Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 août 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

L’eau dans une France bientôt subaride

La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La quatrième vague de chaleur (et non canicule) de cet été laisse la France dubitative sur ce qui l’attend. Les ministres se veulent pédagogues, en prévenant que plus de cent communes début août sont déjà privées d’eau potable (mises à part celles de Bretagne pour cause de nitrates). Pédagogie ? ils annoncent le pire, des « tensions » sur le partage de la ressource. La technostructure administrative prépare des plans Orsec « eau » mais permet les rejets d’eau chaude pour 5 centrales nucléaires, choie les maraîchers, céréaliers et autres éleveurs, prévient qu’il y aura des contrôles.

Les restrictions d'eau début août 2022

Mais la géographie de l’eau ne se présente pas partout de la même manière. Les grandes cultures du Bassin parisien et celles de l’Aquitaine sont mieux adaptées que les régions bocagères de l’Ouest, du Massif central, du Bassin versant du Rhône et de la Provence. Espérons qu’une part des zones d’élevage bovin retourneront en champs ouverts (céréales) mieux adaptés. Rappelons que nombre de zones spécialisées dans les bovins le sont depuis les années 1880 lorsque les grains américains ont ruiné les marchés céréaliers contraints à d’autres productions comme la viande.

Il reste donc que le grand sujet de cet été 2022 est bien l’eau. Beaucoup de Français semblent découvrir la valeur de l’eau. Les sécheresses historiques de 1976 et de 2003 ont été oubliées. Mais le discours sur l’eau commence à changer : sobriété à tous les étages, comme en convient le technophile de l’Elysée ce 14 juillet. Toujours les « petits gestes », pour la galerie. Et maintenant, le « droit à l’eau » tweete Mathilde Panot, députée LFI : « L’eau doit d’abord aller à la vie plutôt qu’aux profits ». L’eau comme un bien commun, à ne pas polluer ni gaspiller ? Une cellule de crise est née au sommet de l’Etat. Voici ses cogitations.

Les eaux usées, tu réutiliseras.

Voierie, espaces verts, agriculture : des secteurs qui pourraient accroître le pourcentage des eaux traitées réutilisées en 2022 à hauteur de 0,6%, contre 14% en Espagne. Un retard imputé à une sévère réglementation sur la qualité et à une vision d’une France bénie des eaux. Du coup, les entreprises de l’eau expérimentent une production d’eau potable à partir d’eaux recyclées dans des stations d’épuration, comme le font la Namibie et la Californie. Bémol : les traitements doivent être draconiens (sont donc coûteux) et doivent être proches des zones d’activité. En catimini, le gouvernement a autorisé la recharge de nappes phréatiques avec des eaux usées pouvant être utilisées aussi contre les feux de forêt. Notamment en zones littorales, puisque les eaux traitées finissent en mer, avec des risques de salinisation des nappes si on prélève trop sur elles.

L’eau de mer, tu dessaleras.

Des pays comme l’Arabie Saoudite, Israël, l’Espagne (aux Canaries) et quelques autres régions (en France, Belle-Ile, île de Sein) atteignent des pourcentages supérieurs aux deux tiers de leur consommation avec le dessalement. Soit par distillation, soit par osmose inverse, la deuxième technique la plus utilisée consistant à soumettre l’eau de mer à une très forte pression contre une membrane laissant passer seulement les molécules d’eau. Avec 17 000 usines de dessalement qui produisent en 2020 plus de 100 millions de mètres cubes par jour, la technologie semble maîtrisée. L’eau sert alors surtout pour l’agriculture et l’industrie. Mais même avec des projets aux Antilles ou Mayotte, le procédé reste compliqué car il faut rejeter les saumures sans perturber les écosystèmes marins ou récupérer les sels. Et l’énergie doit être couplée avec des panneaux solaires.

Les brouillards et la rosée, tu capteras.

Par des filets, comme le font le Chili ou le Maroc récupérant jusqu’à 40 litres d’eau par mètre cube de fort brouillard. Les filets ne sont pas coûteux, résistent bien au temps. Les zones de brouillard sont littorales ou en altitude. Avec des surfaces froides rainurées, on peut récupérer la vapeur d’eau, comme l’herbe du matin. Xavier de Planhol (dans L’eau de neige, Fayard) a détaillé toutes ces techniques artisanales utilisées depuis la nuit des temps dans les zones arides. Le Bénin, le Maroc et l’Inde l’expérimentent sur des toits inclinés, voire en utilisant la nuit les mêmes panneaux solaires que ceux produisant de l’électricité en plein jour.

La consommation perdue de 18 millions d’habitants

On a envie de suggérer aux conseillers du prince d’autres pistes : diminuer les pertes dans l’agriculture (ce qui s’est évaporé et n’est pas restitué aux nappes), améliorer les techniques de refroidissement des centrales thermiques (31% de l’eau consommée en France), fixer des quotas de prélèvement (en limitant la maïsiculture), utiliser des tarifs progressifs, repérer les fuites d’eau (20% de l’eau potable n’arrive pas au robinet, soit la consommation de 18 millions d’habitants) par des capteurs, des modulations de pression, de nouvelles canalisations (moins de 1% du réseau renouvelé chaque année).

On échappera aux âneries imaginant le remorquage d’icebergs de la banquise. Dassault Systèmes que l’on croyait moins idiote avait calculé il y a dix ans qu’un iceberg de 7 millions de tonnes peut alimenter une ville de 35 000 personnes pendant un an. Sans prendre en compte la fonte de l’eau durant le trajet sous les tropiques, l’énergie du remorquage et le stress de la biodiversité dans les eaux marines soudainement refroidies. En revanche, les ingénieurs ont évalué le coût à 9 millions d’euros. Bof…

Pour aller plus loin

L’eau n’est pas une marchandise

Pourquoi nous ne faisons rien quand la maison brûle

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez