Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 janv. 2022

Fragiles métropoles

Quels sont les effets des crises sanitaires et environnementales pour les grandes villes ? Cinquante chercheurs pensent les métropoles à l’épreuve des crises du changement climatique. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Big One est une menace attendue. Selon une simulation réalisée par le bureau des études sismiques en 2008, un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter provoquerait la mort de 1800 personnes, en blesserait 50 000 et les dégâts dans la région de Los Angeles se chiffreraient à 200 milliards de dollars. © Hitek.fr

Les métropoles s’étaient pensées il y a quelques années comme des alternatives aux Etats impotents. Elles étaient censées avoir les moyens de répondre aux crises par des ressources propres souvent importantes. Le Covid semble les avoir mises à terre. Une part croissante des populations qui y vivent, rêvent de les quitter. Pour concentrer 40% de la population mondiale, leur poids n’est pas mince.

Pourquoi sont-elles devenues vulnérables ? Pour les Nations unies, les grands systèmes urbains comme ceux de Tokyo (37 millions d’habitants), Istanbul (18 millions), San Francisco (un peu moins) ont des géographies qui sont inquiétantes : les deux premières et Los Angeles sont trois métropoles situées sur des zones très sismiques. Certes, le temps géologique n’est pas celui des humains, mais parfois il les rejoint… Les Portugais de Lisbonne, les Napolitains s’en souviennent encore. D’autant que Naples ou Mexico ne sont pas à l’abri du réveil de leurs chaudrons volcaniques au pied desquels elles se sont bâties. Et qu’on songe aux crues qui menacent Paris. Sans oublier les accidents technologiques comme la rupture de la centrale de Fukushima mais aussi les explosions de moindre ampleur à Toulouse (31 morts) ou Rouen…

L’Institut Paris Région – l’agence d’urbanisme d’Ile-de-France chargée de conseiller les collectivités – tente des réponses avec des entrées très différentes venant des historiens, démographes, architectes, géographes et urbanistes, spécialistes de la gestion de crise. Mais sur les crises climatiques violentes comme les feux, inondations, etc., la Californie qui mène le monde par le bout du nez numérique subit violemment ces crises sans pouvoir les résoudre.

Pour le médiéviste Patrick Boucheron, les villes ont toujours connu des pandémies, des incendies, des séismes mais aujourd’hui, cela sonne comme « un retour à des formes d’archaïsme (…), une sorte de retour du refoulé de la ville qui avait oublié sa matérialité ». Si le Big one devait se produire à Los Angeles, on sait qu’il est décrit dans tous les manuels de sismologie. Il y a vingt ans, la première alerte au H1N1 n’a pratiquement pas préparé les esprits à ce qui est arrivé en 2020. L’hubris technologique et politique a fabriqué, pour Patrick Boucheron, un sentiment d’invulnérabilité.

Le livre traite largement du Covid et de ses impacts sur le travail, les mobilités, les systèmes de santé et, plus généralement, l’économie, le tourisme, l’approvisionnement alimentaire. Chaque secteur prend de plein fouet la crise et tente de se réinventer. Les médias, comme les humains qui regardent dans l’assiette du voisin, manient jusqu’à plus soif les comparaisons : à Taïwan, pourquoi si peu de morts ? En Afrique où sont attendus de véritables tsunamis de victimes dus à des systèmes de santé inexistants, pourquoi moins de victimes qu’aux Etats-Unis, pays le plus riche du monde ? La métropolisation ne semble pas en cause. Certes, mais Patrick Boucheron pense que les « discours de périls » dans les villes devraient « rendre visible la nécessité d’une gestion publique de toute une série de problèmes : l’eau, les ressources, le logement… »

Le « sauver les vies quoi qu’il en coûte » est pour l’historien une « rupture anthropologique ». Une rupture qui a révélé malgré tout des inégalités sociospatiales, telle la surmortalité dans certaines villes en Ile-de-France pour les chercheuses à l’Observatoire régional de santé (Ile-de-France) Catherine Mangeney, Valérie Féron et Sabine Host.

L’urbanisme ancien, voire contemporain, n’est pas toujours compatible avec les crises qui s’annoncent avec le changement climatique. L’adaptation de demain suffira-t-elle pour les crises d’après-demain ? L’urbanisme climatique impose de penser les villes indépendantes des énergies fossiles, selon l’architecte Philippe Rahm. Quant à l’expert Sébastien Maire (France Ville Durable), il plaide pour l’abandon des logiques de concurrence entre villes pour de vraies coopérations. Le cas de Boston (Etats-Unis), marquée par l’ouragan Sandy, est édifiant : la ville a surélevé ses parcs, rehaussé ses canalisations, bâti des murs anti-crues. En Afrique du nord, les villes côtières (Alexandrie, Alger, Tunis, Casablanca) affinent ensemble leurs plans d’action pour parer aux crises. Est-ce suffisant pour le long terme ? 

Evidemment, ces approches n’ont de sens que si la communauté internationale agit sur les causes du changement climatique. « Imaginer les catastrophes pour y faire face », c’est l’anthropologue Frédéric Keck qui lance la formule. En espérant qu’on aille jusqu’au terme de cette imagination, par l’anticipation très loin en amont (voir à ce titre le travail de Vincent Callebaut pour Paris).

-------------

Sur Médiapart : L’envers de la métropole

L’Institut Paris Région a pour mission de réaliser des études et travaux nécessaires à la prise de décision de la région Ile-de-France et de ses partenaires. De l’échelon local à celui des grandes métropoles, il intervient notamment dans de nombreux domaines, tels que l’urbanisme, les transports et la mobilité, l’environnement, l’économie et les questions de société

Fragiles métropoles, le temps des épreuves. Sous la direction de Ludovic Faytre et Tanguy Le Goff, PUF, 208 p., 22€

© Vincent Callebaut

Et pour rêver un peu (comme Napoléon III et Haussmann ont rêvé du Paris qu'ils ont bâti entre 1852 et 1870), le résultat d'une demande de la mairie de Paris à l'architecte et urbaniste belge Vincent Callebaut. 

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter