Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 mars 2021

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce que dit la droite quand elle dit: «il n'y a plus de débat»

On a tort de s'inquiéter de la multiplication des textes venus de la droite qui se plaignent du climat intellectuel, du fait qu'il n'y aurait plus de débat ou une disparition de l'éthique de la discussion. Si cette offensive pourrait apparaître comme dangereuse, elle montre la force de la pensée de gauche et la persistance d'une illégitimité intellectuelle de la droite qu'il faut préserver.

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a peut-être tort de s'inquiéter de la multiplication des tribunes, textes, interventions, livres venus de la droite et qui se plaignent depuis quelques semaines du climat intellectuel contemporain, du fait qu'il n'y aurait plus de débat, de controverse, que la gauche deviendrait intolérante, qu'il y aurait une disparition de l'éthique de la discussion et une multiplication de censures... 
 Si cette séquence pourrait apparaître comme une offensive dangereuse des forces réactionnaires, elle peut aussi être vue comme une bonne nouvelle: elle montre la force intrinsèque de la pensée de gauche et surtout la persistance d'une illégitimité intellectuelle de la droite qu'il faut chérir et préserver. 

La droite, pourtant si profondément enracinée dans les habitus et le pratico-inerte de notre société, et qui dispose de la quasi totalité des lieux de pouvoir et médiatiques,  ne supporte pas que lui résiste un bastion - les pôles légitimes du débat intellectuel : elle ne supporte pas que ses opinions fausses, grossières, manipulatrices ne soient pas prises au sérieux par les producteur de savoir, les théoriciens, ceux qui font le temps de la théorie et de la vie des idées. Cette absence de reconnaissance et de considération les rend malades. 

Nous ne faisons pas des pétitions pour aller parler chez Zemmour ou dans le Figaro, pour aller débattre avec tel ou tel de leurs essayistes - alors qu'eux le font sans cesse, et font tout pour venir parler dans nos espaces. "Venez débattre, Acceptez le débat": ces phrases veulent dire: reconnaissez-moi comme un interlocuteur légitime. Ne nous laissez pas seuls. Et elles veulent donc dire : je reconnais que c'est vous qui détenez le pouvoir de la reconnaissance intellectuelle, que je n'existe que si vous me reconnaissez. 

Dans la séquence que nous traversons, les forces réactionnaires attestent que la légitimité intellectuelle ne se situe pas de leur côté. Que lorsqu'elles parlent sans nous, lorsqu'elles parlent seules, elles ne parlent pas : pourquoi tant de réactionnaires disent-ils "on ne peut plus rien dire"... dans des émissions de télévision où ils ont le monopole de la parole... Parce qu'ils se vivent comme censurés, non existants, lorsqu'ils sont entre eux, tant que nous ne sommes pas là pour leur accorder la reconnaissance qu'ils quémandent et lorsqu'ils n'ont pas accès aux lieux auxquels nous avons accès.

La mobilisation contemporaine sur la "censure", "l'intolérance", constitue une expression de la reconnaissance par la droite de son illégitimité intellectuelle fondamentale et exprime sa mobilisation contre le sentiment de relégation qui en découle - selon un mécanisme analogue à celui que l’on constate chez certains écrivains à succès qui ne supportent pas les auteurs d’avant garde au point de pouvoir  être littéralement obsédés par eux malgré leur plus grande notoriété publique parce que ceux ci leur rappellent leur place objective dans le monde des lettres.

Ce qui fait que la meilleure stratégie face à cette offensive n'est certainement pas de "répondre", d'aller dans leurs émissions ou sur leur terrain pour attester d'une "disposition au débat" mais au contraire de consolider cette barrière symbolique et prophylactique par le mépris, le silence, l'ignorance....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Fil d'actualités
La présidence des Républicains se jouera lors d’un second tour
Éric Ciotti, tenant d’une ligne droitière, et Bruno Retailleau, représentant l’aile conservatrice et libérale du parti, se sont qualifiés dimanche pour le second tour de l’élection du président des Républicains, a annoncé dimanche la présidente par intérim du parti Annie Genevard.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar