Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2021

L’eau n’est pas une marchandise !

Le réchauffement menace de nombreuses sources et l’eau est devenue pour beaucoup un vecteur de profit. Contre cette marchandisation, des populations se lèvent aux quatre coins du monde. Tour d’horizon avec l’infatigable militante canadienne Maude Barlow. (Renaud Duterme)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme de nombreux éléments indispensables à la vie, l’eau est revendiquée par une majorité comme un bien commun. Revendication attestée par de nombreux textes internationaux considérant l’accès à une eau salubre comme un droit humain fondamental. Pourtant, on assiste depuis quelques décennies à une privatisation rampante de cette ressource, en particulier sous l’impulsion de politique néolibérales promues par des gouvernements ou des institutions internationales (Banque mondiale, Commission européenne, etc.). Du Royaume-Uni au Chili, en passant par l’Espagne, la France ou encore l’Inde et le Mexique, la marchandisation de l’eau impacte des millions de personnes, en particulier les plus démunies.

© Source : https://www.cieau.com/j

Explosion des tarifs et coupures d’alimentation pour les « mauvais payeurs » à la suite de la privatisation des services de distribution ; prélèvements démesurés et épuisements des nappes phréatiques par l’industrie de l’eau en bouteille (forçant parfois les habitants à consommer de l’eau insalubre) ; production astronomique de plastique et émissions de gaz à effet de serre (l’eau en bouteille nécessiterait près de 2000 fois plus d’énergie que l’eau du robinet) ; exportation de milliards de litres d’eau virtuelle hors des régions d’origine ; rémunérations exorbitante pour les actionnaires des grandes multinationales du secteur. En bref, la gestion privée de l’eau douce illustre à elle seule les dérives inhérentes au capitalisme globalisé.

Fort heureusement, face à cet accaparement, des hommes et des femmes luttent et revendiquent une gestion de leurs ressources hydriques hors des forces du marché. Cette lutte se matérialise notamment par l’instauration des Communautés Bleues. Ces collectivités (villes, régions, communes, etc.) ou institutions (universités, écoles, etc.) « s’engagent à défendre le droit à l’eau et à restreindre la contamination par le plastique au sein de leurs communautés ». Concrètement, elles agissent via trois axes :

  1. a) s’engager à protéger et à promouvoir l’eau et les services d’assainissement en tant que droits de la personne ;
  2. b) protéger l’eau comme un bien commun en faisant la promotion de services d’eau potable et d’eaux usées financés, détenus et exploités par la collectivité (ce qui exclut toute prise de décision par des investisseurs à buts lucratifs) ;
  3. c) bannir progressivement la vente d’eau embouteillée, si tant est qu’existent des sources d’eau potables accessibles au public.

Bien entendu, l’appellation de Communauté Bleue ne garantit pas à elle seule un accès équitable à l’eau pour une population. Il n’empêche qu’elles constituent un contre-pouvoir face à une logique marchande prédatrice qui ne manquera pas de profiter des crises en cours et à venir pour tenter de mettre la main sur un des pans essentiels de notre quotidien. Or, ce contre-pouvoir passe d’abord par une conscientisation sur ces enjeux, qui plus est dans des pays prospères où il suffit d’ouvrir son robinet pour bénéficier d’une eau propre et abondante.

---

Maude Barlow, À qui appartient l’eau ? Faire barrage à la privatisation d’une ressource vitale, Écosociété, 2021.

Les communautés bleues : https://eausecours.org/communautes-bleues/

Présentation Projet Communauté Bleue © Eau Secours

---

Sur le blog

« L’industrie mondiale bientôt à sec ? » (Renaud Duterme)

---

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau