Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 avr. 2022

En Méditerranée, les migrations assignées à résidence

Samos vue comme un enfermement sans barreaux, enclave hors du temps, aux confins de l'Europe et de la morale qui prive les réfugiés jusqu'au sentiment de leur identité. L'éthique du médecin Pierre Corbaz y agonise. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samos, le camp © HCR

Samos, petite île de la mer Egée, à moins de deux kilomètres de la côte turque. Y sont nés Pythagore et Epicure. Un fleuron de la Grèce antique et contemporaine. Seulement voilà, avec les migrations actuelles, Samos est devenue "une prison sans murs et sans coupables". Pour Pierre Corbaz, médecin généraliste à Lausanne (Suisse), cette enclave hors du temps "aux confins de la morale" agonise. S'y croisent, dans des conditions épouvantables, des réfugiés dont l'Europe ne veut pas et des médecins impuissants.

Pierre Corbaz y va donc comme volontaire d'une ONG locale. Le camp et sa jungle sont fixés sur un flanc de coteau. Il est cerné de containers. La jungle le ceinture. Pas de murs donc, mais une surveillance constante. La mer tient lieu de mur extérieur. Ici les prisonniers ne purgent pas de peine qu'aucun tribunal ne leur aurait infligée, quand bien même auraient-ils commis quelque méfait dans un autre pays.

Le camp est une salle d'attente administrative. Pierre Corbaz cherche chez Michel Foucault une tentative d'explication à la réclusion. "Le fautif emprisonné n'est pas l'homme, la femme, l'enfant qui stagne dans son baraquement de fortune, le fautif n'est pas le prisonnier, mais son état. C'est la migration qui est assignée à résidence". La prison servirait "à protéger le monde, c'est un enfermement sans conflit de personne". C'est ce que Pierre Corbaz appelle "la maladie de Samos". Traitée comme la peste et la lèpre au 17e siècle, ainsi que Foucault les a étudiées. La peste traitée par l'ordre et la lèpre par l'isolement, l'exclusion. Comme on le voit en Chine, l'ordre permet de vaincre le chaos de la maladie, chacun est identifié. Pour la lèpre, le malade est rejeté en groupe, l'identification compte peu (Corbaz rappelle pour mémoire les propositions d'expatrier les malades du sida lorsqu'on a identifié le virus dans les années quatre-vingt).

Que se passe-t-il à Samos aujourd'hui que Michel Foucault aiderait à comprendre ? Enfermer est une nouvelle réaction face à la misère qui n'appelle plus la compassion mais le rejet. La misère n'est plus sanctifiée, comme le raconte Corbaz dans son enfance où l'on apprenait à aider les pauvres. Elle est rejetée parce que le pauvre s'est levé, "il a jeté son masque pour montrer son vrai visage du colonialisme parasitaire". Le pauvre "ne reçoit plus sagement la compassion paternaliste mais demande en humain respectable et conscient de sa dignité, à vivre debout. Et il se lève !" Il trouve alors une justice qui est "morte ou agonisante".

Pierre Corbaz, artisan du soin, nous dit d'être "obligés" par notre conscience" de la misère des autres "parce qu'ils nous ont acceptés dans l'intimité de leur souffrance". Une aide qui doit s'accompagner d'une lutte au sens politique. La politique, c'est les affaires de la Cité et "notre Cité comprend l'île de Samos". Mais aussi Lesbos, Kos, Leros et Chios, installées par l'Union européenne pour accueillir et enfermer les réfugiés de guerre en quête d'un asile en Europe.

Avec une préface de Jean Ziegler qui rappelle la question de Camus : "Qui répondrait en ce monde à la terrible obstination du crime, si ce n'est l'obstination du témoignage ?", le livre de Pierre Corbaz veut nous rappeler que l'espoir est "dans l'insurrection des consciences, des citoyens des nations européennes".

---------------

Pierre Corbaz, Samos, un tombeau pour l'éthique, Lausanne, Editions d'en bas, 2022

Jean Ziegler, Lesbos, la honte de l'Europe, Paris, Seuil, 2021

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Grèce : le camp fermé de Samos, un "modèle européen" pour les demandeurs d'asile * FRANCE 24 © FRANCE 24

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac