mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Édition de la mi-journée

Manifeste pour une contre-offensive intellectuelle et politique

Edouard Louis et moi-même publions, dans Le Monde daté du 27-28 septembre 2015, un texte qui appelle à une contre-offensive intellectuelle et politique et pose quelques principes nécessaires à celle-ci.  Voici notre manifeste dans son intégralité.

Edouard Louis et moi-même publions, dans Le Monde daté du 27-28 septembre 2015, un texte qui appelle à une contre-offensive intellectuelle et politique et pose quelques principes nécessaires à celle-ci.  Voici notre manifeste dans son intégralité.

Manifeste pour une contre-offensive intellectuelle et politique.

Il y a quelques mois, nous pensions : « Notre génération vit dans le chaos et le cauchemar. Nous avons atteint le pire ». Aujourd’hui la situation se dégrade encore.

Il y a eu,
les images de dizaines de milliers de migrants fuyant la guerre, la destruction et la misère, et qui ne trouvent pas dans l’Europe un lieu de protection et d’accueil, un espace d’hospitalité mais des pays qui hésitent, qui trient, qui envoient leur police, créent des camps, ferment les frontières.

Il y a eu
La désolation avec laquelle nous avons assisté cet été à la gestion de la situation en Grèce, la brutalité avec laquelle les institutions européennes ont imposé l’austérité à un pays déjà ravagé par la pauvreté, l'euro se révélant être un instrument rendant impossible toute politique alternative en Europe au mépris des choix démocratiques.

Il y a
le spectacle désolant de la gauche socialiste au pouvoir en France, dont on se demande ce qui la rattache encore à la gauche, le dégout qu’inspire l’axe Macron-Valls, qui ne parle que le langage de l’ordre, de la régression sociale, et l’incrédulité qui en découle : comment la gauche a-t-elle pu en arriver là ? Comment, par exemple, la France a-t-elle pu devenir pour les migrants non pas un point d’arrivée mais un lieu qu’il faut fuir ?

Et il y a enfin cette circulation sans cesse accrue, dans l’espace public, de discours toujours plus proches de ceux de l’extrême droite, et qui souvent les précèdent, les alimentent objectivement au point qu’elle s'en réclame et s’en inspire. De plus en plus bruyamment, des idéologues mènent une offensive pour imposer les pulsions les plus mauvaises dans l’espace public, populisme, islamophobie, misogynie, xénophobie, homophobie, antisémitisme ou racisme, criant à la censure dès qu’ils sont critiqués et nommés comme ils doivent l’être (« on n’a plus le droit de rien dire ! »).

Face à ces dynamiques politico-intellectuelles massives, une humeur générale s’installe. Il ne serait pas exagéré de dire qu’ils sont nombreux ceux qui, aujourd’hui, vivent leur vie sur le mode du désarroi et de la tristesse. Faire l’expérience de la politique, pour la plupart d’entre nous, désormais, c’est faire l’expérience de l’impuissance.
Combien de personnes, dans le cadre de rencontres, de colloques, nous ont fait part, souvent envahis par l’émotion, à la fois d’un sentiment de colère et d’une incapacité à agir et à s’exprimer. Comme si les structures politiques et démocratiques contemporaines fabriquaient de la dépossession, de l’impossibilité à intervenir.
Que faire? comment parler? Que dire? Comment dire autre chose que des choses convenues, etc.?


Archéologie du silence


Depuis quelques semaines, deux débats sont trop souvent posés séparément : celui de la proximité manifeste de plus en plus grande d’un certain nombres d’essayistes et d’écrivains avec les thèses de l’extrême droite d'une part, et, d’autre part, celui du silence des intellectuels sur les problèmes politiques. Mais comment ne pas voir que tout cela forme une seule et même configuration. Et si nous devions faire une archéologie de ce silence, nous y verrions trois raisons :
1/ Il existe aujourd'hui une fascination pour l'extrême droite : il suffit comme Houellebecq de publier un livre grossièrement islamophobe pour faire la une des journaux. Cette aimantation d’une grande partie de l’espace médiatico-intellectuel autour de problématiques nauséabondes conduit nombre d’entre nous à ne plus se reconnaitre dans les termes prescrits, et donc à fuir l’espace public. Le silence des intellectuels c'est aussi le désarroi devant cette situation.
2/ La raréfaction de la parole critique s’explique aussi par les campagnes de diffamation dont les grandes figures intellectuelles ont été l’objet depuis les années 1980. Le monde littéraire et intellectuel tel qu’il est constitué aujourd’hui est un produit de l’injure : ce climat d’insulte a fini par décourager et museler les énergies dissidentes.
3/ Enfin, il y a une responsabilité des logiques internes aux champs littéraires ou savants. Les écrivains, les sociologues, les philosophes, n’osent pas s’engager ; pour les uns, intervenir constituerait une atteinte à la pureté de la littérature; pour les autres, ce serait rendre douteuse la validité du savoir qu’ils produisent. Une injonction de dépolitisation règne dans les champs littéraires et savants (l'amour-des-mots, la recherche pour elle même,etc ). La politique est constituée comme un risque, un stigmate - quand c’est le désengagement qui devrait plutôt être vu comme un problème.

Mais on ne peut pas se contenter de déplorer la situation sans s’interroger sur les moyens de créer des structures nouvelles. D'ailleurs, tout espoir n’est pas perdu : les Gauchet, Onfray, Finkielkraut, Debray, s’acharnent à dénier ce qu’ils sont, à mentir. La gauche continue de dominer symboliquement. En France, « intellectuel de droite » reste un oxymore, mieux : une impossibilité. Et on ne peut que s’en réjouir.


Principes

Si l’on veut redéfinir et transformer la scène intellectuelle et politique, il est urgent d’adopter quelques principes éthiques pour la pensée et l’action:


1. principe de refus : fuir les débats imposés, refuser de constituer certains idéologues comme des interlocuteurs, certains thèmes comme discutables, certains problèmes comme pertinents. Ces thèmes rendent la confrontation d’idées impossible, les évacuer est la condition du débat. Au mythe de l’espace public comme lieu unifié de délibération, il faut opposer l’idée selon laquelle il y a des problématiques incompatibles entre elles. Ils ne parlent que de nation, de peuple, de souveraineté ou d’identité nationale, de désagrégation. Nous voulons parler de classes, d’exploitation, de violence, de répression, de domination, d’intersectionalité. Voilà les deux scènes possibles, et irréductibles l’une à l’autre. De ce point de vue, combattre ce qui prétend à l’hégémonie discursive aujourd’hui, c’est parfois se taire plutôt qu’être complices.
2. principe de nomination : nommer les individus tels qu’ils sont, ne plus ratifier leurs tentatives de falsification, ne pas accepter de présenter comme des opinions sujettes au débat, ce que l’on sait, par la connaissance, être faux. Les prétendues menaces que feraient peser les migrants sur l’unité de la France ou de l’Europe, les risques de la théorie du genre, ne sont pas des sujets de discussions, ce sont des insultes et des mensonge.
3. principe de redistribution de la honte : transformer la scène, c’est changer l'espace du dicible. Le "silence des intellectuels", au fond, n’est pas le problème. Le problème, c’est qui parle et qui se tait. Il y a des individus dont on préférerait qu’ils se taisent, non par la force, comme on ne manquera pas de nous en accuser, mais, au contraire, en leur faisant comprendre que leurs discours ne méritent rien d’autre que le mépris. Les idéologues de l’extrême droite peuvent bien penser ce qu’ils veulent, l’essentiel est qu’ils n’osent plus le dire sans encourir le discrédit. « La civilisation des moeurs » dont parle Norbert Elias, ce n’est pas la disparition totale des pensées les plus laides, c’est une société où ceux qui voudraient les formuler soient amenés à contrôler leurs pulsions.
4. principe d'intervention : le plus souvent possible, intervenir, occuper l’espace. Bref, faire vivre la gauche.


Geoffroy de Lagasnerie et Edouard Louis

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Vous parlez de pensée pour ce qui n'est qu'idéologie. La pensée (la vraie) est dialectique, elle ne s'admet jamais comme close, et encore moins comme "vérité". La vérité des Ideés platoniciennes n'est pas plus humaine que la justice où la liberté. Toujours a remettre en cause. Toujours le jeu des concessives pour faire évoluer le concept.. Moi je n'ai pas lu ainsi ce manifeste. Plutôt comme un appel à changer la reflexion idéologiquement enkistée concernant le renouvellement de la classe politique. J'adhère, même si, précisémen,t il faut pousser plus loin le débat pour l'affiner. La très célèbre phrase du Guépard "Il faut que tout change pour que rien ne change" est toujours d'actualité. Et si tel est le cas, si on  admet d'emblée que rien ne sert de changer (envisageant les causes et non leurs effets. Les USA sont toujours debout, la popularité de Bush dans un certain électorat minoritaire n'est pas à contester, mais à nuancer, mais Daesh est en Irak, et cela est la conséquence directe d'une inconséquence politique tragique) et que la pensée n'est qu'un ring où des boxeurs aveugles tapent en vain, alors autant renoncer à penser, prendre la vie comme elle vient, et aller faire un footing le dimanche. Ce n'est pas à vous que j'expliquerai que l'être humain, fort heureusement, depuis le paléolithique, a eu quelques raisons de faire usage de ses idées.

Bien cordialement. 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 274 abonnés

Le blog de Geoffroy de Lagasnerie