Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

172 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 juil. 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

« La violence, parce que c’est marrant »

A quelques jours de l'assassinat de l'ancien premier ministre Shinzo Abe, sur les écrans sort "Destructions Babies", superbe film de Tetsuya Mariko. Géographies en mouvement l'avait découvert à Locarno en 2016. Le réalisateur avait alors obtenu, à l'âge de 35 ans, le prix du meilleur jeune réalisateur. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Destructions Babies (Tetsuya Mariko, Japon)

Un film stupéfiant, venant du Japon. Sur la violence des jeunes qui rêveraient de l'époque féodale des samourais ou d'un remake japonais d'"Orange mécanique" ? Destructions babies n'avait pas trompé les festivaliers à Locarno. Car les adolescents oubabies du film pourraient nous ramener au temps des guerriers féodaux. Tetsuya Mariko, déjà connu à Locarno en 2013 pourNinifuni, revient avec un film inspiré d'un fait divers, prétexte à sonder le sens de la violence dans une société droguée à la consommation où la police semble impuissante à assurer la sécurité.

Sur l'île de Shikoku, le port de Mitsuyama, ville littorale de la préfecture d'Ehime dans le sud de l'Archipel, héberge dans un chantier naval deux orphelins, Taira (un sublime Yuya Yagira, repéré à Cannes en 2004) et Shota (Nijiro Murakami). Désœuvré, violent, cynique, Taira cogne les passants et se fait répondre par des tabassages en règle lorsqu'il est confronté à des bandes rivales. Très vite, la question du sens de la violence surgit comme une énigme qui échappe à tous sauf à Taira dont l'histoire vécue a été racontée au réalisateur. «La violence, parce que c'est marrant». Le réalisateur racontait à Locarno avoir rencontré un homme qui lui montre ses mains très abîmées, comme le signe de bagarres violentes, incessantes, gratuites. Une violence vécue sur le mode du jeu et du combat.

A moins que dans les corps à corps, les appels de Taira à continuer la bagarre alors qu'il est au sol et ne lâche rien, ne soient qu'un appel à l'autre, une reconnaissance de soi, violente à la hauteur de l'ignorance affective dans laquelle il a vécu. A Locarno, Tetsuya Mariko avait expliqué le lien entre cette violence et «la crainte, l'adrénaline, l'émotion». Dans le film qu'il présente en 2018, actuellement sur les écrans aussi, Becoming Fathers, Tetsuya adapte un manga d'Hideki Arai, où il est question d'un freluquet vengeant sa femme victime d'un viol. Il montre la violence "d'un point de vue objectif, ayant sur elle un regard presque distant, presque contemplatif. Pour donner à voir son absurdité, sa contingence".

Les lieux qui inspirent

Dans ses recherches géographiques pour Destruction Babies, le réalisateur tombe sur la fête traditionnelle dans la préfecture d'Ehime. On porte dans les rues des sanctuaires en bois sur lesquels des paysans et des pêcheurs tentent de se renverser. Il y voit les Japonais sublimer leurs conflits, les dénigrements et sceller leurs frontières et les règles sociales qu'ils doivent respecter. Mariko explique que c'est en tournant une vidéo musicale qu'un gérant de bar lui raconte cette violence endémique dans la ville. Les cicatrices aux poings et au visage, les récits de témoins poussent Mariko à lier ce drame au chantier naval, aux rues où explosent toutes ces «rafales de violence». Alors que tous les conflits entre bandes et quartiers sont réglés pacifiquement dans le festival local.

Plus que les lieux, le personnage de Taira, grand taiseux, pose cette question de la violence jusqu'au terme du film, lorsque le trio infernal avec Yuya (Masaki Suda) et Nana (Nana Komatsu) sera constitué pour une histoire dérapant vers des morts criminelles. «Tordu mais sympathique» selon les mots de Mariko, Yuya va découvrir le pouvoir d'intimider, de menacer. Tout comme l'acteur avouera au cours des séances photo que les personnes leur ressemblent. La jeunesse japonaise cache sa vulnérabilité que le vieux Kondo tente de porter pendant un tournage qui fut éprouvant.

Sabres interdits

Film étonnant pour les Occidentaux peu au fait des arts martiaux japonais,Destruction babiesfait allusion aux règles qui prévalurent au cours de l'histoire féodale du Japon. A certaines époques, le sabre y était interdit. La transmission des techniques de combat au corps à corps s'est faite par plusieurs milliers d'écoles entretenant jusqu'à 725 styles de lutte. Orientées vers l'auto-défense, certaines de ces techniques sont mises en œuvre dans le film avec un brio qui confine à l'art rendant toute sa jeunesse à la légendaire histoire des samouraïs.

-----

Destruction Babies [(Disutorakushon Beibizu- ディストラクション・ベイビーズ)], de Tetsuya Mariko avec Yuya Yagira, Masaki Suda, Nana Komatsu, 2016, 108'

Destruction Babies - Bande annonce VOST © Cinecity
BECOMING FATHER Bande Annonce VOST (2022, Romance) Yū Aoi © CinéSéries - Trailers FR

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant