Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

165 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 août 2015

« Combattre simultanément » la philosophie médiatique et celle académique par Jacques Derrida

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai récemment trouvé dans mes fichiers ce passage que j’avais supprimé de mon livre Logique de la création. Il porte sur l’allocution d’ouverture des Etats Généraux de la Philosophie par Jacques Derrida en 1979. Je le publie car il restitue comment Derrida affronte une question qui se pose peut-être avec une intensité encore plus grande aujourd’hui que lorsque elle a été prononcée : comment critiquer la philosophie médiatique sans constituer comme norme la philosophie académique ? Ces deux pratiques,  qui ne cessent de se définir l’une contre l’autre et de se légitimer en présentant l’autre comme l’« ennemie » ne pourraient-elles pas être dotées d’une étrange complémentarité ? Etre un intellectuel critique ne doit-il pas consister à « combattre simultanément » ces deux dispositifs de pouvoir ?

****

Le 16 juin 1979, Jacques Derrida prononce l’allocution d’ouverture des Etats Généraux de la Philosophie à la Sorbonne. Son propos porte essentiellement sur la situation de la philosophie dans l’espace public. Derrida s’inquiète, dans sa conférence, de la domination de plus en plus grande, sur la scène éditoriale et médiatique, d’une philosophie dégradée, indigente, qui se situe en-deçà de tout ce que l’on serait en droit d’attendre de la part de discours qui se réclament de la philosophie. Derrida vise notamment les « nouveaux philosophes » (dont la publicité commença en 1976), qui envahissent le « marché » de « leur indigence naïve et précritique, ignorante jusqu’à la barbarie, complaisante et jubilante jusqu’à la bouffonnerie, ou parfois, pour nous, pour moi en tous cas, impardonnablement ennuyeuse »[1]. Comme beaucoup d’autres orateurs de ces Etats Généraux, Derrida s’émeut ainsi que ce qui se présente comme de la philosophie dans l’espace public ne satisfait à aucune des exigences minimales à cette tradition et à cette pratique.

Mais l’originalité de la position de l’auteur de De la grammatologie est de ne pas se limiter à cette critique et de ne pas se satisfaire de cette formulation du problème.Derrida souligne le risque que la critique de la philosophie médiatique débouche sur une valorisation de la philosophie académique et des normes académiques de production, et  ne soit donc l’occasion d’une restauration des valeurs institutionnelles.

Derrida critique ceux qui invoquent la tendance de l’espace médiatique et éditorial à faire le jeu de l’imposture et de la sous-philosophie pour promouvoir l’ordre universitaire et en faire l’éloge. Car ce qui règne dans l’Université ne saurait être érigé comme critère d’évaluation.

Les normes académiques ne sont pas des référents pertinents pour mettre en cause ce qui circule dans l’espace médiatique  : « Je ne crois pas pour ma part que les productions philosophiques autorisées et légitimées par les appareils officiels (d’hier et d’aujourd’hui) constituent, dans leur ensemble, bien sûr, la référence irréprochable du haut de laquelle nous pourrions dédaigner ce qui passe pour philosophie ou ce qui se passe de philosophie hors de l’enceinte scolaire et universitaire » [2].

L’espace de la compétence professionnelle n’est pas au-dessus de tout soupçon. Il possède aussi  « des pouvoirs d’évaluation, de promotion, de sélection, et même ses petits média, […] des leviers professionnels et éditoriaux très concentrés dont l’analyse critique ne doit pas être, de notre part, complaisante »[3].  L’invocation de la philosophie médiatique comme repoussoir permet à la philosophie académique de faire oublier ces éléments et ainsi de s’immuniser contre la critique en se présentant comme « modèle » ou comme « rempart » contre la pseudo-philosophie.

Rien n’est plus terrible que cette situation dans laquelle on veut nous enfermer, où l’apparition d’une philosophie médiatique conduit à une renaissance de l’ordre universitaire, à un renouveau de la croyance en ses vertus et à un renforcement de la confiance des universitaires dans eux-mêmes, dans la valeur de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font Si la philosophie médiatique engendre un retour à la croyance dans la production académique, ce serait une forme de double peine et de régression.

Au fond, selon Derrida, le mouvement qui rend possible la naissance d’une philosophie médiatique est plutôt positif.   Il faut se féliciter de l’amoindrissement de l’autorité de l’ordre universitaire, de l’apparition de lieux qui le contournent et en remettent en cause l’hégémonie : « Que cet espace de la compétence professionnelle soit débordé, et avec lui l’espace social qui fournissait traditionnellement en France la majorité des philosophes de profession, qui peut sérieusement le regretter ? »[4].

Jacques Derrida renvoie dos à dos la philosophie académique et la philosophie médiatique. Ces deux systèmes lui apparaissent même comme solidaires, liés entre eux : « Mon hypothèse, je le dirai brutalement d’un mot, sans plus pour le moment, c’est celle d’une filiation entre la machinerie dominante d’hier et la machinerie dominante d’aujourd’hui, une filiation presque directe, naturelle, sinon légitime (comme on dit dans les familles). »[5]

Dans leur fonctionnement habituel et dominant dit Derrida, l’ordre universitaire et l’ordre journalistique ont pour point commun d’empêcher de penser librement, de censurer les œuvres innovantes, de restreindre les possibilités de faire émerger des modes d’écriture inédits.  Il est donc nécessaire de les combattre tous les deux, ensemble : « Il y a une complémentarité parfois peu lisible, mais solide, entre l’académisme le plus immobilisé, le plus crispé, et tout ce qui, hors de l’école et de l’Université, sur le mode de la représentation et du spectacle se branche presque immédiatement sur les canaux ou les chaînes de la plus grande recevabilité. C’est cette complémentarité, cette configuration – partout où elle apparaît – qu’il faut, me semble-t-il, combattre. Combattre simultanément. »[6]

[1]  Jacques Derrida, « Philosophie des Etats Généraux », in Etats Généraux de la Philosophie (16 et 17 juin 1979), Paris, Flammarion, coll. Champs, 1979, p 37.

[2]  Ibid., p 39.

[3]  Ibid., p 38.

[4] Ibid.

[5]  Ibid. p 39

[6]  Ibid., p 42-43.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.