Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 août 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Les Français aiment la météo

Traverser la Loire à pied (entre Varades et St-Florent-le-Vieil), voir fondre la mer de Glace de 3 mètres, le lac de Serre-Ponçon asséché de 12 mètres : tels sont les faits, entre mille, de l’été 2022. « La norme en 2050 » pour l’agroclimatologue Serge Zaka. De quoi se passionner pour la météo ? (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Loire comme un filet. © Franck Dubray (Ouest France)

La sécheresse et les inondations rendent-elles météophiles ? Martin de la Soudière, l’anthropologue du climat, ne répond pas oui. Mais la «fièvre météo» touche beaucoup de Français. Dans Acclimatations[1], il traque des paysans météographes ou de simples météomanes, amoureux de la neige ou de la pluie, voire des orages pour lesquels certains font des dizaines de kilomètres pour les photographier[2]. La plupart des Français sont à table pendant le rite collectif du journal météo le soir, un rite qui permet de retrouver l’espace de parents et d’amis qui ont un environnement météo différent du leur. Pour Martin de la Soudière, cette passion a plus à voir avec la manie de tout savoir pour prévoir, anticiper. A moins que ce soit une intranquillité, comme l’a étudiée Fernando Pessoa, une inquiétude foncière qui devient une «drogue douce» gagnant toute la société. Cela étant, la maîtrise d'un aléa rend esclaves ceux qui s’y adonnent, elle peut même les conduire à la dépression, notamment celle des saisons hivernales ou celle du réchauffement climatique, une dépression dans laquelle «la société s’accuse elle-même» au lieu de s’en prendre, comme autrefois, à la colère de Dieu par les processions et le repentir.

S’intéresser au temps qu’il fait

De la météo au climat, le pas est court. Mais tous les peuples sont-ils comme les Français accros à la météo ? Pas sûr. D’abord parce qu’une culture météo implique des mesures, des représentations, des environnements qui permettent d’avoir une idée de la manière avec laquelle une population « s’acclimate ». Notamment par des attendus saisonniers marqués, entre autres, par des correspondances entre tel mois et la floraison d’une plante (les cerisiers en mars au Japon) ou l’installation d’une saison sèche (en Méditerranée l’été), ou pluvieuse (la mousson humide en Inde). Certaines régions tropicales ont gardé des traces de la colonisation en nommant « hivernage » la saison des pluies. Pour les événements extrêmes, ils sont vécus très différemment selon la culture climatique d’une population : un cyclone peut être « accepté » au Vanuatu mais pas à New York, ou encore une tempête de verglas (au Québec en 1998) qui a été vécue comme une catastrophe. Cela étant, rien n’est jamais garanti : la neige à Chamonix n’est pas toujours là à Noël...

Le climat peut-il changer les comportements ?

Les extrêmes climatiques (sécheresse ou coups de chaud, inondations…) peuvent-ils être appropriés par les populations ? Provoquer des changements de comportement sociaux ? Pour Anne Sourdil, c’est possible mais dans le temps d’une vie humaine ! Cela étant, le changement climatique actuel, marqué notamment par la fonte accélérée des glaciers, peut nous affecter dans la mesure où il contrebalance notre désir de stabilité formalisé par la notion de climat. Les marches pour le climat organisées par les jeunes le prouvent, même si elles portaient aussi une revendication pour la sauvegarde de la planète. En effet, la jeunesse reconnait le changement climatique «comme une perte de notre acclimatation pluriséculaire» (A. Metzger). Irait-on vers une acclimatation incertaine, parce que le changement «fait peur» (M. de « La Soudière) ? C’est la grande question du moment.

Quand l’économie prime sur la santé

Remontons le temps en prenant l’exemple de l’histoire des sécheresses en Europe. Cet été, on a rappelé celle de 1921 au cours de laquelle la saison estivale a été terrible avec une moyenne de 2 mm de pluie entre le 22 mai et le 11 juillet. Et cela partout en Europe, avec une famine à la clé en URSS. On a évoqué les sécheresses de 1949, 1953, 1957, 1964, puis 1976 - qui fut un épisode très dur pour les paysans qui ne savaient plus comment nourrir le bétail et bénéficièrent d’un « impôt sécheresse » remboursé quelques années plus tard - et 2003, sécheresse meurtrière en Europe avec 70 000 morts. Cet été-là, même le Danube perdait tant d’eau que la circulation a été quasi impossible .

On traverse le Rhin à pied sec

A l’échelle du 2e millénaire, on a bien documenté l’été 1303, pendant le règne de Philippe IV le Bel. Du mois d’avril à la Toussaint, les dépressions ne vinrent pas à bout de l’anticyclone. Pire, l’hiver fut, lui aussi, doux. On traversait l’été l’Oise, la Seine, la Loire et le Rhin à pieds secs. Durant trente-deux jours, la température dépasse 32°C à Paris, 50 jours à Marseille. Mais les historiens n’ont pas encore analysé les impacts de cette année-là…

Quand la météo devient politique

En revanche, plus près de nous, les impacts météo (qui ne font pas un climat) sont encore discutés. Car on a voulu expliquer la Révolution française à cause d'épisodes météo détestables. Inondations en 1787, terrible orage de grêle en juillet 1788 (à Rambouillet, des grêlons de 500 grammes cassent près de 12 000 carreaux au château) cartographié par Buache qui trace deux bandes parallèles du Sud-Ouest vers le Nord-Ouest. Quelques années auparavant, le volcan islandais Laki avait éructé pendant six mois. Dans ce contexte, les hivers des années 1780 sont terribles, une sécheresse sévit dans l’été 1785, suivie de récoltes miraculeuses l’année suivante. Mais en 1787, les pluies empêchent les moissons, le grain pourrit, l’automne inonde le pays, l’hiver et le printemps sont doux et l’été « échaude » les plantes, l’hiver 1788 est glacial (86 jours de gel à Paris), les fleuves englacés avant une débâcle tout aussi catastrophique pour les ponts qui cèdent. Alors que la récolte de 1789 s’annonce bonne, la hausse du prix du pain est fatale à la monarchie.

Des révolutions qui éclatent à la suite de calamités climatiques, il y en a des dizaines. Celle très connue concerne l’Ethiopie qui en 1974, destitue le négus et enterre l’empire éthiopien et le règne millénaire de la dynastie salomonide. Le pays avait payé très cher la famine qui sévit de 1972 à 1974 due à une sécheresse : de 50 000 à 200 000 morts.

Finalement, est-ce si surprenant que les Français soient météophiles ?

-----------

[1] Acclimatations (sous la dir. d’Alexis Metzger), Postface de M. de la Soudière, Hermann, 2021

[2] A voir au Musée de la foudre, à Marcenat (unique en France !)

------------

A lire : la géographe Magali Reghezza-Zitt

Et l’excellent ouvrage Acclimatations. Sur le terrain des cultures climatiques (A. Metzger, dir.), Hermann, 2021.

Nous baignons toutes et tous dans une culture météorologique qui nous fait envisager le quotidien de la météo avec un certain regard. Dans ce livre, l’étude des rapports culturels au temps qu’il fait et au(x) climat(s) permet d’interroger les savoirs qui font société. Les pratiques liées à certains phénomènes météorologiques comme la pluie, le vent ou la neige participent-elles d’identités  ? Comment se sont tissées ces représentations au cours de l’histoire  ? Comment les sociétés appréhendent-elles les saisons  ? Ces cultures sont-elles modifiées avec le changement climatique  ?

Acclimatons-nous donc aux pluies du Japon ou du Mexique, au soleil de France ou de Palestine, aux saisons des Antilles et des îles Cook, au grand froid du Québec ou encore aux cyclones du Vanuatu  ! En croisant les exemples de météores, d’aires géographiques et de disciplines, l’ouvrage nous invite à une approche sensible de la météo. Avec la présentation d’une diversité de savoirs et croyances, ce sont des cultures météorologiques kaléidoscopiques que l’on découvrira.

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk