Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 janv. 2022

« Vitalina Varela », les ténèbres du Portugal sur le Cap-Vert

Catherine Breillat qui présidait le jury du festival de Locarno en 2019 distinguait ce film aux plans dignes du Caravage. Un tableau sublime sur ce que la colonisation a fait aux femmes abandonnées dans leur pays. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il aura fallu donc, trente mois, entre la récompense suprême du Léopard d’Or au Festival de Locarno en 2019 et la possibilité de voir enfin ce chef d’œuvre en France sur les écrans. Vitalina Varela est un très grand film comme on en voit peu en une décennie.

Un film dont la cruelle géographie coloniale portugaise dessine une histoire qui broie la vie d’une femme, Vitalina. Cette femme des îles du Cap-Vert interprète dans le film sa propre histoire. Dans cette ancienne colonie portugaise, au large de l’Afrique, la paysanne qu’est Vitalina laisse partir son premier amour, Joaquim Brito, pour un job de maçon à Lisbonne. Il vivra dans le quasi-bidonville de Cova da Moura, quartier d’Amadora, dans la capitale portugaise. En vingt-cinq ans, il ne donne que peu de signes de vie à sa femme Vitalina, hormis deux allers-retours et deux lettres. Une des deux lettres contient un billet d’avion qu’elle reçoit trop tard.

Lors du premier retour, ils avaient entamé la construction d’une maison dans leur village natal. Mais lorsque Joaquim revient la deuxième fois, il doit repartir sans donner d’explication sereine à Vitalina qui ne le reverra plus, alors qu’elle est enceinte d’un garçon, Bruno.

Alors qu’elle rejoint à l’âge de 55 ans Lisbonne avec le fameux billet d’avion, elle arrive trop tard, Joaquim vient de mourir, accusé d’avoir poignardé un copain de travail. Seule dans un pays dont elle ignore tout, Vitalina choisit de rester dans la maison occupée par Joaquim au milieu d’un quartier construit illégalement par les milliers de Cap-Verdiens de la diaspora.

Pedro Costa fouille l’espace de ces faubourgs de Lisbonne, y cherche des traces des années de la vie du défunt, ses secrets, ses ombres qui parlent lorsque les objets évoqueront des conquêtes féminines. L’actrice principale, Vitalina, paysanne de métier devient une héroïne tragique durant les deux heures du film sur ce deuil raté. Elle ne cache pas le ressentiment des femmes pour ces époux méprisables qu’il leur arrive d’aimer encore par-delà la mort.

La mise en scène de la maison, espace domestique structurant de cette existence volée, est ici un étonnant tableau abstrait, noir (de Soulages) et blanc. Les pénombres s’y mêlent, tissant une toile irradiant jusqu’à cette finale qui nous prend aux tripes. Le réalisateur Pedro Costa sait qu’en filmant Vitalina racontant sa propre histoire, « elle vivait un moment très dur. J’ai compris, dit-il, que c’était un moyen pour elle de dire adieu à son mari et pour moi de l’accompagner. Le film est son passage du noir à la lumière »[1]. En effet, il fallait la voir pleurer à Locarno lorsque le jury lui remit aussi le prix de la meilleure interprétation féminine.

Vitalina et son Léopard d'or pour le film racontant son histoire avec le cinéaste Pedro Costa (août 2019) © Locarno Festival

 Un article paru au moment du Festival de Locarno (2019)

[1] Pedro Costa, « Le cinéma fait tellement peur », Libération, 12 janvier 2022. Entretien avec Sandra Onana.

Vitalina Varela | Official Trailer © Grasshopper Film

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
[REDIFFUSION] La sortie du livre de Victor Castanet "Les fossoyeurs" publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
La maltraitance dans les EHPAD : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en EHPAD[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI