Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 août 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

La France prise aux feux

Les feux qui ont ravagé plusieurs régions de France donnent une idée de ce qui nous attend dans les années qui viennent. Les Bretons s'étonnent d'être visés tout comme les Vosges qui s'attendent à brûler comme une torche. La protection, c'est bien mais la prévention par une nouvelle conception des forêts, c'est mieux. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

James Lovelock vient de mourir d’une chute le jour anniversaire de ses 103 ans. Il est le père de « Gaïa », cette hypothèse selon laquelle les êtres vivants eux-mêmes créent et maintiennent les conditions d’habitabilité de la Terre. Qu’aurait dit Lovelock de ce mois de juillet 2022 ? Aurait-il parlé de « vengeance de la nature » comme certains le lui auraient prêté ? Beaucoup le pensent, avec ces 47 000 hectares de forêts, landes et cultures[1] perdus dans les flammes durant ce mois de juillet, à quoi s’ajoutent le manque d’eau, les canicules et le vent. Partout, la Terre semble se fâcher. En Haute-Provence, il y a quelques jours, on doit évacuer un village et mobiliser huit bombardiers et 300 pompiers pour éteindre un feu de forêt. Dans les Landes, c’est un TGV qui est arrêté. En Haute-Corse, il faut larguer plus de 100 fois de l’eau pour éteindre un incendie… Un record depuis la création de l’Observatoire Copernicus en l’an 2000.

À cause de la sécheresse, pour maîtriser les feux qui naissent en tous points de l’Hexagone, la Sécurité civile mobilise 2500 pompiers dans les massifs pour maîtriser les feux à leur départ, fait du guet aérien avec des bombardiers d’eau, utilise des drones équipés de caméras thermiques, voire un ballon dirigeable au-dessus de Marseille. Et lorsque les feux sont éteints, il faut « noyer » les incendies pour éviter les reprises, ce qui occupe 265 pompiers en Gironde après le gigantesque incendie de La Teste. Rappelons que 172 pompiers ont péri dans le feu depuis 1973.

(c) Scott Duncan - @ScottDuncanWX

Passons à la prospective. Les sénateurs ont livré un rapport « Feux de forêt et de végétation : prévenir l’embrasement » le 4 août 2022 qui est peu engageant. Même si on a perdu moins de forêts entre 2015 et 2020 que dans la décennie 1980-1989. Le réchauffement climatique va être responsable, estime-t-on, d’une augmentation de 80% des feux d’ici à 2050 en Provence et Occitanie. La moitié des landes, cultures et forêts (hors outre-mer) contre un tiers en 2010 pourraient connaître un incendie, y compris en Bretagne comme cette année dans les Monts d’Arrée ou dans l’Est où des feux attaquent des forêts à cause d’un coup de chaleur (41°C à Saint-Brieuc). Ce n’est pas tout : les 316 installations Seveso qui stockent des produits chimiques et substances dangereuses situées à proximité de zones boisées seront exposées à un rythme élevé d’incendie au moins dix jours par an en 2050 aussi bien en région parisienne que dans le Sud-Ouest.

Pour l’instant, le nombre de pompiers mobilisés est à son maximum. La solution : aménager les forêts en créant des pistes d’accès au cœur des massifs, planter des espèces plus résilientes, moins inflammables en mixant les types de végétaux, imposer (en pénalisant les fautifs) le débroussaillage autour des maisons individuelles. Comme neuf incendies sur dix sont d’origine humaine, liés à l’agriculture, à des négligences (mégots jetés n’importe où, usage d’une meuleuse, d’un barbecue), voire à des actes criminels. Pour les sénateurs, avec 250 000 pompiers (dont 80% sont volontaires), il faut poursuivre la croissance des équipements : camions adaptés (250 000 euros), canadaires, dash (avions larguant des produits retardants), hélicoptères… Coûteux ou rentable ? Si l’on compte les vies et les biens sauvés, cela donne un rapport à de 1 à 25[2].

Dans l’avenir, il n’est pas impossible d’avoir une deuxième saison d’incendies l’hiver à cause des vents très forts comme cela s’est produit en Haute-Corse en janvier 2018. Rappelons que 19 millions d’hectares ont disparu au printemps 2020 en Sibérie.

Qu’observe-t-on dans le Massif des Maures (une réserve naturelle !) près d’Hyères un an après l’incendie qui a brûlé 7000 hectares de forêts en 2021 ? Asperges sauvages, chênes-lièges, tortues d’Hermann, repoussent dans ce temple de la biodiversité. Certaines installations agricoles sont parties en fumée. Pour éviter l’érosion des sols, on installe des retenues, les « fascines », et on évite que les cours d’eau temporaires soient comblés. Dans le milieu méditerranéen, on ne replante pas les pins, les pinèdes se régénèrent seules, sauf les jeunes chênes-lièges qu’il faut remplacer. Dans les zones basses, l’eau est suffisante pour les plantes, mais pas sur les versants et dans les parties amont des fleuves et rivières. Cela dit, un second incendie dans les années qui viennent serait fatal.


[1]Soit plus de quatre fois la taille de Paris et sa proche banlieue, selon l’Observatoire européen de l’atmosphère Copernicus.

[2]Soit 200 millions d’euros dans l’équipement pour 5 milliards d’euros de biens et d’équipements (sans les vies) épargnés.


Sur le blog

« Quand les Vosges flamberont comme une torche australienne » (Gilles Fumey)

« California horribilis » (Gilles Fumey)

« Le capitalisme touche du bois » (Manouk Borzakian)

« Comment nous dévorons la forêt tropicale » (Gilles Fumey)

« L’anti-modèle du sapin de Noël » (Gilles Fumey)

« Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ? » (Gilles Fumey)


Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol