Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 déc. 2020

Écosystèmes à la découpe

Une équipe de jeunes chercheurs et chercheuses a épluché la littérature scientifique traitant des effets des clôtures sur les écosystèmes. Résultat, une synthèse qui questionne, du point de vue des sciences du vivant, notre obsession des limites. (Par Manouk Borzakian)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La "barrière à dingos" australienne

La modernité européenne s’est accompagnée d’une généralisation des discontinuités de toutes sortes. Les frontières nationales, bien sûr, mais aussi les limites des grandes propriétés terriennes. Avènement d’une « logique de l’enclos » pour Achille Mbembe, prégnance d’un « schème partitif » pour Bernard Debarbieux, l’Europe de l’après-Moyen Âge est une affaire de découpages et de limites. On retrouve ce processus de mise en limites du monde jusque dans l’évolution du sport et des jeux institutionnels comme les échecs.

Les clôtures ont été l’une des manifestations physiques de cette transformation, avec le « mouvement des enclosures » comme étape emblématique au 16e et au 17e siècle. Elles existaient certes avant l’avènement de la modernité mais le bilan, un demi-millénaire plus tard, est éloquent : les clôtures couvrent une distance équivalant à dix fois celle parcourue par les routes du monde. Avec des conséquences politiques et économiques, mais aussi écologiques.

Géographes, politistes et sociologues ont documenté l’impact des barrières en tout genre sur les territoires et les groupes qui y vivent. On sait que les barrières frontalières génèrent au moins autant de problèmes qu’elles en résolvent : trafic, business des passeurs, mortalité accrue, etc. On sait aussi que les limites intra-urbaines, en particulier autour des gated communities, favorisent l’entre-soi et aggravent les inégalités entre populations et quartiers urbains.

Fragmentation des écosystèmes

Les clôtures ont aussi un impact sur les écosystèmes. À l’échelle de nos jardins, les associations de défense des hérissons, par exemple, répertorient les pièges mortels que sont les clôtures électriques ou les filets de protection contre les oiseaux. Plus simplement, les séparations physiques entre propriétés forment autant d’obstacles pour les petits mammifères, perturbant leur cycle de vie.

Les sciences du vivant ont désormais elles aussi investi la question des impacts de l’enclosure du monde. En réunissant des travaux épars dans un article publié dans la revue BioScience, une jeune équipe de recherche a mis en évidence quelques tendances. La principale : les clôtures réorganisent les écosystèmes, interrompant des voies migratoires ou, au contraire, favorisant la prolifération d’espèces invasives. En fragmentant les écosystèmes, les clôtures créent des gagnants et des perdants et pénalisent la biodiversité.

Les effets peuvent se faire sentir à l’échelle d’une région ou d’un continent. Exemple avec la barrière à dingos australienne, qui s’étend sur plus de 5 000 km : l’absence de prédateur permet aux kangourous de pulluler d’un côté de la clôture et de modifier la composition de la flore. De part et d’autre de la séparation existent désormais deux écosystèmes radicalement différents.

Comme les routes, dont les nombreux effets directs et indirects sont documentés par la road ecology, les clôtures font donc partie des impacts majeurs de l’humanité sur le milieu. Ce constat est une invitation à généraliser les clôtures dont la conception limite les effets sur la faune. Mais aussi, en amont, à questionner le foisonnement de limites physiques dont la nécessité n’est pas toujours évidente.

------

Un résumé grand public (en anglais) de l’article publié dans BioScience est accessible dans la revue en ligne The Conversation-UK : https://theconversation.com/fences-have-big-effects-on-land-and-wildlife-around-the-world-that-are-rarely-measured-147797

------

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann