Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 oct. 2021

Éloge des bistrots

Les confinements ont dévoilé l’importance d’un lieu emblématique mais sous-estimé, le bistrot. Qu’on les appelle bar, café ou troquet, les débits de boissons font partie intégrante de nombreuses cultures et nous en apprennent beaucoup sur le territoire dans lequel ils se trouvent. Un outil dont les géographes auraient tort de se passer. (Par Renaud Duterme)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Arlon (Belgique) © Tania Pougin

En perte de vitesse depuis plusieurs années, sans doute en raison de l’explosion des loisirs individuels (télévision et vie numérique en premier lieu), le bistrot se révèle malgré tout incontournable, en atteste l’engouement du public dès leur réouverture, et ce dans les différents pays européens au fur et à mesure des déconfinements. Outre le fait qu’il constitue un des derniers lieux de sociabilisation au sein de nos sociétés toujours davantage atomisées, l’on peut le parer d’autres vertus.

À commencer par le fait que le bistrot reste un endroit véritablement populaire et vecteur de mixité sociale. On sait que nos lieux sont de plus en plus ségrégués, l’espace public de plus en plus contrôlé et les populations déconnectées les unes des autres. Or, dans bien des cas, le bistrot peut encore rassembler et rester un lieu où se mélangent différentes origines, catégories professionnelles et milieux sociaux. Prendre le temps autour d’un café, d’une bière, d’un verre de vin ou d’un thé à la menthe encourage la rencontre et contribue sans aucun doute à faire tomber des barrières sociales.

Par ailleurs, rentrer dans un bistrot reste l’un des meilleurs moyens pour comprendre un quartier. Non seulement le premier regard peut vous donner de nombreux indices révélateurs de l’endroit dans lequel vous vous trouvez (type de populations, prix des consommations, décors, carte des boissons, ambiance générale, heures d’ouverture). Mais y passer du temps peut vous donner un aperçu des réalités sociales qui le composent. Pas question ici de dire que tout ce qui sera prononcé sur le bord du comptoir sera parole d’évangile. Les heures passant, la cohérence du discours risque d’ailleurs d’en prendre un coup. Il n’empêche qu’avec un peu de chance, une bonne discussion avec le ou la tenancière, un ou une cliente, risque bien de vous apporter un regard pertinent et original sur la zone géographique dans laquelle vous venez de mettre les pieds, parfois d’ailleurs en totale discordance avec les discours habituels.

Car au-delà de l’aspect péjoratif du terme « philosophie de comptoir », la sociabilité et la rencontre qui encouragent des discussions sur tout et n’importe quoi constituent un signe de vitalité d’une société démocratique. Depuis des siècles, les bistrots sont d’ailleurs des lieux de subversion où se rencontrent marginaux de toutes sortes et où pouvaient se fomenter luttes sociales, grèves, réunions syndicales, voire révolution. Encore aujourd’hui, et même si la plupart des soirées ne débouchent sur rien d’autre qu’un mal de tête au petit matin, le bar reste sans doute un des derniers lieux dans lesquels les idées politiques s’échangent allégrement.

Autre vertu, et non des moindres : le bistrot reste un lieu dont l’une des raisons d’être est la fête. En ces temps moroses dans lesquels le pessimisme semble avoir pris le pas sur tout autre sentiment, l’exutoire que constitue la fête reste une nécessité pour le fonctionnement de toute société et permet temporairement de sortir du carcan que nous impose la civilisation marchande. Bien entendu, le bistrot implique une relation commerciale mais il faut reconnaître que la spontanéité, la liberté de parole, voire de comportement, restent au cœur de l’identité de ce type d’endroit.

À cet égard, on ne peut que regretter l’accroissement des contraintes pesant sur les bistrots, en termes d’heures de fermeture, de taxes, de réglementation, de contrôles, etc. Contraintes qui s’accordent en définitive parfaitement avec les tendances préoccupantes de nos sociétés telles que la sacralisation du travail salarié (pas de bruits, il faut se lever tôt !), l’omniprésence de la logique sécuritaire, l’isolement croissant d’une partie de la population ou encore la numérisation de toute vie sociale.

Et les mauvaises langues, de comptoir bien évidemment, d’affirmer que la disparition des bistrots arrangera finalement la plupart des pouvoirs.

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — France
Affaire Hulot : Yannick Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine