Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 oct. 2019

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

La guerre contre Assa Traoré est déclarée

En une dizaine de jours, voilà donc une deuxième procédure lancée contre Assa Traoré. Il y a aujourd’hui dans la police et la Justice des individus qui mettent tout en œuvre pour nuire à Assa Traoré. La loi, ça n’existe pas. Il y a des individus qui occupent des positions dans l’appareil d’État et qui utilisent la Loi pour cibler et combattre certaines personnes ou luttes.

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En une dizaine de jours, voilà donc une deuxième procédure policière et judiciaire lancée contre Assa Traoré. Le 1er octobre, Assa Traoré était convoquée par la police pour être mise en diffamation pour avoir divulgué les noms des gendarmes impliqués dans la mort d’Adama Traoré (https://www.clique.tv/assa-traore-convoquee/).

 
Aujourd’hui, elle est à nouveau convoquée par la police. Le motif montre en lui-même le caractère d’acharnement pur de cette procédure : La police invoque le fait que, pour un pique-nique organisé il y a 2 ans à Beaumont-sur-Oise, il y avait un jeu de boxe pour les enfants. Il s’agirait alors d’« un événement sportif non déclaré » et Assa serait responsable alors de plusieurs délits (https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=692896947787473&id=160752057668634&__xts__)

C’est ubuesque. Mais c’est réel. Et c’est légal.

Ce que nous révèle la succession de ces deux faits c’est qu’il y a aujourd’hui dans la police, dans la gendarmerie, et au parquet des individus qui ont décidé de tout mettre en œuvre pour nuire à Assa Traoré, pour lui nuire financièrement ou pour lui nuire personnellement en utilisant les prétextes les plus ridicules. C’est donc une guerre personnelle qui est déclarée envers Assa Traoré, et contre laquelle il faut réagir avec la plus grande intensité.

Cette guerre est d’abord économique : toutes les procédures coûtent extrêmement chères. Et il faut toujours rappeler, au delà de notre indignation, la nécessité de soutenir financièrement le combat Adama ici : https://www.okpal.com/adama-traore

Ce sont nos impôts qui financent les procureurs, les gendarmes, les policiers qui persécutent Assa. « L’Etat prend notre argent pour nous faire la guerre » disait Assa dans le Combat Adama… Et contribuer à la cagnotte c’est aussi essayer de rétablir un peu l’équilibre…

Mais aussi, on voit que la police et les autorités judiciaires n’ont même plus le souci de la respectabilité et de la décence. Ils savent que c’est ridicule, que c’est honteux, que c’est pathétique, que c’est indigne mais ils le font quand même car ils ne sont pas avec nous dans une optique de « légitimité » : ils font la guerre coûte que coûte. Ils savent que c’est un combat perdu en termes d’image et de vérité alors ils cherchent juste à détruire l’adversaire à travers les armes qui sont à leur disposition.

La loi, ça n’existe pas. Il y a des individus qui occupent des positions dans l’appareil d’État et qui utilisent la Loi pour cibler, combattre, et peut-être éliminer socialement ou pénalement certains individus. Il est important de rappeler que, dans l’histoire politique, l’existence de forces étatiques et officielles qui se sont fixés comme objectif de dissoudre des ennemis politiques, n’a rien de fantasmatique : c’est réel. Ça a existé et ça a été prouvé. Par exemple, on connaît aujourd’hui les notes du FBI qui montrent les stratégies conscientes déployées pour défaire le Black Panther Party, qui était alors perçu par l’agence comme l’un des principaux dangers pour l’ordre public américain : mises en prison, accusations de trafics, inculpation, circulation de rumeurs pour les discréditer, etc.

Aujourd’hui, c’est une guerre de cette nature qui se joue contre le Combat Adama. Elle a visé les jeunes de Beaumont, Persan et Champagne ; elle a visé les frères d’Assa, aujourd’hui elle vise Assa Traoré.

La guerre contre Assa Traoré est déclarée. Et c’est à nous de nous mobiliser pour l’aider à la gagner

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma