Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 mars 2017

Pourquoi Emmanuel Macron est un personnage inquiétant

Voici un extrait du journal que j'ai tenu pour le Forum Freies Theater de Düsseldorf et qui vient d'être publié. C'est l'entrée de Vendredi. Elle s'intitule : 'Macron me fait peur".

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne peux plus supporter que les médias présentent Emmanuel Macron comme un candidat "progressiste", "libéral", qui se situerait au delà du clivage droite /gauche. Lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il est libéral je regarde ses propositions sur la prison, la drogue ou les droits des minorités - puisque normalement le libéralisme contient une critique de la répression, de la pénalisation des drogues et est favorable aux droits individuels. Mais Macron développe un programme répressif·: il veut construire plus de prisons, il veut donner plus de pouvoirs à la police, il est pour le maintien de l’interdiction des drogues, même du cannabis. Ce n’est pas un libéral. C’est un conservateur, un homme d’ordre….

C’est aussi un insulteur. Certaines scènes sont célèbres, comme lorsque, il y a quelques mois, alors qu’il était encore ministre de l'Economie, il a reproché à un ouvrier de le tutoyer parce que, pour lui « un ouvrier ne tutoie pas un ministre ». Macron est un homme de la hiérarchie et de l'obéissance.

Récemment, dans Têtu, il s'est opposé à l'avancée des droits des transgenres en disant que cela choquait la "psyché collective française" ! Comme si les transgenres n'appartenaient pas à la psyché collective, comme s'ils étaient un corps étranger à la France...

Macron est un personnage inquiétant.

Economiquement, son programme consiste à démanteler le droit du travail qui protège les salariés, et donc, là encore, à renforcer l'ordre - l'ordre des classes sociales, l'ordre de la soumission aux patrons et des hiérarchies dans l'entreprise.

Il veut appliquer les recommandations les plus néolibérales de la Commission Européenne pour démanteler l’assurance chômage, l’assurance santé, l’assurance retraite (https://www.mediapart.fr/…/programme-macron-un-copier-colle…)

Macron n'est pas progressiste mais un réactionnaire. C’est un technocrate nourri au spiritualisme chrétien, et c’est le pire des mélanges.

Et c'est la raison pour laquelle il faut prendre au sérieux sa proximité avec la revue Esprit et avec Ricoeur - dont on connaît les proximités avec Vichy et même son éloge de l'Allemagne nazie contre la "mollesse" des démocraties. Sternhell a montré la proximité et même la complicité de cet univers idéologique revendiqué par Macron avec la montée du fascisme dans les années 1930...

Dans son livre, Macron dit que le problème actuel de la France est l'égalitarisme... Comme si le problème en France est qu'il y a trop d'égalité… C’est obscène...

Cet éloge de l'ordre, de la hiérarchie, et de l’obéissance, cette figure de l'homme providentiel qui communie avec le peuple, cette haine de l'égalité, cette vision technocratique tout cela forme une configuration inquiétante qui est, selon moi, tangente au fascisme.

En faisant l’éloge de l’enracinement, de la hiérarchie, de l’obéissance et de l’autorité, et même de la dimension mystique de la politique, Macron participe à une acclimatation au climat fasciste ambiant.

Macron n'est pas une alternative à Le Pen. Ils sont tous les deux les produits d'une même configuration et d'un même climat.

Le reste du journal dont cet extrait est tiré est disponible ici, où je parle aussi de l'acte de voter, d'Efriede Jelinek,  de l'Université américaine et du rôle des intellectuels, ou encore de ce que voudrait dire adopter un point de vue mondial sur le monde: http://journal.fft-duesseldorf.de/chronicle/lagasnerie_fr.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre