Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 oct. 2021

Superyachts et ultrariches, à cause d’eux le déluge !

Quand le commun des mortels est enjoint à réduire ses émissions de CO2, une minorité a d’autres préoccupations, comme se pavaner au large dans un yacht. Aberration sociale et écologique, ces monstres des mers constituent un monde en soi, à la fois tape à l’œil et discret. Tour d’horizon avec le sociologue Grégory Salle. (Par Renaud Duterme)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1988 on enregistrait 966 superyachts ; en 2018 on en dénombre 4950 : le nombre de superyachts n'a jamais cessé d'augmenter depuis les années 80• © Westend61 - Getty

On les croise sur la côte d’Azur, en Floride ou dans le Golfe Persique. Les superyachts constituent LE marqueur social vous incluant ou non dans la catégorie des ultrariches. Manifestation de l’envolée des (très) hauts revenus (plusieurs dizaines, voire centaines de millions d’euros à l’achat), la plaisance de luxe condense les paradoxes de notre époque. Sécession des élites dans un monde en déliquescence, consommation astronomique de carburant (« l’équivalent moyen de 200 voitures américaines ») dans un contexte de réchauffement climatique, privatisation de facto de l’espace maritime du fait de leur gigantisme, tolérance des municipalités quant à leurs nuisances (rejets dans la mer et destruction des fonds marins) pour attirer cette clientèle fortunée, extraterritorialité du droit du travail pour le personnel de bord (avec de nombreux accidents non répertoriés), et surtout très peu de condamnation morale de cette pratique dans un contexte de soi-disant efforts collectifs pour faire face à l’urgence climatique.

Loin d’être anecdotique, ce loisir dont rend compte Grégory Salle dans Superyachts. Luxe, calme et écocide reflète l’arrogance de cette classe sociale et surtout sa déconnexion d’avec les réalités vécues par la majorité. Déconnexion qui constitue une des principales raisons d’être des superyachts. À l’instar des gated communities, prendre le large permet non seulement de rester dans un entre soi bien sélectionné, mais également de se tenir à distance des maux terrestres. Quoi de mieux pour sécuriser son petit patrimoine que de le mettre au large. En cas d’épidémie, quitte à être confiné, autant l’être sur un yacht de 80 mètres de long. Et, symboliquement, ces arches de Noé hyperluxueuses seront parées face à la montée des eaux qui se prépare. Et tant pis si cette mise à distance est avant tout fantasmée puisque ces aberrations maritimes ne pourraient exister sans une armée d’ouvriers et de domestiques bien réels.

En outre, dans un monde où l’hypermobilité est vue comme un signe de richesse et de réussite sociale, posséder un superyacht vous propulse au summum du classement des enviés. En atteste le succès de ces monstres des mers auprès de nombreux touristes, journalistes people et, plus inquiétant, de politiciens désireux de se montrer bras dessus bras dessous avec des milliardaires en short au milieu de nulle part.

Mobilité qui permet par ailleurs d’éviter différentes taxes touchant les fortunes, notamment en voguant sous des cieux fiscaux plus favorables en faveur des biens mobiliers. Certains superyachts regorgent de biens de luxes (tableaux, bijoux, etc.), se transformant en véritables paradis fiscaux flottants.

En définitive et à la lecture du livre de Grégory Salle, les superyachts ne se résument pas à une excroissance, un excès du système. Ils en constituent un symptôme majeur. Ils sont révélateurs de nos sociétés polarisées où quelques-uns réalisent leurs rêves les plus fous (et les plus destructeurs) tandis que le reste du monde subit de plus en plus les conséquences de ruptures environnementales, sociales et économiques précisément provoquées par ce qui fait leur raison d’être : envolée des inégalités, accélération du désastre écologique et persistance de l’iniquité juridique. À l’instar du tourisme spatial ou des modèles d’urbanisation à la Dubaï, on regrette qu’ils soient rarement considérés pour ce qu’ils devraient être : les reliquats du monde d’avant.

---

Grégory Salle, Superyachts. Luxe, calme et écocide, Amsterdam, 2021.

---

Sur le blog :

« Gated Communities, le paradis entre quatre murs » (Renaud Duterme)

---

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c