Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

139 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mai 2022

Villages morts, villes vivantes

Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Biodiversité avicole (ville de Langres, Haute-Marne). Fuyant les campagnes pour les jardins des villes. Ici les premiers oiseaux d'une liste de plus de 35 espèces différentes © Gilles Fumey (captures sonores sur bird.net)

Le printemps n'a jamais été aussi silencieux que cette année dans les campagnes agricoles infestées par la chimie et les pesticides. Pour ceux qui ont l’application Bird.net sur leur téléphone, dans ces campagnes de Picardie, de la Beauce, du Grand Est, ils n’auront aucun chant d’oiseau à enregistrer puisqu’il n’y a plus d’oiseaux. Plus d’insectes pour nourrir les oiseaux. Plus d’habitats pour les loger avec l’éradication des haies. Les villages sont devenus des déserts silencieux, la carte interactive du site en témoigne. Seuls un chant du coq ou un clocher peut-il encore distraire le silence de nombreux villages avec le bruit déchirant du machinisme agricole.

Heureusement, les villes – grandes ou petites – sont devenues les refuges des oiseaux qui trouvent arbres, jardins et parcs pour y nicher, y chanter le matin et le soir et les jours de pluie.

Cette tragédie avait été annoncée l’année 1962 où la crise des fusées à Cuba faisait trembler le monde. Une vraie bombe éditoriale avait éclaté aux Etats-Unis. Lancée par une biologiste, Rachel Carson qui publiait Silent Spring (Printemps silencieux), le livre n’avait pas touché en Europe ceux qui se lançaient, à corps perdus dans le productivisme agricole le plus débridé avec la PAC mise en oeuvre cette année-là. Inaudible en 1962, le message de Rachel Carson a fait pourtant son chemin, et soixante ans plus tard, son livre « sur la guerre de l’homme contre la nature – et comme l’homme fait partie de la nature » reste « fatalement aussi un livre sur la guerre de l’homme contre lui-même ».

Rachel Carson est une biologiste qui s’est élevée contre les pesticides et autres produits utilisés massivement en agriculture, sur les écosystèmes et la santé des hommes. Le pari était risqué. L’impact fut considérable : Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT aux Etats-Unis. L’enquête de Rachel Carson a été considérée depuis comme un des livres majeurs de l’écologie moderne, très connu chez les militants et les intellectuels. Emmanuel Laurentin avait produit une émission pour faire connaître ce livre « passionnant, rédigé d’une belle plume ».

Rachel Carson chez elle

Rachel Carson était féministe et l’une des premières lanceuses d’alerte. Elle a dû subir de très violentes campagnes de dénigrement menées par les farmers, par la classe politique de l’époque et par l’industrie chimique qui la traitait de « femelle hystérique et émotive ». Elle mourut deux ans après la parution de son livre (vendu à ce jour à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde) mais son combat fut à l’origine d’une agence fédérale dédiée aux questions environnementales. Elle a été très discrète sur sa maladie – un cancer du sein – craignant que la révélation de son cancer soit le prétexte pour ses contradicteurs à une remise en question de ses critiques contre l’industrie. Pour Joni Seager, victime d’une « maladie de femme » négligée par l’establishment masculin, Rachel Carson a mis au jour les liens entre agressions chimiques et cancers.

Il y a dix ans, l’UNESCO saluait la capacité de Rachel Carson à aborder les questions techniques dans un style poétique et accessible [qui en fait] un modèle pour les femmes scientifiques à travers le monde. Elle s’inscrit dans cette lignée de scientifiques qui, depuis Alexandre de Humboldt, ont imaginé la Terre comme un tout, où chaque fait interragit avec ce qui l’environne (et plus loin encore).

Le vice-président des Etats-Unis, Al Gore, dans sa préface à la nouvelle édition française, rappelle que lorsque le livre a paru, le mot « environnement » n’existait pas dans le vocabulaire des politiques publiques. On se préoccupait bien du smog à Los Angeles comme à Londres, mais c’était plus pour la vue que la santé. Printemps silencieux a été un « cri dans le désert, un plaidoyer solidement étayé et brillamment écrit, qui a changé le cours de l’histoire ».

Quand « l’empoisonnement de la nature est presque considéré comme un signe de pragmatisme économique », ainsi qu’il est établi par les politiques environnementales mortifères d’Emmanuel Macron qui relance l’agriculture productiviste contrairement aux politiques européennes en contestant Farm to fork ou en relançant le  nucléaire, il faut relire Rachel Carson.

 ------------------

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT