Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 janv. 2021

Penser notre extinction

[Archive] Le musée d’Orsay affichait, en janvier, une exposition invisible pour cause de Covid, « Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle ». Comment la crise actuelle déroge au temps cyclique et nous plonge dans le temps de la nature ? Si nous sommes entrés dans l’anthropocène, comment transposer les leçons de la géologie à la biologie ? Et penser un cataclysme lent ?

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est entendu. Nous sommes dans une phase d’extinction de la biodiversité. Cela en dérange peu qui sont pourtant fascinés par celles du passé. « L’extinction des espèces est un des premiers concepts abstraits intégré dans notre vie : demandez à un enfant de cinq ans ce qui est arrivé aux dinosaures, et il vous donnera sans doute une réponse scientifiquement acceptable »[1].

Il n’en a pas toujours été ainsi. On doit au génial Georges Cuvier d’avoir envisagé que certains animaux aient disparu. Il fallait les imaginer comme le fit Jean Hermann en esquissant pour la première fois un fossile de Ptedordactylus en 1800. Un vrai « changement existentiel dans notre vision de l’histoire » (id). Comment des mondes vivants avaient existé, dominés par de très grands animaux sans que l’homme ait été responsable de leur disparition ?

Les Anglais ont découvert des milliers de fossiles sur la « côte jurassique » du Dorset, débattu et sont parvenus, grâce à Henry De La Beche et Mary Anning – entre autres – à dessiner une scène écologique de cette époque (voir ci-dessous). Les paléontologues comme William Buckland (aidé par Cuvier), Richard Owen, Gideon Mantell et d’autres discutent sur la taille des animaux (9 à 25 mètres de long), regroupent leurs découvertes qui deviennent officiellement en 1842 Dinosauria, mot signifiant « terribles lézards ».

Mais tout va changer avec Benjamin Waterhouse Hawkins (aidé par Owen) dont l’imagination est sans limite. Sur le terrain du Crystal Palace, il conçoit au sud de Londres une installation artistique et scientifique de trente trois sculptures (dont trois dinosaures, des reptiles, des mammifères volants ou marins) au milieu de végétaux d’époque. Cette première tentative d’éducation scientifique du grand public est un succès. Et le début de la démocratisation des grandes découvertes. Cent soixante-dix ans plus tard, elles sont toujours intactes.

Mettre « de la chair sur les os » change le regard sur la vie, lui donnant une « dimension platonicienne et romantique » (id.) avec formes idéales et processus divins. Et cet étrange lien entre dinosaures et oiseaux, dans l’évolution, comme le pensait Thomas Huxley. Darwinien et « néo-lyellien », Huxley dialogue avec Haeckel après avoir lu sa Morphologie : « Le chemin des reptiles vers les oiseaux passe par celui des dinosaures» écrit-il en 1868. Que penser de Darwin, habitant à seize kilomètres du Crystal Palace qu’il a ignoré en raison de son antipathie à l’égard d’Owen?

Des dizaines d’artistes s’emparent des reconstitutions des dinosaures sans parvenir réellement à les faire évoluer au-delà de leur origine reptilienne. Hawkins passe pourtant rapidement des quadrupèdes avec leur allure de rhinocéros aux bipèdes plus proches des oiseaux comme Archaeopteryx.

Quelques décennies passent et le manque d’intérêt pour la théorie de l’évolution et le paléo-art de l’Angleterre victorienne assure aux magnats américains de grands succès, avec des fossiles de qualité supérieure à celle de l’Europe. Place aux Stegosaurus et leur dos cuirassé et bardé de pointes. Le chemin sera long pour admettre que l’extinction de la grande faune ne signifie pas une rupture du lien avec nos dinosaures vivants, à plumes, vivant parmi nous.

<img class="media-center" title="" src="https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2021/01/11/flammarion.png" alt="" width="942" height="413" data-asset="

" data-mediapart-media-id="596ebf75-543f-11eb-b97b-000c29f3dae3" data-insert="options%5Blegend%5D=%22En+appuyant+leurs+pattes+sur+l%27une+de+nos+plus+hautes+maisons%2C+ils+auraient+pu+manger+au+balcon+d%27un+5e+%C3%A9tage%22&options%5Bformat%5D=66&options%5Bfloat%5D=center&options%5Bhighlight%5D=1&options%5Bhighlighted_at%5D=1625132805&options%5Bmax_width%5D=2411&options%5Buse_percent_width%5D=0&options%5Bwidth%5D=1592&options%5Bmax_height%5D=3500&options%5Buse_percent_height%5D=0&options%5Bheight%5D=2310" />

[1] Ellinor Michel et Mark P. Witton, L’invention et la réinvention des dinosaure : la découverte du XIXe siècle », in Les origines du monde. L’invention de la nature, Musée d’Orsay-Gallimard, 2020.

Pour en savoir plus sur l'exposition prévue au musée d'Orsay

 Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry