Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2021

La prise de la Bassine

Plus de 3000 personnes et vingt tracteurs ont donné le 6 novembre un coup d’arrêt immédiat aux chantiers de méga-bassines dans le Marais Poitevin à Mauzé-sur-le-Mignon.

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En pleine COP 26, devoir se battre pour préserver la ressource en eau.

A Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres), des milliers de militants ont démonté une « bassine de la honte » et sa pompe. Amélie Poinssot a documenté ici cette aberration de l’agriculture industrielle, née du « Varenne de l’eau » (mai 2021), destiné à adapter l’agriculture au changement climatique. Les Français ont pris l’habitude depuis les Gilets jaunes de manifester leurs oppositions aux aberrations d’un gouvernement qui se prétend proche de l’écologie.

Le collectif Bassines Non Merci, la LPO (ligue pour la protection des oiseaux), la Confédération paysanne, le Soulèvement de la Terre ont mobilisé trois mille opposants malgré les intimidations de la préfecture des Deux-Sèvres voulant interdire la manifestation et la FNSEA qui contre-manifestait pour entraver l’action des militants.

Comme dans les pays tropicaux où les plantations capitalistes ont dévasté – et continuent de le faire - les milieux locaux, les campagnes des régions tempérées où l’on a exporté les plantes tropicales comme le maïs, sont l’objet de conquêtes aux effets dramatiques pour l’environnement. Les 3000 militants qui ont défilé dans les rues de Mauzé ont pu constater les dégâts de l’agriculture industrielle sur l’état de la rivière du Mignon asséchée. Une situation qui sera pérennisée si les projets de bassins voient le jour. Rappelons que ce sont des centaines d’hectares qui sont dans le viseur de l’Etat, censés recueillir les eaux pluviales (alors que ces bassines vont assécher les nappes). Tout ça pour quoi ? Produire du maïs pour des méthaniseurs.

© Soulèvements de la Terre

Les manifestants ont investi le site d’une méga-bassine, qui plus est, illégale de cinq hectares soit huit terrains de football, devant retenir 180 000 mètres cubes d’eau. Le dispositif policier n’a pas fonctionné. Les anti-bassines ont coupé à travers champs pour échapper aux gaz lacrymogènes, aux coups de matraque. Ils ont traversé un cours d’eau, plusieurs barrages de police et ont pu, finalement, entrer sur ce qu’ils appellent « la bassine de la honte ». Une future réserve d’eau qui avait déjà fait l’objet de cinq condamnations en justice.

Triste western... © Soulèvements de la Terre

Pour montrer l’inanité de ces projets, les militants ont démonté la pompe qui aspirait l’eau de la nappe et l’ont sécurisée pour empêcher son usage. La bassine a alors été vidée et l’eau rendue à la nappe.

Dans le camp d’en face, ils étaient quelques centaines à l’appel de la FNSEA, des Jeunes Agriculteurs et de la Coordination rurale pour protéger une bassine… vide, « sèche et morte comme leur vision de l’agriculture qui détruit les territoires et nos paysan.ne.s. »

Le porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod, a commenté ce coup de force : C’est « une pleine et éclatante victoire, une démonstration de force que nous sommes un mouvement populaire, nombreux à nous battre pour un territoire dynamique et un projet de société juste socialement et écologiquement ».

Les manifestants se battront jusqu’au bout pour un partage de la ressource en eau. Une vision de l’eau qui l’assimile à un bien commun qui ne doit pas être confisqué, ni abîmé par les pratiques de l’agriculture chimique et productiviste.

La guerre  de l'eau est déclarée

Manifestation du 6 novembre 2021 : Prise de la bassine ! © Les Soulèvements de la Terre

 -------

Un article plus détaillé

Les soulèvements de la Terre

Pour nous suivre sur les réseaux sociaux

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau