Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Pour l'amour du ciel (de la Grande Guerre)

Sublimes témoignages que ces peintures de la Champagne, au-dessus des fronts de guerre, qu’on doit à un aquarelliste, André des Gachons, qui va contribuer à la construction de la météo contemporaine. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://strabic.fr/Andre-des-Gachons

Le temps de commémoration de la « Grande Guerre » est passé mais la mémoire ne passera pas. Car des témoignages toujours aussi poignants arrivent, au gré des fouilles des chercheurs, tels la climatologue Martine Tabeaud et son complice, géographe comme elle, Xavier Browaeys qui ont formé des dizaines de promotions de géographes à Paris-1. Les voici qui découvrent dans les archives de Météo France des peintures d’André des Gachons (1871-1951), aquarelliste et météorologiste à ses heures, vivant dans ce que les géographes appelaient à l’époque la « Champagne pouilleuse », ou plus scientifiquement crayeuse, vaste dépression sans obstacle où le front va se stabiliser, notamment dans les fameuses tranchées.

Un butin exceptionnel

Remontant à Mantegna qui peint les premiers ciels au milieu du 15e siècle, Martine Tabeaud et Xavier Browaeys situent la passion des horizons célestes dans le temps long de l’art occidental dont Vermeer, Constable, Delacroix, Boudin avec cette particularité pour André des Gachons de se coller aux ciels de sa région de manière « obsessionnelle ». Fils de hobereaux de La Chaussée-sur-Marne, réformé pour tuberculose, « correspondant bénévole » des services météo de l’administration civile, André fait des relevés quotidiens, jusqu’à sa mort en 1951 ! Des relevés archivés aux services météorologiques civils parisiens qui comptent, surprise, 9600 aquarelles météo, 266 études journalières (entre 1915 et 1918). Un butin exceptionnel qui livre un des décors célestes de la Grande Guerre, à deux pas du front, mais des paysages surtout orientés vers l’ouest (et non côté guerre), non pour témoigner mais pour « la science de la prévision du temps du lendemain ».

Techniquement, il opte pour l’aquarelle qui lui sert « à peindre en plein air et sur le motif », une technique « adaptée à la saisie de l’éphémère et des espaces lumineux », notamment entre 14h et 18h, voire souvent après 17h. Pression, température, nébulosité, vitesse et direction du vent sont notés à gauche de l’aquarelle, après les guerres. Les documents sont classés, certains publiés par les Guides bleus (Hachette).

Le ciel pour comprendre

« Humbles sujets du ciel et de la terre » (Pessoa), les soldats exposés aux violences des combats tentent de connaître le temps qu’il va faire, les saisons se suivant sans se ressembler. Il est probable que les combattants n’aient pas été renseignés mais l’état-major profite d’un tout nouveau service météo créé en 1878 et opérationnel en 1914. La prévision n’est pas encore au point, les données fournies par des bénévoles de l’Instruction publique (instits, élèves, parents) sont insuffisantes (1537 postes lorsque la guerre commence, mais 2000 militaires étaient recrutés en 1918, certains venant de l’X pour perfectionner les appareils de mesure). Des aérostiers complètent le dispositif, notamment avec des ballons, puis des aviateurs plus ou moins bien équipés. Si bien que les cartes, comme celles de 1916, à l’échelle de l’Europe, préfigurent celles que nous avons eues longtemps au 20e siècle.

Martine Tabeaud et Xavier Browaeys reprennent l’ensemble des archives, croisent les données, établissent des types de temps à partir des types de ciel : ce qui est le temps attendu et ce qui est extraordinaire pour la saison. André des Gachons peint tout type de ciel, y compris les orages craints par les aérostiers et les éclairs dont les décharges atteignent plusieurs millions de volts. Les aquarelles sont confrontées à d’autres documents (photos, vues aériennes, plans, reportages de guerre, carnets de soldats, poèmes d’Apollinaire…). Avec des documents saisissants, comme cette échappée d’aérostiers d’un ballon en flammes.

Novembre 1916
Les saisons dans les aquarelles

Chaque saison, du printemps à l’hiver, est résumée sur les cinq ans de la guerre. Soleil, eau, froid… tout est passé par le filtre de nos deux géographes : pluies torrentielles, tempêtes de neige, tornades, froid et gel, jusqu’aux bourrasques, trains de giboulée, grains et ouragans… On parvient à reconstituer une météo générale des saisons, par exemple, les deux premiers hivers doux et humides contrastant avec les deux suivants aux froids sibériens (jusqu’à moins 25°C). Les aquarelles donnent à voir des villages et des forêts sous la neige, avec son cortège de malheurs pour les soldats des tranchées, mais aussi pour les artilleurs empêchés dans leurs tâches par la neige soufflée lors des canonnades dont profitent les aviateurs allemands… Le printemps apporte les giboulées, éclaire les ciels mais le vent complique la tâche des aviateurs ignorant ascendances et subsidences. L’été est le temps des vagues de chaleur, imposant de trouver de l’eau potable. L’automne rafraîchit le temps, les brouillards et les pluies sapent le moral, les poilus s’embourbent, les aviateurs ont peu de fenêtres pour sortir.

Enfin, la troisième dimension conquise par André des Gachons, tant désirée par les militaires, est aussi celle qui va contribuer à améliorer les prévisions météo. Elle permet aussi de comprendre les paysages terrestres, notamment ceux de la très consistante iconographie en noir et blanc. En filigrane, l’œuvre d’André des Gachons apporte sa pierre à la construction scientifique de la météorologie du lendemain. Son école du dessin qu’il créé chez lui pour enseigner le dessin à des jeunes artistes apporte de quoi écrire la sensibilité aux ciels, y compris mystique. Citons la conclusion de ce merveilleux livre de Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, rendant hommage à Apollinaire [1] :

« O ciel, vétéran vêtu de défroques,
Après cinq mille ans tu nous sers encor,
Les nuages sont les trous de tes loques,
Le grand soleil est ta médaille d’or !

Contemplant toujours les mondes baroques,
N’es-tu pas lassé du banal décor ?
 »

A ce doute poétique, André des Gachons apporte une réponse artistique et scientifique. Ses merveilleux paysages célestes sont en même temps un enchantement pour l’œil et un matériau pour l’esprit.

 -------

[1] "Au ciel", 1896, dans Poèmes inédits, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1956.

Pour les liens Peinture et géographie :

Vermeer et les cartes de géographie

Géographies de Gauguin

Gustave Courbet, le peintre qui fait penser les pierres

.

 Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani
Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart