J'ai peur

j'ai peur du racisme qui monte, de l'islamophobie en liberté, des privations d'une liberté d'expression qui est à plusieurs vitesses. J'ai peur de connaître un jour, en France, des drames tels ceux d'Oslo, Utoya ou Christchurch.

 

Pour la première fois de ma vie, j’ai peur.

Non seulement j’ai peur pour notre planète qui part à vau l’eau, non seulement j’ai peur par l’arrivée de tous ces fous qui gouvernent notre monde mais encore j’ai peur, après l’assassinat de Samuel Paty, des réactions que cela engendre. Réaction devant l’horreur, certes, réaction d’horreur que je partage et à laquelle, je n'ai rien à ajouter qui n'a déjà été dit. Qu'il me soit permis (?) d'aller au-delà et de dire mon émotion devant les réactions de haine prétendant réagir à la haine de l’autre. Et là, j’ai vraiment très peur.

Lundi 18 octobre, cherchant à comprendre des proches  qui s’informent notamment sur CNews et qui, devant mon préjugé sur cette chaîne,  me conseillent d’ aller juger par moi-même car « il n’y est pas dit que des conneries », je regarde « Soir  info » : un débat animé par Julien Pasquet avec Ghaleb Bencheikh (président de la Fondation de l’islam de France) Béatrice Brugère (magistrate), Jean Messiha (membre du bureau national du RN) et Caroline ? (Boulevard Voltaire)  avec des intermèdes où passent des interventions de Marine Le Pen et Eric Zemmour . Je n’ai pas été déçue du voyage. J’ai reçu un discours de haine des "musulmans" en pleine figure, tout à fait décomplexé – il n’y a pas lieu à complexe, n’est-ce-pas, quand l’un d’entre eux demeure la « star de l’access prime time de CNews » après 3 condamnations pour provocation à la haine raciale (pour faire court, pour avoir notamment désigné tous les musulmans de France comme des envahisseurs, des colonisateurs et comparé le nazisme à l’islam) ? Mais il continue de pouvoir s’exprimer avec large médiatisation...

Il m’a été dit alors  que certains termes étaient  certainement excessifs mais n’appelaient en tout cas pas au meurtre.

C’est aussi ce qui aurait pu être dit en Norvège jusqu’au 22 juillet 2011, avant qu’Anders Breivik tue à Oslo et Utoya 77 personnes et en blesse 151,  au nom, notamment du conservatisme culturel, du nationalisme blanc, de l’islamophobie, du sionisme, de l’antiféminisme, exigeant l’expulsion de toutes les personnes se revendiquant des principes du Coran pour préserver l’acquis chrétien des sociétés occidentales. Hors l’antiféminisme, j’ai trouvé tous ces ingrédients dans le débat de Soir info.

C’est aussi ce qui aurait pu être dit en Nouvelle-Zélande jusqu’au 15 mars 2019, avant que Brenton Tarrant, qualifié de suprémaciste blanc, n’attaque deux mosquées de la ville de Christchurch, faisant 51 morts et 49 blessés. Juste avant, il avait mis en ligne un manifeste relayant les thèses islamophobes et conspirationnistes avec pour titre « the great replacement » (référence à la théorie du même nom popularisée chez nous par Renaud Camus).

En France, le numéro du journal « le Figaro » du 8 janvier 2015 relève qu’en 48h, après les attentats terroristes contre Charlie Hebdo, les attaques contre les mosquées se sont multipliées, que de nombreux lieux de culte musulmans ont été pris pour cibles (impacts de balles, inscriptions racistes : Port-La-Nouvelle – Le Mans – Poitiers – Saint-Juéry -  Bischwiller – Bayonne – Corte – Liévin – Béthune – Rennes) – par chance, pas de victimes. Pas encore. Et j’espère qu’il n’y en aura jamais. Mais ces attentats et ceux qui ont suivi ont été largement minorés et on n’en connaît toujours pas de suites judiciaires.

C’est à raison précisément de l’absence de reconnaissance de la réalité et des mécanismes de l’islamophobie que s’est constitué le Collectif contre l’islamophobie en France, association apolitique et areligieuse pour oeuvrer, au quotidien, pour que la liberté, l’égalité et la fraternité soient aussi une réalité pour les millions de Français musulmans. Curieusement, ce Collectif figure au premier plan des cibles du gouvernement qui propose sa dissolution, pour mieux cacher sans doute la réalité raciste de notre pays.

Car c’est ce qui me fait peur, cette montée du racisme, de la haine raciste et c’est l’antiracisme qui est accusé de devenir fou (voir notamment Alain Finkelkraut – entretien du 11 août 2019), refusant toute possibilité d’expression à quiconque refuse l’instrumentalisation de l’horreur d’attentats commis, à quiconque cherche à en déterminer les causes, pour traiter celles-ci, sans que cela signifie « excuser » (Manuel Valls – 9 janvier 2016). Quiconque ? Le même propose de refuser ce droit d’expression (qui n’est pourtant pas négociable selon l’expression d’un ministre) à « une partie de la gauche, l’islamo-gauchisme, qui a fait preuve d’une très grande complaisance à l’égard de l’islam politique » et montre du doigt les ennemis de la République telles les associations comme le CCIF donc, mais aussi « cette gauche-là, politique, LFI, la gauche journalistique, Edwy Plenel, la gauche syndicale, l’Unef, mais aussi la ligue de l’enseignement, la ligue des droits de l’homme, qui ont fait rentrer les théories de Tariq Ramadan en leur sein » 18 octobre 2020).

J’ai  peur aussi d’être privée plus encore de ma liberté d’expression qui n’est pas »négociable » (?) mais à plusieurs vitesses ! A un moment justement où l’État français, dont les représentants s’en gargarisent, vient d’être condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour violation de la liberté d’expression (arrêt du 11 juin 2020  - relatif à la condamnation de militants appelant au respect du droit international par l’État d’Israël au moyen du boycott de ses produits. Il est certainement plus transgressif de revendiquer le respect du droit international que de ...).

J’ai peur, peur du racisme qui monte et se rapproche de moi, peur du racisme qui s’exprime et agit sans ambages aux plus hauts niveaux de notre société, peur des ravages qu’il  peut causer dans notre pays. J'ai peur des pompiers pyromanes. Et j'ai peur de n'être pas comprise dans mon propos dans un temps d'émotion forte et de sidération.

Où va-t-on ?

Geneviève Coudrais

 

 

 

 

 

 

 

,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.