Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2018

Pourquoi il faut manifester avec le Comité Adama Samedi 13 octobre

Le comité Adama appelle à une manifestation puissante, le samedi 13 octobre suite à la publication du 4ème rapport d'expertise sur les causes de la mort d'Adama Traoré. Cette 4ème expertise est un acte de guerre. Contre la famille Traoré bien sûr. Mais plus largement contre le mouvement social qui se développe avec et autour du comité Adama depuis plus de 2 ans

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le comité Adama appelle à une manifestation puissante, le samedi 13 octobre suite à la publication du 4ème rapport d'expertise sur les causes de la mort d'Adama Traoré le 19 juillet 2016 à la gendarmerie de Persan. Il y a déjà eu plusieurs expertises sur la mort d'Adama Traoré. Comme s’il fallait absolument semer la confusion, elles ont toutes apporté des explications différentes : infection, fragilité cardiaque, asphyxie... Cette fois-ci, le rapport est insensé : Adama Traoré se serait en quelque sorte auto-détruit. Le fait d'avoir couru 400 mères en 15 minutes auraient constitué un "effort maximal" qui aurait engendré la mort du jeune homme de 24 ans (pourtant reconnu comme sportif). Pour expliquer la mort d'Adama, les experts prennent tous les éléments en compte - la chaleur, la course, l'état de santé, etc. - sauf 2, toujours écartés : l'intervention des gendarmes (qui lui ont fait supporter le poids de 3 corps, 250 kg) et la non-assistance à personne en danger. Pourquoi? Car ce qui est présenté comme la conclusion de l'expertise est en fait le but de "l'expertise" et son point de départ : expliquer la mort d’Adama en sortant les gendarmes du tableau. (Cf. l'article du Monde qui a rendu public ce rapport et qui ne cache pas ses interrogations que l'on peut consulter ici.)

Cette 4ème expertise est un acte de guerre. Contre la famille Traoré bien sûr. Mais plus largement contre le mouvement social qui se développe avec et autour du comité Adama depuis plus de 2 ans. Les mensonges et manipulations qu’elle contient sont à la hauteur de l’effet de déstabilisation et de critique sociale que porte ce mouvement. C’est comme si l’institution disait : rentrez chez vous, vous vous battez pour rien, il ne s’est rien passé, Adama Traoré est mort tout seul, et sa mort n’a rien à voir avec l’ordre policier, les pratiques des gendarmes, les techniques d’interpellation, le racisme, etc.
Manifester samedi, c'est répondre à cette agression - c'est faire la guerre à cet acte de guerre.

Séquence politique

Nous nous situons ici dans une séquence politique forte. Car l'opération accomplie par l'expertise à propos de la mort d’Adama Traoré n’est pas isolée. Elle s'inscrit dans une histoire politique. Faire comme si, quand ils meurent entre les mains des forces de l'ordre, les individus meurent tout seul n'est pas nouveau. C’est une opération classique : on l’a déjà vu à l’œuvre à plusieurs reprises : ça a déjà été le cas avec Malik Oussekine tabassé en 1986 par des policiers mais dont la mort avait d'abord été imputée à une insuffisance rénale. On peut rappeler l'affaire Wissam El-Yamni – l’une des plus scandaleuses de ses dernières années- qui selon la Justice ne serait pas mort sous les coups de la police mais d’un mystérieux « cocktail toxique »( http://www.justicepourwissam.com/) . Mais aussi l'affaire Mirval, prisonnier mort étouffé lors d'un transfert en prison et à propos duquel 6 expertises vont se succéder pour tenter de démontrer qu'il serait le seul responsable de sa propre mort (https://journals.openedition.org/conflits/1584#tocto1n2).

Mensonge = mort
Il n'y a rien de nouveau à dire que les Etats mentent, cachent la vérité, n’assument pas leur responsabilité, inventent des narrations publiques des faits contraires à la réalité (on a vu sur tant d’événements historiques à quel point il faut du temps à l’Etat pour reconnaître ses responsabilités, qu’il suffise de mentionner ici l’affaire Audin). Mais ce qui est important c’est que le mensonge ne vise pas seulement à couvrir les actions des forces de l’ordre. Il fait partie du système qui produit l’exposition à la mort ou à la violence de certaines populations, notamment, les jeunes garçons noirs et arabes des quartiers populaires.
On sait que par exemple la plaque commémorative pour Malik Oussekine rue Monsieur-le-Prince dit que celui-ci a été « frappé à mort ». Mais elle ne rajoute pas : « par la police ».. Ne pas dire que Malik Oussekine est mort frappé par la police, c’est s’interdire de mettre en question la police, l'usage de la force et c'est donc rendre possible la mort d'autres Malik Oussekine. Dire, comme on essaie de le faire aujourd’hui, qu’Adama Traoré est mort tout seul, c’est vouloir empêcher de mettre en question les pratiques des gendarmes et de la police, l’idée d’interpellation, les techniques, la domination raciale, etc. Et c’est alors rendre possible la mort d’autres Adama Traoré…
Manifester samedi 13 octobre, contre le mensonge d’Etat, c’est, comme lors de la marche en souvenir à Adama en juillet à Beaumont, manifester contre l’ordre policier et pour rendre les vies plus vivables.

La mort d’Adama Traoré est une scène politique. Le simple fait que les gendarmes lui aient demandé ses papiers d’identité alors qu’il n’avait rien fait, qu’il faisait du vélo dans sa ville, le fait qu’il courre et, encore plus important, le fait que les gendarmes lui courent après alors qu’il ne présente aucun danger pour assouvir un fantasme de maitrise et de possession constitue en tant que telle une séquence politique dont la responsabilité incombe aux gendarmes.
Aller manifester samedi c’est réaffirmer la nécessité et la force d’un combat que la Justice voudrait voir disparaître, c’est réaffirmer l’existence publique de la lutte du comité Adama quand l’institution dit « Rentrez chez vous ». C’est amplifier ce mouvement qui doit permettre, comme le dit souvent Assa Traoré, de sauver la vie d’autres Adama Traoré.

RDV Samedi 13 octobre, à 14h30 à Gare du Nord.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky