y a un an, d'un regard méfiant par principe s'agissant d'un politique, mais à force je ne peux qu'être touchée par son humanité, sa générosité, la franchise de ses émotions, sa congruence, ce qui ne l'empêche pas de rester en réalité maître de lui, rationnel, intelligent. Il est toujours profondément ému par la détresse des uns et des autres, cela se sent, tout en se voulant efficace et cela se comprend. Et JLM n'est pas seul. Il a su mobiliser de nombreux citoyens, et sur chaque thème des personnes engagées en pointe dans chaque domaine, tels la Quadrature du Net, Irène Frachon, la Fondation Abbé Pierre, etc etc. Zoé Konstantopoulou est à ses côtés ainsi que le Front Populaire tunisien etc. Si JLM trahissait ces amis, cela n'aurait aucun sens, et de plus cela signerait sa mort politique…

Il n'est pas juste d'envoyer balader un tel travail, titanesque et collectif, d'un revers d'humeur.

« je pense que la mise en œuvre des mesures antilibérales même limitées du programme FI se heurterait aux tirs de barrage du capital mondialisé et français, à l'UE, à l'OMC, etc ». Oui. C'est pourquoi un allié de poids au sommet de l’État aura un prix incommensurable.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.